Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 24
Invisible : 0
Total : 25
· thomelie 50
13078 membres inscrits

Montréal: 25 mai 05:27:30
Paris: 25 mai 11:27:30
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes par thèmes : Cahier de vacances : Une nouvelle pour l'été (2014) :: Le petit livre Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Sidonie Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
3744 commentaires
Membre depuis
10 avril 2011
Dernière connexion
10 mars 2018
  Publié: 17 juil 2014 à 02:31 Citer     Aller en bas de page

Coincé entre un Stendhal et un Emile Zola sur l'étagère du milieu, ce livre aurait pu avoir la vie belle. Profitant de la circonstance et de la réputation de son voisinage, il avait espéré se couler dans une existence paisible loin de la poussière mais aussi de l’usant feuilletage de ses lecteurs potentiels. Cependant, il se trompait.

Je l'ai retrouvé, là, «  le livre », En ce jour d'octobre 2008, en préparant les cartons en vue de mon déménagement. Je repartais seule, d'un lieu où nous avions été heureux, toi et moi, pendant des années.
Je l'avais posé sur cette étagère, dans l'armoire du grenier de notre maison, au pied du Luberon, plus de deux ans auparavant, en revenant d'une foire à la brocante. Puis, je l'ai oublié. Tellement d'événements depuis.

En ce mois de Juin 2006, dans le joli village provençal de Villelaure, une foire à la brocante avait été organisée et je tenais un stand de brocante. Je devrais dire « nous » tenions un stand de brocante puisque tu étais encore là. Pour quelques mois seulement mais personne ne s'en doutait. Personne et surtout pas moi. Jean-Jean, brocanteur comme nous, était notre voisin de stand. Seulement une relation professionnelle nous réunissait, de temps en temps, selon les foires . Le matin même, il nous avait aidés à déplier l'immense et lourd « barnum », le parasol-parapluie-paratout des forains...Tu étais tellement fatigué que tu ne pouvais plus le relever, même avec mon aide.

Après notre installation, un couple, attiré par les meubles provençaux, qui venait d'acheter dans ce beau village une vieille maison à restaurer, meublée à l'ancienne, t'a demandé si tu pouvais aller chez eux pour estimer et éventuellement acheter leurs meubles si vous vous mettiez d'accord.
C'était un couple moderne qui voulait des meubles modernes, pas des antiquités.

Dans le métier, une « adresse » ne se refuse jamais. J'ai noté le rendez-vous pour l'après-midi. Je tiendrais le stand pendant ton absence. Le couple est parti. Mais tu étais bien trop fatigué. J'ai donné l'adresse à Jean-Jean.
Comme tu avais maigri, quand j'y pense. Demain, tu irais c'est promis, chez ton médecin et ami... Mais demain, c'était déjà trop tard.
Jean-Jean a donc fait l'affaire et pour me remercier, il m'a offert "son" recueil de poèmes... Ecrit par lui-même, Jean-Jean, en amateur. Il me l'a offert, comme un homme offre un bouquet de fleurs. A la fois gêné, heureux et fier.
Quand il me l'a donné, je l'ai remercié poliment et j'ai mis le livre, mince et de couleur verdâtre, sans l'ouvrir, dans un tiroir d'un buffet d'où je l'ai sorti le soir même, pour le ranger, là, dans l'armoire du grenier.

Un recueil de poésie. Quelle idée !
La nature, les petits oiseaux, le Prince charmant, les bons sentiments... C'était bon pour ceux qui n'avaient rien à faire. Pour les intellectuels peut être mais pas pour moi, la cartésienne que j'étais.
Et oublié le livre !

Jusqu'à ce jour du mois d'octobre de l'année 2008 quand je l'ai eu dans les mains, me demandant si j'allais le garder ou non, et que je l'ai ouvert. C'était la première fois que je l'ouvrais, depuis qu'on me l'avait offert .

Ma première lecture, au hasard.
A ma fille Nathalie qui nous a quittés le 12 Août 1999 à l'âge de 13 ans.
« Nathalie est partie
mais son cœur est resté
collé à notre cœur
toujours autant aimée
au-delà du malheur
Mon ange si petit
ton absence est terrible
et notre pauvre vie
est devenue horrible... »

J'étais émue, troublée. Si peu de mots pour tout exprimer...
On pouvait donc écrire et parler aux cœurs de cette manière émouvante et terriblement personnelle ? On pouvait ouvrir son cœur , saigner, guérir peut être, avec des mots de poésie ? Je me suis assise. Et je l'ai lu en une seule fois. En prenant mon temps.
J'ai tout mon temps, maintenant. Il n'y aura pas une voix impatiente qui va s'écrier au bas de l'escalier : « Que fais-tu ? Tu descends quand ? «  
Et si je ne répondais pas tout de suite, la voix devenait inquiète … « Mais que fais-tu ? Réponds, dis ! »
Oui, maintenant, j'ai tout mon temps.

