Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 38
Invisible : 0
Total : 40
· Sucia Sonia · Cidnos
13209 membres inscrits

Montréal: 29 jan 14:13:08
Paris: 29 jan 20:13:08
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes par thèmes : Marathon Éphémère 2014 semaine 4 : "Pendant que les champs brûlent" :: Pendant que les champs brûlent Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Eau Vive

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
16 poèmes Liste
152 commentaires
Membre depuis
14 juin 2014
Dernière connexion
8 octobre 2019
  Publié: 5 août 2014 à 16:09
Modifié:  28 sept 2019 à 04:03 par Eau Vive
Citer     Aller en bas de page

Je ne peux plus rester ici

Je veux partir vers d´autres lieux,

Rien ne me retient dans ce pays,

Rien que je ne puisse dire adieu.


Pas à pas, essoufflée, meurtrie mais obstinée,

Je parcours pieds nus l´inaccessible contrée.


A travers les nuages, mirage...

Pointe la fin de mon voyage.


Une traînée de sang tache la terre

Rappelant le présent et la guerre,

La nuit, les bombes, la fumée grise,

L´effroi envahissant qui brise.


Sans remords, regrets, sans peine cachée,

Ma vie, mon univers sont effacés.

Dissous, anéantis, décomposés,

Quelques gouttes de larmes desséchées.



ET LA VIE CONTINUE AILLEURS, la terre est un grand bateau qui voyage dans l´espace... peu importe si on change de lieu... personne ne peut dire a la terre... arrête!!! je veux descendre...
28/09=2019

(c)

 
Catwoman

Administratrice
Impossible d'afficher l'image
« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
453 poèmes Liste
8934 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
29 janvier
  Publié: 5 août 2014 à 16:30 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir,
Evidemment, les restes de la guerre font fuir. Quand on a perdu ses biens, les personnes aimées, autant s'extraire de tous ces souvenirs et aller construire sur un autre terrain. Rien ne s'efface, bien entendu, mais çà peut etre plus simple ainsi.

Catherine

 
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
14983 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
16 janvier
  Publié: 5 août 2014 à 19:05 Citer     Aller en bas de page



Bonsoir Eau Vive,

Des mots qui sensibilisent en ce partage des émotions ressenties
Je rejoins le commentaire de Catherine en cette idée de fuir un lieu où la guerre a laissé de lourdes séquelles ne laissant plus rien de sa vie passée...
Ce doit être des moments terribles...


Mes amitiés

Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
Eau Vive

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
16 poèmes Liste
152 commentaires
Membre depuis
14 juin 2014
Dernière connexion
8 octobre 2019
  Publié: 6 août 2014 à 02:24 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Catwoman.
Bonjour Sybilla,
Effectivement, quand on a tout perdu, quand la région
des ancêtres est en feu et flammes, quand le malheur
et la violence sont à l´ordre du jour, l´exode est la seule
solution.
Alors, il faut se faire à l´idée que la terre est un tout,
que rien ne nous appartient, que tout nous est prêté
pour quelques années, et si nous avons notre vie, eh
bien c´est notre seul bien à protéger.
Quand est-ce que nous les êtres humains, nous nous
rendrons compte que notre terre est comme un vaisseau
spatial, un bateau qui voyage à travers l´espace, et que
personne, mais personne ne peut dire, arrête je veux descendre?

 
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


TOTO La terreur des mulots
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
290 poèmes Liste
5240 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
29 janvier
  Publié: 6 août 2014 à 07:30 Citer     Aller en bas de page



Yvon

  YD
Eau Vive

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
16 poèmes Liste
152 commentaires
Membre depuis
14 juin 2014
Dernière connexion
8 octobre 2019
  Publié: 26 déc 2014 à 02:14 Citer     Aller en bas de page

Merci Yvon de votre passage, amitiés poétiques.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 950
Réponses: 5
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0482] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.