Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 155
Invisible : 0
Total : 159
· glycine · NicoNavel · Rayon de soleil · Ali
13003 membres inscrits

Montréal: 20 août 16:49:46
Paris: 20 août 22:49:46
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Acrostiches :: Quand mes yeux se fermeront... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
***Cocci***

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
367 poèmes Liste
1221 commentaires
Membre depuis
11 septembre 2006
Dernière connexion
18 août
  Publié: 6 juin 2017 à 16:38
Modifié:  6 juin 2017 à 16:50 par Emme
Citer     Aller en bas de page

Quand une soirée d'été ravira sur mes traits
Un souffle de jeunesse vagabond et muet,
À mes joues empourprées danseront les années,
Nos trente ans lumineux, le parfum des rosiers.
Dans tes yeux je nous lis, simplement amoureux,

Milan nous a bercés, ça fait partie du jeu...
Et sous mes mains tremblantes notre fils sera grand,
Son sourire franc et fier comblera mes cent ans.

Y en a-t-il de plus beau sous les frêles étoiles ?
Embrasse-moi toujours, tout au cœur de la nuit.
Uniforme au jardin que mon soupir transcrit,
Xanthie qui s'émerveille dans sa robe brun et ocre,

Sens-tu au loin ses ailes tel du papier léger ?
Et le long de ma nuque jaillira le frisson,

Fleurissant à la hâte tous nos grands traits d'union.
Et sur ma bouche pâle que tu viendras sceller,
Resteront ces battements le long des routes sauvages.
Mes genoux te frôlaient dans chacun des virages,
Et le vent s'engouffrait dans mes cheveux défaits
Regardant derrière moi une statue aveugle.
Oubliée par le monde ma peau s'évanouira,
Nappée sans Artemis à la chasse partira,
Trop de flèches briseront mon appel dans la jungle...

 
Maschoune

Modératrice


Je voudrais tout savoir pour pouvoir tout t'apprendre et tout avoir pour pouvoir tout te donner-Brel
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
181 poèmes Liste
9606 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
20 août
  Publié: 7 juin 2017 à 01:49 Citer     Aller en bas de page

"Son sourire franc et fier comblera mes cent ans."

J'aime cette phrase

Merci à toi COCCI pour ton écriture qui est toujours un plaisir
---------

  ISABELLE
***Cocci***

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
367 poèmes Liste
1221 commentaires
Membre depuis
11 septembre 2006
Dernière connexion
18 août
  Publié: 7 juin 2017 à 02:18 Citer     Aller en bas de page

Et c'est toujours un plaisir de te lire...
Merci à toi...

 
Rimevasion


reconcilier avec son passé , vivre à fond son présent, ne pas craidre son futur
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
69 poèmes Liste
498 commentaires
Membre depuis
22 novembre 2012
Dernière connexion
17 mai
  Publié: 7 juin 2017 à 15:34 Citer     Aller en bas de page

merci cocci pour ce poème
C'est un coup de coeur
J'aime tout particulièrement ces mots

"Fleurissant à la hâte tous nos grands traits d'union.
Et sur ma bouche pâle que tu viendras sceller,
Resteront ces battements le long des routes sauvages.
Mes genoux te frôlaient dans chacun des virages,
Et le vent s'engouffrait dans mes cheveux défaits"


La fin me laisse un peu sur ma faim

Merci pour le partage

  Mes vers fuiraient,doux et frèles,vers votre jardin si beau,si mes vers avaient des ailes,des ailes comme l'oiseau
***Cocci***

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
367 poèmes Liste
1221 commentaires
Membre depuis
11 septembre 2006
Dernière connexion
18 août
  Publié: 7 juin 2017 à 17:15 Citer     Aller en bas de page

Merci à toi et désolée pour cette faim...😉
Mes amitiés...

Cocci

 
Cidnos
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
44 poèmes Liste
2412 commentaires
Membre depuis
6 novembre 2015
Dernière connexion
19 août
  Publié: 9 juin 2017 à 11:23
Modifié:  14 juin 2017 à 14:04 par Cidnos
Citer     Aller en bas de page

Bonjour Bénédicte.
Il y a quelque chose de sublime dans ta poésie.
Ton écriture y est extrêmement fine.
J'adore
Amicalement
Christophe

 
***Cocci***

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
367 poèmes Liste
1221 commentaires
Membre depuis
11 septembre 2006
Dernière connexion
18 août
  Publié: 9 juin 2017 à 14:51 Citer     Aller en bas de page

Merci pour tes adorables mots...😊

 
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
205 poèmes Liste
6677 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
20 août
  Publié: 14 juin 2017 à 12:54 Citer     Aller en bas de page

Moi dans tes yeux je nous lis, simplement amoureux,
Oserais-je te dire-Embrasse-moi toujours, tout au cœur de la nuit.
Imaginant le ong de ma nuque jaillira le frisson
.
Acceptant .Sens-tu au loin ses ailes tel du papier léger ?
Utiliser Mes genoux te frôlaient dans chacun des virages
SansOubliée par le monde ma peau s'évanouira,
Sinon Trop de flèches briseront mon appel dans la jungle...
Imagine...

 
THOMAS Cet utilisateur est un membre privilège


Ne crains pas d'être ignoré, mais d'être ignorant.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
154 poèmes Liste
2756 commentaires
Membre depuis
1er juin 2007
Dernière connexion
15 avril
  Publié: 14 juin 2017 à 13:02 Citer     Aller en bas de page

J'ai passé un moment agréable.

Merci

 
***Cocci***

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
367 poèmes Liste
1221 commentaires
Membre depuis
11 septembre 2006
Dernière connexion
18 août
  Publié: 14 juin 2017 à 14:24 Citer     Aller en bas de page

Merci à tous les deux...😊

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 406
Réponses: 9
Réponses uniques: 6
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0446] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.