Ce jour-là, j'ai lu de la poésie pour la première fois, me semble-t-il et l'émotion m'a envahie. Il me parlait tellement ce livre. Il parlait à mon âme. De mes chagrins, de ma peine, de ma vie, de l'insouciance de mon enfance, de mes parents, de mes amours, de mon amour, de ma solitude ... des espoirs passés et de ceux à venir.

Cette émotion, je ne l'avais jamais ressentie aussi forte, auparavant, en lisant des poèmes. Ni à l'école en décortiquant des textes poétiques, ni en apprenant par cœur les poèmes connus des grands poètes classiques
.
Cette vague impudique de sentiments ; amour, tendresse, douleur, douceur, m'a mis les larmes aux yeux, m'a littéralement noyée. Moi, qui ne pouvait plus pleurer, j'ai pleuré longtemps, une fois le livre refermé.

Depuis, je les ai relus, les grands poètes classiques, et je les ai compris, et je les ai aimés.. .enfin...
J'aimais lire. Mais je ne savais pas que j'aimais la poésie. Celle qui nous transperce.. Qui nous laisse sans voix...Celle qui nous livre l'auteur et ses fêlures intimes et.... les nôtres, avec les mots simples, justes et forts, ceux qui viennent du cœur.
Les mots qui libèrent celui qui les écrit, et, souvent, celui qui les lit.


Merci Jean-Jean que je n'ai plus revu, mais qui, je le sais, continue d'écrire et de publier des poèmes avec la signature :

Jean-Jean L¨¨¨¨
Brocanteur, poète et gitan....



Sidonie.... 17 Juillet 2014

(Je n'ai pas pour habitude d'écrire de longs textes. La concordance des verbes conjugués au passé étant mon point faible, n'hésitez pas à me faire part de vos remarques. Merci.)

  On voudrait que tout reparte d'où, un jour, tout s'est arrêté.
Alponse BLAISE. Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
300 poèmes Liste
15477 commentaires
Membre depuis
18 juin 2006
Dernière connexion
24 mai
  Publié: 17 juil 2014 à 10:04 Citer     Aller en bas de page

Merci chère Sidonie pour ce beau texte...où tu fais passer une histoire, mais pas seulement...toutes les émotions à fleur de coeur ...j'ai été très touchée...

Alex

 
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
653 poèmes Liste
18573 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
19 mai
  Publié: 17 juil 2014 à 15:16
Modifié:  17 juil 2014 à 15:18 par Tilou8897
Citer     Aller en bas de page

Juste une première lecture mais je pense que j'aurais d'autres remarques ensuite...

J'ai été un peu déstabilisé car il me semble que la narratrice s'adresse parfois en passant par le tutoiement, parfois par "il".... C'est un peu confondant et du coup, ça ne facilite pas le fait de rentrer dans l'histoire (même si au final on y arrive quand même)

L'idée est bien mais c'est vrai que le premier point que j'ai souligné est vraiment, gênant par la suite car, du moins, c'est ce que j'ai ressenti, un petit problème à tenir une narration cohérente (dans la forme mais dans le fond)...

EDIT *en fait... je viens de le relire une seconde fois... et je crois que je ne vais rien ajouter de plus^^ car, je pense que c'est vraiment cet unique point du "tu" du "il" qui me semble à la fois changer alternativement mais aussi sauf si j'ai mal compris, qui ne désigne pas tout le temps le livre, qui me mélange les idées et m'empêche d'entrer complètement dans l'histoire

Je viendrais le relire après quelques temps... (il se peut aussi que je sois fatigué que je lise mal -ce qui entraînerait nécessairement des incompréhensions de ma part non fondées^^)


En tout cas, j'aime bien le fond.... et l'intention du texte.

Merci

Tilou

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
93 poèmes Liste
14767 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
24 mai
  Publié: 17 juil 2014 à 16:16 Citer     Aller en bas de page



Bonsoir Sidonie,

Une lecture très attendrissante et pleine de douces émotions en ton poème que j'ai beaucoup aimé lire
Merci de ce partage !


