Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 259
Invisible : 0
Total : 259
13160 membres inscrits

Montréal: 26 mai 20:00:05
Paris: 27 mai 02:00:05
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Journal :: Gaston y'a l'téléphon qui son ! Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Allantvers Cet utilisateur est un membre privilège

Modératrice


Il ne faut écrire qu'au moment où chaque fois que tu trempes ta plume dans l'encre un morceau de ta chair reste dans l'encrier. Léon Tolstoï
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
52 poèmes Liste
528 commentaires
Membre depuis
3 novembre 2019
Dernière connexion
26 mai
  Publié: 7 mars à 16:51
Modifié:  8 mars à 03:51 par Allantvers
Citer     Aller en bas de page

- Y’a un mec, au village, d’ailleurs c’est mon ancien coiffeur, il s’est suicidé, dit-elle en rigolant.
- Et ça te fait rire ?
- Oh tu sais, c'est un mec il avait un business d’enfer, toutes les bourges allaient chez lui, et il était pas donné. J’avais atterri chez lui après que chez mon coiffeur habituel on m’avait raté ma couleur. Il paraît que c’était un coureur de jupons, blablabla, blablabla….” toujours en rigolant...
- …..
- Moi les gens qui se suicident, franchement, je comprends pas
- Pas de souci, je peux t’expliquer, si tu veux, j’en connais un rayon.
- Ah non, merci, tu vas pas me plomber la soirée, bon allez salut. Et elle enfile son manteau.
- Ben c’est toi qui parles de suicide en disant que tu comprends pas, moi je te dis juste que je peux t’expliquer.
- Oui, bon, ben j’aurais pas dû parler de ça, c'était pas une bonne idée. Et elle s’en va comme si on la chassait.

Finalement c’est toujours le même scénario, c’est toi qui décides quels sujets on a le droit d’aborder. Jamais parler de soi, au grand jamais.
Tes seules “expressions” sont deux rictus : rire jaune ou gras, ou alors rejet. Je ne crois pas que tu en aies conscience. Le reste du temps ton visage demeure hermétique. Donc expressif ou pas ça reste un masque.
Y’a aussi cette putain de télé, tu ne parles que de ça. Des autres, et de la télé. Moi je n’allume plus la mienne mais je dois quand même me farcir le programme de la veille et celui à venir à travers tes récits détaillés.
Et puis tu as tellement besoin de t’auto-valoriser que tu sais tout sur la vie et mieux que tout le monde. Et tu prodigues tes leçons, aussi généreusement que péremptoirement.
Tu parles, tu parles, de tout mais surtout de rien, enfin pas de toi, ni de moi, hors sujet. Et tu flippes tellement dès qu'il y a un blanc que tu te mets à siffloter ou chantonner. Lalalalalaaaaaa.
Parfois je me demande si tu connais l’empathie, si tu as déjà essayé de te mettre à la place de quelqu'un sans passer par la case projection.

Tu as tellement peur de tes émotions… Je suis sûre que ce soir tu n'en doutes pas un seul instant : décidément on ne peut aborder aucun sujet avec moi. En plus je suis sourde et je parle fort.

Dis-moi, on va se parler, un jour ? Encore faudrait-il que tu t'entendes...



  MariePaule
Maschoune

Modératrice


Un petit baiser, comme une folle araignée, te courra par le cou... A. RIMBAUD
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
216 poèmes Liste
12248 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
26 mai
  Publié: 8 mars à 04:30 Citer     Aller en bas de page

Il y a des personnes toxiques... celle dont tu nous parles ici semble en faire partie non ?

  "Me reviennent les instants partagés. D'autres ont disparu. Et s'inventent ceux que j'ai manqués."D. de Vigan
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
217 poèmes Liste
5590 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
26 mai
  Publié: 8 mars à 04:37 Citer     Aller en bas de page

Le titre est excellent.
Les murs, en général, ça répond pas.
Sauf quand tu fonces dedans, mais en physique on explique action/réaction, qu’il y a dispersion soudaine d’énergie.
Au prix de l’énergie aujourd’hui ça vaut pas la peine de la gaspiller.
Et quitte à rien voir et rien entendre, paie-toi une téloche, c’est radical.

Bibizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
Allantvers Cet utilisateur est un membre privilège

Modératrice


Il ne faut écrire qu'au moment où chaque fois que tu trempes ta plume dans l'encre un morceau de ta chair reste dans l'encrier. Léon Tolstoï
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
52 poèmes Liste
528 commentaires
Membre depuis
3 novembre 2019
Dernière connexion
26 mai
  Publié: 8 mars à 04:58 Citer     Aller en bas de page

Maschoune, oui il y a de la toxicité, mais totalement inconsciente et projetée. Contre ça il n'y a rien à faire.

JB, l'une de mes devises : "Dehors comme dedans les murs n'engendrent que des marteaux".. Je me sens impuissante.

  MariePaule
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
217 poèmes Liste
5590 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
26 mai
  Publié: 8 mars à 08:03 Citer     Aller en bas de page

Citation de Allantvers
JB, l'une de mes devises : "Dehors comme dedans les murs n'engendrent que des marteaux".. Je me sens impuissante.



Bon, te reste plus qu'à trouver l'enclume qui va bien...

En attendant, enjoy !

: https://www.youtube.com/watch?v=Y7nrcb3oGkc

Bibizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 189
Réponses: 4

Page : [1]

Seriez-vous prêts à contribuer activement dans une mise en version audio des textes d'auteurs du site (sous condition d'accord de la part de ceux-ci bien entendu) ?

État du vote : 1031/13159

8.7%
 
 90 votes : Non, en fait je reste assez neutre par rapport à une initiative de ce genre.

7.6%
 
 78 votes : Non, cela ne m'intéresse pas

4.8%
 
 50 votes : Non, je ne crois que ce soit une bonne idée

15.8%
 
 163 votes : Non, mais ça peut être intéressant

1.7%
 
 18 votes : Aucun souci, je fais cela tous les jours

10.7%
 
 110 votes : Oui, pas de problème, je sais que je pourrais

19.1%
 
 197 votes : Oui, mais je ne suis pas sûr de savoir le faire

31.5%
 
 325 votes : Oui, mais je ne vois pas comment

 

 
Cette page a été générée en [0,0215] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.