Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 192
Invisible : 0
Total : 192
13158 membres inscrits

Montréal: 25 mai 23:55:05
Paris: 26 mai 05:55:05
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: Le grand phare Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Sans Nom

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
44 poèmes Liste
235 commentaires
Membre depuis
12 juin 2009
Dernière connexion
25 avril 2013
  Publié: 15 jan 2010 à 11:52
Modifié:  16 jan 2010 à 15:42 par Sans Nom
Citer     Aller en bas de page

C’était une journée comme on en voit peu
Pas un nuage ne se profilait à l’horizon
Juste la mer, les mouettes et le ciel bleu
Pourtant ce n’était pas la belle saison

Au bout de la jetée dominait un phare
Comme surgissant des hautes vagues
Majestueux, tout blanc rayé de noir
Je le regarde et mon esprit divague

Aujourd’hui je le vois différemment
Je ne saurais vraiment dire pourquoi
Mais il est si haut dans le firmament
Qu’il arrive à me faire peur parfois

Dans le silence malgré les remous
Un grondement se laisse entendre
Ce n’est qu’un simple petit coucou
En un éclair je viens de comprendre

Il approche la queue en l’air, le nez en bas
Prenant pour cible le grand phare
Il semble mener un véritable combat
Dans le ciel devenu soudain blafard

Dans un dernier effort, une pirouette
Le fait d’un coup reprendre les airs
Je suis clouée au sol, stupéfaite
Quand dans un sursaut, il accélère

Le voilà qui s’éloigne à présent
Je le regarde tout abasourdie
Je le voyais déjà s’écrasant
Sur le pauvre phare et j’applaudis

Quand je reviendrai sur la jetée
Je ne pourrai m’empêcher de revoir
Ce petit coucou et son agilité
À épargner par bonheur le grand phare





 
Sans Nom

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
44 poèmes Liste
235 commentaires
Membre depuis
12 juin 2009
Dernière connexion
25 avril 2013
  Publié: 31 mai 2010 à 12:37 Citer     Aller en bas de page

Merci, avec beaucoup de retard!!!

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 481
Réponses: 1
Réponses uniques: 1
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0326] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.