Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 792
Invisible : 0
Total : 794
· MonCielEstCrypté · Andesine
13161 membres inscrits

Montréal: 11 déc 20:57:21
Paris: 12 déc 02:57:21
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: Découdre le temps Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Mariesarah

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
179 poèmes Liste
3769 commentaires
Membre depuis
6 février 2007
Dernière connexion
20 octobre 2010
  Publié: 17 oct 2008 à 10:20
Modifié:  17 oct 2008 à 11:16 par Mariesarah
Citer     Aller en bas de page

Découdre le temps


Montrez-moi un rivage où
douleur et violence
ne sont pas de saison

un espace où le coeur
se recueille dans le blanc silence
d’une mémoire épurée
là où l’âme s’abouche à la beauté
et se gorge de lumière

parce-que dans mes entrailles
la blessure s’étend lentement
comme la feuille rouge sang
qui se déplie à l’automne
de mes cent hivers

et mes mains glacées par
la peur s’atrophient
dans les poches de l’oubli

donnez-moi une aiguille
à découdre le temps
que je devienne marchande
de vent sur l'autre versant de
la souffrance
avant que ma vie expire


Mariesarah


  ... et si je m'en vais avant toi, dis toi bien que je serai là, j'épouserai la pluie le vent, le soleil et les éléments pour te caresser tout le temps (Francoise Hardy) merci M-Paule (comme une brise bise de mes aimés sur ma joue)
Eliawe Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
72 poèmes Liste
8937 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2007
Dernière connexion
29 mai 2018
  Publié: 17 oct 2008 à 11:11 Citer     Aller en bas de page

Désolée, je n'ai pas ça en stock...

Mais j'aime quand même ce que tes mots me montrent...

 
Idou

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
189 poèmes Liste
3746 commentaires
Membre depuis
1er octobre 2008
Dernière connexion
22 mars 2017
  Publié: 17 oct 2008 à 12:38 Citer     Aller en bas de page

découdre le temps et casser les liens qui l'unisse avec la souffrance .... je n'ai pas non plus ....

j'espère que ton coeur trouvera un autre stratagème pour se fondre dans le bonheur absolu

merci à toi pour ces mots

  Seirén - ©
Alponse BLAISE.

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
300 poèmes Liste
15489 commentaires
Membre depuis
18 juin 2006
Dernière connexion
10 décembre
  Publié: 17 oct 2008 à 13:43 Citer     Aller en bas de page

En temps que fée, je pourrais aller voir dans ma boîte magique si je trouve cette fameuse aiguille.... Alex

 
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
359 poèmes Liste
20740 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
15 septembre
  Publié: 17 oct 2008 à 14:11 Citer     Aller en bas de page

Oula... J'aurai pas dû lire ça ce soir...
Ça m'a fait mal, dans la mesure où la mort est venue croiser ma route y a pas longtemps, pour quelqu'un d'autre...



  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
Mystic4Ever


Le tant me manque et toi bien plus encore!
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
760 poèmes Liste
10425 commentaires
Membre depuis
21 mars 2005
Dernière connexion
7 septembre
  Publié: 17 oct 2008 à 15:06 Citer     Aller en bas de page

, j'aimerai bien moi aussi "Montrez-moi un rivage où
douleur et violence ne sont pas de saison", merci c'est tres beau

Mystic

 
Tendresse54
Impossible d'afficher l'image
Nous ne voyons pas les choses comme elles sont, nous les voyons comme nous sommes. Anaïs Nin
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
3229 commentaires
Membre depuis
9 mars 2006
Dernière connexion
28 novembre 2015
  Publié: 18 oct 2008 à 08:57 Citer     Aller en bas de page

Magnifique, superbe, Carole, si ce n'était pas si souffrant, je crois que j'en serais jalouse .... !!

et mes mains glacées par
la peur s’atrophient
dans les poches de l’oubli

donnez-moi une aiguille
à découdre le temps
que je devienne marchande
de vent sur l'autre versant de
la souffrance
avant que ma vie expire


Chantal tendresse

  ce qui embellit le désert, c'est qu'il cache un puits quelque part...
Athenea


quand l'élève est prêt, le maître apparait.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
16 poèmes Liste
2526 commentaires
Membre depuis
4 août 2008
Dernière connexion
7 décembre 2015
  Publié: 18 oct 2008 à 12:18 Citer     Aller en bas de page

donnez-moi une aiguille
à découdre le temps
que je devienne marchande
de vent sur l'autre versant de
la souffrance
avant que ma vie expire

Cette image est superbe mais tout le poème est merveilleusement poétique. Amtiés. Athénéa

  L'essentiel est invisible avec les yeux
okana


Plume légère, aquarelle du coeur, partager mon bonheur, sur la page de mes douceurs.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
193 poèmes Liste
7801 commentaires
Membre depuis
20 janvier 2007
Dernière connexion
30 décembre 2012
  Publié: 18 oct 2008 à 17:44 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir mon amie, j,ai lu de la tristesse dans ta poésie, j'espère que c'était passager. Ta poésie est sublime. Prends soin de toi... Nicole avec tendresse...

