Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 187
Invisible : 0
Total : 191
· Muaddid · Danalore · Andesine · Méli
13162 membres inscrits

Montréal: 27 mai 06:31:01
Paris: 27 mai 12:31:01
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Piège meurtrier... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
*Alexis*


parce que la fraternité est plus forte que les tremblements de terre...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
42 poèmes Liste
526 commentaires
Membre depuis
26 juillet 2008
Dernière connexion
1er novembre 2013
  Publié: 2 avr 2010 à 14:32
Modifié:  4 avr 2010 à 20:49 par *Alexis*
Citer     Aller en bas de page

piège meurtrier




la pluie s’abat violente
sur mes habits
et ne laisse luire en moi aucune trace

désert cactus et sable

la faim traverse mon corps
telle la grande artère d’un fleuve
qui se jette dans le vide

minuit sonne
l’aurore survivra-t-elle

au chevet de l’île
les âmes se recueillent

une
à
une

et de grands vents

(grands comme l’espoir
en quête d’eau fraiche et de vives)

et de grands orages

m’ébranlent le cœur
complètement seul et dépouillé
au bord d’un gouffre lumineux

quelques fois un éclair le salue
mais d’un geste si bref
d’un geste si singulier
que le silence ne s’en trouve point rompu

l’homme se meurt
et avec lui
l’espoir qui lui a survécu

complètement seul
complètement dépouillé

ni argent
ni amour
ni flamme

le ciel vibre et tremble
comme jamais
n’a tremblé la terre

car la terre est une gueule
où la mémoire

s’étiole
et brûle

la terre brûle

et à la chair déchirée
ne laisse rien à manger

sinon la faim qui se referme
sur ma bouche

piège meurtrier




  Si je connaissais l'Italie/Où Raphaël fit ses tableaux (Oswald Durand, poète du terroir haïtien))
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
782 poèmes Liste
22542 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
27 mai
  Publié: 2 avr 2010 à 14:36
Modifié:  2 avr 2010 à 14:39 par Aude Doiderose
Citer     Aller en bas de page

la pluie s’abat violente
sur mes habits
et ne laisse luire en moi aucune goutte


Déjà ça commence pas mal.

quelques fois un éclair le salue
mais d’un geste si bref
d’un geste si singulier
que le silence ne s’en trouve point rompu


ça c'est joli, mais de qui parles-tu quel est ce "il" ? C'est toi ?


sinon la faim qui se referme
sur ma bouche

piège meurtrier


J'aime bien la fin aussi.

Bref, je suis pas sûre d'avoir compris mais j'aime ton écriture vive, puissante et originale. Pas étonnant : je t'ai déjà lu ! (ton changement de pseudo m'a perturbée)

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
*Alexis*


parce que la fraternité est plus forte que les tremblements de terre...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
42 poèmes Liste
526 commentaires
Membre depuis
26 juillet 2008
Dernière connexion
1er novembre 2013
  Publié: 2 avr 2010 à 14:53
Modifié:  2 avr 2010 à 15:18 par *Alexis*
Citer     Aller en bas de page

Citation de Aude Doiderose
la pluie s’abat violente
sur mes habits
et ne laisse luire en moi aucune goutte


Déjà ça commence pas mal.

quelques fois un éclair le salue
mais d’un geste si bref
d’un geste si singulier
que le silence ne s’en trouve point rompu


ça c'est joli, mais de qui parles-tu quel est ce "il" ? C'est toi ?


sinon la faim qui se referme
sur ma bouche

piège meurtrier


J'aime bien la fin aussi.

Bref, je suis pas sûre d'avoir compris mais j'aime ton écriture vive, puissante et originale. Pas étonnant : je t'ai déjà lu ! (ton changement de pseudo m'a perturbée)



«Le» renvoie au cœur dont je parle dans la strophe précédente. S'agit-il de mon cœur? Donc, de moi? Il y a deux phrases qui me viennent à l'esprit, et qui me serviront à répondre. La première de de Rimbaud: «Je est un autre»; la deuxième de Victor Hugo:«Quand je parle de moi, je parle aussi de vous».

Mon changement de pseudo, lol.
.
Ton passage est apprécié.Au plaisir de te lire et de te revoir.
Salutations créoles, Alexis.