Mes amitiés

Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
Sidonie Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
3744 commentaires
Membre depuis
10 avril 2011
Dernière connexion
10 mars 2018
  Publié: 18 juil 2014 à 03:25 Citer     Aller en bas de page

Merci pour vos réponses, à Alex qui comprend et à Sibylla à qui je souhaite de ne jamais comprendre.

Merci spécial à Tilou...d'avoir pris la peine de lire, relire et commenter.

C'est vrai qu'à la relecture, ça fait un peu "fouillis". Mais j'écris toujours comme que ça vient...
Après bien sûr.. Faut suivre
C'est pas évident, surtout quand on n'a pas l'habitude d'écrire des textes aussi longs... enfin moi.

Je vais essayer de mettre des parenthèses et écrire d'une autre couleur sur pour des phrases employant le "tu" Je vais voir ce que cela donne....

J'ai essayé et ça ne me plait pas. Ca fait très, trop... "explication de texte"...

Alors, je vais le laisser tel quel..

Merci encore à vous trois.

  On voudrait que tout reparte d'où, un jour, tout s'est arrêté.
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administrateur

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
409 poèmes Liste
13031 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
24 mai
  Publié: 18 juil 2014 à 05:01 Citer     Aller en bas de page


Sidonie,
"Il n'y a pas de hasard, il n'y a que des rendez-vous. Je me dis que si la narratrice avait ouvert ce livre dès qu'on le lui avait offert, il ne lui aurait pas parlé car elle n'aurait pas pu le comprendre.
Il y a deux histoires, l'une étant juste exprimée par ce qui n'est pas écrit.

C'est un nouvel exercice, je suis heureuse que tu aies relevé le défi de la nouvelle.

Magali

 
Chris-Charmeur


Don't wake me up !...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
14 poèmes Liste
7521 commentaires
Membre depuis
24 juillet 2012
Dernière connexion
10 novembre 2018
  Publié: 19 juil 2014 à 18:42 Citer     Aller en bas de page

En première lecture, je n'ai pas trouvé de fouillis, ou sinon un texte à mettre de côté en disant que l'on viendra le retravailler plus tard...
Ce seront les enfants, petits enfants et autres générations qui prendront ton plein amour d'avoir écrit, lorsque nous partirons tous...
Superbe Sidonette !... Ému... Beaucoup !...

KIWI

  Tous les textes sont déposés à la SGDL...
God bless you !...
RiagalenArtem


Le meilleur est toujours dans une seule minute - Gorki -
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
138 poèmes Liste
3206 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
12 avril
  Publié: 24 juil 2014 à 21:02
Modifié:  24 juil 2014 à 21:09 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Si je l'ai lu d'une traite, je pense (mais je ne suis pas seul juge) que oui, tu as réussi à faire passer l'émotion. N'étant pas un adepte des grands sentiments, j'ai pris un sentier de traverse et j'ai apprécié...tu sais souvent tout ne tient qu'à l'incipit...sinon on laisse tomber...(c'est valable pour les films, etc...).
Le livre m'a dit beaucoup de choses...(et surtout une date ms c'est en aparté).

Un exercice dans lequel j'aimerais te voir plus souvent...et avancer et persister.
(pas trop le temps de développer...les petites digressions, ça se tient dans la cohérence, on retravaille toujours...bref, pas de quoi fouetter un chat d'autant plus que je les affectionne particulièrement).
Là c'est intéressant parce que cela donne une impression d'écrit sur le vif...avec un changement. Le tien. Ils t'ont aidée ces mots que tu as pris au vol. Mieux ils t'ont donné le goût des textes "en poétique" que tu nous livres à ton tour. Tu peux le remercier, ce petit bouquin de notre part...:-)

Bises.
Raga.

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Sidonie Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
3744 commentaires
Membre depuis
10 avril 2011
Dernière connexion
10 mars 2018
  Publié: 26 juil 2014 à 03:21
Modifié:  26 juil 2014 à 03:24 par Sidonie
Citer     Aller en bas de page

Merci Magali, Domy, Kiwi

Riagal.. (que je lisais, dans une autre vie, quand je n'écrivais pas encore...)

Si l'émotion est passée.. le reste est passé aussi...Et j'avance...sans retravailler ce texte, tant pis..
C'est juste l'occasion qui a fait le larron.... en fait la larrone .....

Encore merci.

  On voudrait que tout reparte d'où, un jour, tout s'est arrêté.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1038
Réponses: 8
Réponses uniques: 7
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0316] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.