Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 646
Invisible : 0
Total : 649
· Tychilios · ori · Lachésis (Moirae)
13143 membres inscrits

Montréal: 23 févr 08:56:38
Paris: 23 févr 14:56:38
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Nouvelles littéraires :: Ça va mieux Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Avertissement

Ce texte peut ne pas convenir à certains lecteurs.



Page : [1] :: Répondre
D a r l i n'


Le néant me semble à présent un peu moins triste.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
46 poèmes Liste
524 commentaires
Membre depuis
20 septembre 2006
Dernière connexion
7 novembre 2015
  Publié: 31 mars 2009 à 18:55
Modifié:  4 avr 2009 à 02:38 par Tilou8897
Citer     Aller en bas de page

Ça va mieux. Les soirs de pleurs se font plus rares et mon cœur n'est plus aussi gros qu'avant. Il est même devenu avec le temps plus petit que jamais. J'ai un tout petit cœur pour la toute petite femme que je suis. Non, moi je n'ai pas le cœur gros comme un bulldozer prêt à massacrer tous mes organes, non, moi il a diminué, rapetissé. Mon cœur à moi a perdu de la valeur.

C'est vrai, j'ai gaspillé mon temps à chercher à comprendre le pourquoi du comment, tout savoir en ayant jamais les bonnes réponses. Je suis une experte dans le non-savoir, je crois que nous le sommes tous en fait. J'ai eu peur tu sais, les journées se faisant de plus en plus longues, j'ai craint pour ma survie un bon moment, je crains toujours un peu encore tu sais, mais ça va mieux c'est l'important on m'a dit, c'est l'important...

J'en veux aux femmes heureuses, la bague au doigt. J'en veux aux enfants d'avoir perdu le mien, c'est vrai je l'avoue. J'ai mal, ce pincement que l'on déteste, celui qui nous serre la gorge et nous donne cette envie de vomir partout. Mais ça va mieux maintenant, ça va mieux... je crois.

Je me suis égarée sur la route du destin, toute la lumière était à droite et moi sans aucun doute je devais être bourrée puisque c'est celui de gauche que j'ai pris. Celui à travers les roches, un chemin long et pénible, j'ai dû traverser des lacs et des montages où je me suis essoufflée à force tomber. Je me suis fait mal et je me suis blessée.


J'ai joué des accords au milieu du froid de la nuit, les accords semblaient si doux, mes doigts glissaient sur les cordes de ma guitare et je me suis écorché le bout des doigts à vouloir d'un accord qui ne voulait pas de moi. Mais j'ai chanté quand même, les doigts en sang j'ai crié ça va mieux, maintenant. Ça va mieux...


Ça va mieux, c'est vrai. Je ne sais toujours pas comment lui dire à lui, que sans lui je suis plus vivante que jamais. Que mes sourires ont maintenant cette lueur de vérité, cette lueur que je n'avais pas avant. Je ne reçois plus de coup, je ne cache plus de fond de teint le côté de ma lèvre qui a saigné pour lui.

Maintenant c'est la vie elle-même que je laisse me taper sur la gueule.

Je n'avais pas pris la bonne route, aujourd'hui je crois que oui. J'ai pris une chute mortelle, sur le chemin de gauche, si fort que débouler jusqu'au chemin de droit. Au milieu de ce chemin, j'étais perdue totalement. La lumière éclairait beaucoup trop fort, c'était si clair que je craignais qu'on ne voit au travers de ma peau que la laideur de ma peine.
Mais ça va mieux maintenant, je crois.



Ça va mieux pour moi, mais il y a encore cet accord qui ne veut pas de moi. Ce foutu accord...


31 Mars'09
(Nika/Désinvolture/Éperdue)

 
Guid'Ô


« On finirait par devenir vraiment fou, ou par mourir, si on ne pouvait pas pleurer. »
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
247 poèmes Liste
16122 commentaires
Membre depuis
20 août 2005
Dernière connexion
31 janvier
  Publié: 1er avr 2009 à 02:04 Citer     Aller en bas de page

Qui a dit que la vie était un long fleuve tranquille ?

  [IMG]https://img4.hostingpics.net/thumbs/mini_372043IMG1731.jpg[/IMG]
clovis67
Impossible d'afficher l'image
On transforme sa main en la mettant dans une autre. (P. Eluard)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
5170 commentaires
Membre depuis
5 août 2008
Dernière connexion
8 août 2013
  Publié: 1er avr 2009 à 15:05 Citer     Aller en bas de page

ému..... content que ça aille mieux

amitiés

Pierre

  vivre sans espoir, c'est cesser de vivre (Dostoïevski)
D a r l i n'


Le néant me semble à présent un peu moins triste.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
46 poèmes Liste
524 commentaires
Membre depuis
20 septembre 2006
Dernière connexion
7 novembre 2015
  Publié: 13 avr 2009 à 22:35 Citer     Aller en bas de page

Merci de votre passage, toujours apprécier.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 982
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0332] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.