  Si je connaissais l'Italie/Où Raphaël fit ses tableaux (Oswald Durand, poète du terroir haïtien))
*Alexis*


parce que la fraternité est plus forte que les tremblements de terre...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
42 poèmes Liste
526 commentaires
Membre depuis
26 juillet 2008
Dernière connexion
1er novembre 2013
  Publié: 2 avr 2010 à 15:07
Modifié:  4 avr 2010 à 20:39 par *Alexis*
Citer     Aller en bas de page

Citation de Stephan
un texte bien étrange, de bonne idées, des vers intéressants, mais on dirait un assemblage de belles phrases piochées un peu partout, et un texte qui dit vaguement quelque chose... On ne sait pas où on va ni quel est le message.. sinon une vague impression de difficulté qui occasionne la faim...
je ne sais pas si je comprends bien ... Un texte qui a besoin que l'on accorde un peu plus de temps à son écriture... je ne sais pas... Mais la trame est bonne...
amicalement
Stephan



Mise en contexte: après le tremblement de terre meurtrier du 12 janvier 2010 qui a frappé Haïti, l'angoisse que vivent les miens est difficilement descriptible. Tu remarqueras que la nature et l'obscurité, de même que le bouleversement occupent une grande place dans le texte: pluie, goutte, désert, cactus, sable, vent orage éclair, etc. Mais le fond du texte, du moins, à mon avis ne tient pas tant de ses éléments. Il tient essentiellement de l'état d,esprit des miens qui, bien après le séisme, se sentent déchirés, impuissants...: pas de tente, pas d'argent, pas de nourriture. On attend, malgré nous, après d'autres pays qui donnent ce qu'ils veulent (des promesses, bien entendu). Ce qui est une bonne chose pour celui qui consent à donner, mais comment est-ce que moi, Haïtien, je vis ce drame? Car je deviens mendiant... En outre, la saison des pluies est pour bientôt: qu'arrivera-t-il aux familles sans tente, sans nourriture? La faim, ce n'est pas seulement la faim au sens propre, mais au sens le plus universel. J'ai faim des hommes. J'ai faim de liberté, de fraternité, d'action. La liste est longue.

Il survit dans le texte un certain vide, un certain flou, mais je crois que c'est le sentiment même des Haïtiens en ce moment. Beaucoup de question, mais le plus douloureux est le vide profond, presque vertigineux qui survit à tout le reste.

Merci pour ton passage.
Salutations créoles, Alexis.

  Si je connaissais l'Italie/Où Raphaël fit ses tableaux (Oswald Durand, poète du terroir haïtien))
Elféemère

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
54 poèmes Liste
1570 commentaires
Membre depuis
10 février 2010
Dernière connexion
1er novembre 2011
  Publié: 2 avr 2010 à 15:23 Citer     Aller en bas de page

Oui beaucoup de douleur de question je vois là une chanson un rap de détresse.................

 
*Alexis*


parce que la fraternité est plus forte que les tremblements de terre...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
42 poèmes Liste
526 commentaires
Membre depuis
26 juillet 2008
Dernière connexion
1er novembre 2013
  Publié: 2 avr 2010 à 15:34
Modifié:  2 avr 2010 à 15:36 par *Alexis*
Citer     Aller en bas de page

Citation de Elféemère
Oui beaucoup de douleur de question je vois là une chanson un rap de détresse.................



Un rap de détresse? Une de mes profs en littérature m'a fait la même remarque. La vérité est que ces derniers temps, je lis beaucoup les textes de Lunatic, de Booba, de Soprano, de Sans Pression, de Loco Locas... parce que je veux écrire - du moins, j'espère- des chansons rap, mais, en écrivant ce texte, ce n'était nullement mon intention. Une amie du site a même fait allusion à Kanye West, un de mes rappeurs favoris. Cela dit, je m'en réjouis: ce sera peut-être une bonne façon de séduire des jeunes qui ne s'intéressent pas à la poésie contemporaine. Et, en toute honnêteté, à quelques exception près, je suis de leur avis.

Merci d'être passée, l'elfe.

Salutations créoles, Alexis.



  Si je connaissais l'Italie/Où Raphaël fit ses tableaux (Oswald Durand, poète du terroir haïtien))
*Alexis*


parce que la fraternité est plus forte que les tremblements de terre...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
42 poèmes Liste
526 commentaires
Membre depuis
26 juillet 2008
Dernière connexion
1er novembre 2013
  Publié: 4 avr 2010 à 20:57 Citer     Aller en bas de page

Citation de chocolat show
poème mystique, sombre, percutant. Je me suis laissé emportée par tes mots.
Un poème emprunt de force et d'émotion.

Je n'ai rien de constructive à dire, tout est là, ça transpire, beauté,puissance, émotion, originalité.
Une belle lecture.



Une visite très appréciée.
Salutation créoles, Alexis.

  Si je connaissais l'Italie/Où Raphaël fit ses tableaux (Oswald Durand, poète du terroir haïtien))
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1015
Réponses: 6
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,1015] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.