donnez-moi une aiguille
à découdre le temps
que je devienne marchande
de vent sur l'autre versant de
la souffrance
avant que ma vie expire

  Nicole chaput. *Okana *...
Serge

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
313 poèmes Liste
2513 commentaires
Membre depuis
5 janvier 2008
Dernière connexion
31 octobre
  Publié: 20 oct 2008 à 13:04 Citer     Aller en bas de page

Ce fil du temps que l'aiguille travaille...
Au plus profond de nos entrailles

J'ai l'impression Marie que nous vivons la même époque...

Je t'embrasse

Serge

 
Echo


"le bonheur n'est jamais grandiose" On verra bien...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
38 poèmes Liste
1068 commentaires
Membre depuis
1er octobre 2008
Dernière connexion
9 juin 2013
  Publié: 20 oct 2008 à 14:05 Citer     Aller en bas de page

Qui ne rêve pas de découdre le temps???
Moi je préfère broder avec!
Merci pour ce partage!
Echo

  Là où l'on brûle les livres on finira bien par brûler les hommes...
bekrimation


Celui dont le visage ne brille pas ne sera jamais une étoile
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
45 poèmes Liste
929 commentaires
Membre depuis
1er mai 2008
Dernière connexion
1er octobre 2018
  Publié: 21 oct 2008 à 10:45 Citer     Aller en bas de page

Un poème exceptionnelle avec une délivrance des voeux les plus difficiles à exaucer.
Un destin cruel sans retour en arrière, sans aucune pause avec train qui ne s'arrête jamais que pour déposer chacun à sa propre gare. et nous disons simplement : c'est la vie.
Nettement touché par tes mots, chère amie :
un espace où le coeur
se recueille dans le blanc silence
d’une mémoire épurée
là où l’âme s’abouche à la beauté
et se gorge de lumière

parce que dans mes entrailles
la blessure s’étend lentement
comme la feuille rouge sang
qui se déplie à l’automne
de mes cent hivers

et mes mains glacées par
la peur s’atrophient
dans les poches de l’oubli

Le poème est à prendre en entier comme je l'ai aimé, triste et beau à la fois. ta plume m'a ému.
Merci!

  J’ai des cheveux qui blanchissent à vue,Des rides qui racontent toutes les guerres,Et je crie … et j’appelle : Je voudrais joindre Une femme inconnue et que J’aime
James


La vie est la cruauté de la mort (James)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
13 poèmes Liste
23533 commentaires
Membre depuis
4 octobre 2006
Dernière connexion
24 octobre
  Publié: 22 oct 2008 à 09:58 Citer     Aller en bas de page

si je pouvais aussi découdre le temps et bien mon amie il y aurait bien des choses qui ne me seraient pas des souvenirs

que c'est magnifique mon amie poète

bisous

james

  Membre de la Société des poètes Français.
clovis67
Impossible d'afficher l'image
On transforme sa main en la mettant dans une autre. (P. Eluard)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
5170 commentaires
Membre depuis
5 août 2008
Dernière connexion
8 août 2013
  Publié: 26 oct 2008 à 11:26 Citer     Aller en bas de page

très beau poème et des mots magnifiques

.. oui, il faudrait pouvoir découdre le temps, et le recoudre avec des milliers de sourires

très amicalement

Pierre

  vivre sans espoir, c'est cesser de vivre (Dostoïevski)
Lykan

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
34 poèmes Liste
1523 commentaires
Membre depuis
22 décembre 2008
Dernière connexion
11 septembre
  Publié: 3 juil 2009 à 11:16 Citer     Aller en bas de page

Si vous la trouvez, permettez que je vous l'emprunte... un temps...
Qui n'a pas rêvé de pouvoir agir sur l'immuable !

Un poème sombre, comme je les aime.

LYKAN

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 2146
Réponses: 14
Réponses uniques: 14
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :

Au pays des anges (Autres)
Auteur : fransua
Les temps de la tristesse... (Tristes)
Auteur : pyc
Folie meurtrière (Tristes)
Auteur : Audrey.
Messagère (Amitié)
Auteur : Little stella
L'impact D'une Rose (Tristes)
Auteur : Lykan
Extra-muros (Amour)
Auteur : Serge
haïku de ma vie (Tristes)
Auteur : angetine au sol
Lutin d'automne.... (Autres)
Auteur : Alponse BLAISE.
Petite Fée d'automne... (Autres)
Auteur : Alponse BLAISE.
Lune (Amitié)
Auteur : Tysha'Na
Ne jugez pas (Tristes)
Auteur : clovis67
Ô (sur vos plaies) (Amitié)
Auteur : Lunabelle

 

 
Cette page a été générée en [0,0686] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.