Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 2032
Invisible : 0
Total : 2034
· ALPETE LION · revecrire
13145 membres inscrits

Montréal: 10 avr 07:38:56
Paris: 10 avr 13:38:56
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Nouvelles littéraires :: Love is a battlefield Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Avertissement

Ce texte peut ne pas convenir à certains lecteurs.



Page : [1] :: Répondre
D a r l i n'


Le néant me semble à présent un peu moins triste.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
46 poèmes Liste
524 commentaires
Membre depuis
20 septembre 2006
Dernière connexion
7 novembre 2015
  Publié: 9 avr 2009 à 17:17
Modifié:  10 avr 2009 à 04:58 par OuLiPoMad
Citer     Aller en bas de page

Love is a battlefield



Des multitudes de fourmis entre mes jambes, dans mon ventre. Je mouillais. Tu m'excitais. Je voudrais les mains de tous les hommes de la terre sur mes seins, mes fesses, mes cuisses. J'aimerais me sentir aimée, désirée. Je suis craintive à me demander si tu vas revenir, j'aimerais que tu reviennes, ne serait-ce que pour me baiser. J'aimerais sentir ton souffle chirurgical enterrant mes gémissements. J'aimerais que tu ne sois jamais parti.

Je suis debout, dos à la porte. Un gouffre énorme se trouve derrière ce grand rectangle de bois. Il y a bientôt dix minutes que tu as claqué ce gouffre, me laissant seule, à moitié nue devant rien. Toujours rien.

Je te revois, me crier dessus au ralenti. Tes lèvres. Tes si belles lèvres bougeant tranquillement, laissant sortir quelques gouttes de salive m'éclaboussant de honte. J'ai trop bu, j'ai trop parlé. Je n'ai pas trouvé le bon moment pour t'avouer mon amour. J'aurais dû te laisser me baiser, sans rien dire, comme à l'habitude. J'aurais dû me taire, comme toujours. J'aurais dû continuer à faire ma salope, à quatre pattes les dents bien enfoncées dans mon oreiller. Écarter avec mes mains mon cul, pour te laisser entrevoir ce joli cul qui te fait si durement bander.

Je suis debout, devant rien, encore. Je réfléchis. J'examine.

Pourquoi est-ce les hommes que je n'aime pas, que je veux pour le sexe, pour le sentiment d'appartenir à quelqu'un qui se retrouve à toujours me rappeler. Pourquoi est-ce que ce sont les hommes qui me prennent pour une poupée, pour une garce. Pour une fille au joli cul, pour une fille de rien qui me laisse toujours cette envie d'être aimée d'eux. Je suis en peine, debout le dos tourné à ce gouffre qui m'emportera de nouveau.

Je n'ai pas choisi le bon moment pour te dire combien je t'aime, pour te dire que je ne désire pas être seulement baisée par toi. J'aimerais que tu me fasses l'amour, tranquillement. Sexuellement. Amoureusement. J'aimerais t'avoir dans mon lit pour toujours, à jamais.

Du moins jusqu'à ce que le bien que me fais ne s'enfuit pas dans les bras d'une autre, parce qu'après un certain temps, tu sais, j'irais voir ailleurs. Je suis comme ça, je ne peux aimer qu'un seul homme. J'aimerais être la femme parfaite, vouée à un seul amour pour le restant de ses jours. J'aimerais être la vierge que tu dépucelas un soir de pleine lune, près de la plage, avec tendresse. Un seul baiser, un seul amour.

Je ne suis pas cette femme, j'aime puis je pars. Je vis puis je recherche une autre aventure, plus brutale, moins routinière.

Je suis la femme qui te tuera et je suis la femme que l'on a tuée aussi, trop de fois, trop souvent. Mais ce soir, comme à l'habitude, je me retrouve seule dos au gouffre, mais si près.

 
LadyMimi
Impossible d'afficher l'image
Ya pas que la rigolade, y'a l'art. -Queneau
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
8 poèmes Liste
24 commentaires
Membre depuis
16 janvier 2009
Dernière connexion
20 décembre 2013
  Publié: 13 avr 2009 à 09:21 Citer     Aller en bas de page

J'aime.
Je crois que ça l'aurait le mérite d'être retravaillée, genre enlever les répétitions.
Mais dans l'ensemble, c'est très sentie et sensible.
Good!

 
D a r l i n'


Le néant me semble à présent un peu moins triste.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
46 poèmes Liste
524 commentaires
Membre depuis
20 septembre 2006
Dernière connexion
7 novembre 2015
  Publié: 13 avr 2009 à 22:35 Citer     Aller en bas de page

La répétitions est voulu.
Merci de votre passage.

 
D a r l i n'


Le néant me semble à présent un peu moins triste.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
46 poèmes Liste
524 commentaires
Membre depuis
20 septembre 2006
Dernière connexion
7 novembre 2015
  Publié: 20 avr 2009 à 14:47 Citer     Aller en bas de page

Merci =]

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 687
Réponses: 3
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0610] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.