Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 20
Invisible : 0
Total : 21
· Yvan Bert
12999 membres inscrits

Montréal: 19 août 11:26:39
Paris: 19 août 17:26:39
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes collectifs :: Jurine et Marie-thé amies-amies par Adamantine & Aude Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
706 poèmes Liste
21186 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
19 août
  Publié: 14 févr à 12:10
Modifié:  15 févr à 02:41 par Adamantine
Citer     Aller en bas de page

Que deviendrait Jurine sans Marie-Thé son double ?
Laissez-nous vous narrer leur voyage outre-mer
Et vous verrez bientôt comment nos deux commères
Débarquèrent aux States en y semant le trouble.


Pour un concours de rimes, organisé au bourg
Par le « Poésie-club des rivages de l'Oir* »
Jurine avait écrit un sonnet à la gloire
Des légumes d’antan : panais, topinambours.

C’est au rayon primeurs du nouveau Carrefour
Qu’elle avait eu l’idée. Son texte magnifique
Lui fit gagner huit jours pour deux en Amérique
À partager avec son amie de toujours.

Ayant quitté fort tôt la triste métropole
La première surprise qui attend nos amies
Est le climat humide des rues de Miami :
Bientôt sous leurs aisselles se font des auréoles.

Marie-Thé est heureuse, son oncle de Châlons
Avait fondé ici, en mille-neuf-cent-trente-six
Un cercle très huppé pour faire de l’exercice
Et apprendre à danser les danses de salon

En traînant sa valise et suant de plus belle
Marie-Thé déclara : allons voir mon parent !
Leurs chemisiers trempés devenaient transparents
Au point de laisser voir leurs dessous de flanelle.

« Où trouver ton cher oncle parmi cette pagaille ? »,
Lui demande Jurine, en hélant un taxi
Car elle sentait venir la crise d'apoplexie.
Au chauffeur, Marie-Thé bafouille : "Ocean Drive ! "

Les voici maintenant dans ce quartier branché
Devant une maison d’allure sympathique,
D’où s’échappent parfois des notes de musique
Qui, malgré la chaleur, les poussent à danser.

Elles entrent prestement. Des couples se déhanchent,
Des hommes seulement ; ils sont beaux et musclés
Jurine aimerait bien oser les approcher
Mais Marie-Thé, soudain, la tire par la manche.

« C'est étonnant ici, nous sommes les seules filles
La musique n'est pas du tout comme je pensais,
Mais j’ai soif...» Elle commande, dans son mauvais anglais
Sa boisson favorite : un coca-camomille

Pendant que son amie se désaltère au zinc
Jurine sympathise avec plusieurs éphèbes
Qui lui offrent à fumer un tabac du Maghreb
Elle rit avec eux en se croyant bilingue

Le coca-camomille étant fort bien dosé
En rhum de Cuba, Marie-Thé se dandine
Sur le podium en strass, et en vraie gourgandine
Exécute un pool-dance du genre olé-olé.

« Marie-Thé que fais-tu ? », s’écrit une voix d’homme,
« Grands Dieux mais c’est tonton ! », Marie-Thé est confuse
Jurine la rejoint au fond de la cambuse
Avec, dans chaque main, un grand verre de rhum.

« Je voulais mon cher oncle avecque mon amie
Te faire une surprise », « Ah ! Ça, je suis content !
Je te croyais, ma nièce, entrée dans un couvent
Et je te trouve ici, loin de ta Normandie ! »

Furieux, il embarqua Marie-Thé et Jurine,
Les emmena chez lui, tout au bord de la plage
Les amies barbouillées, demeurèrent fort sages
Car elles étaient couchées, soignées à l’aspirine.

L'oncle les renvoya après huit jours, fissa
Ravies de leur périple. Qu’il était excitant !
Et pour le prolonger, au bout de quelques temps
Elles ouvrirent à Epron, une école de salsa.



* Oir : petit fleuve côtier normand se jetant dans la baie du Mont Saint-Michel


  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Ali
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
18 poèmes Liste
544 commentaires
Membre depuis
13 septembre 2017
Dernière connexion
16 août
  Publié: 14 févr à 15:07 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Aude, bonsoir Adamantine,

Si ça n'est pas les "Pieds Nickelés"_en Amérique_ça y ressemble. J'ai bien rigolé, MERCI !

(Voilà une aventure qui ne va pas améliorer notre cote à l'étranger...mais un voyage-cadeau dont pourrait s'inspirer LPDP...)


 
Adamantine

Administrateur

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
395 poèmes Liste
12073 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
19 août
  Publié: 15 févr à 02:56 Citer     Aller en bas de page

Citation de Ali
Bonsoir Aude, bonsoir Adamantine,

Si ça n'est pas les "Pieds Nickelés"_en Amérique_ça y ressemble. J'ai bien rigolé, MERCI !

(Voilà une aventure qui ne va pas améliorer notre cote à l'étranger...mais un voyage-cadeau dont pourrait s'inspirer LPDP...)




Chapeau et merci d'avoir eu le courage de lire ce loooonnnnng poème ; il est vrai que Jurine et Marie-Thé n'en font qu'à leur tête et se moquent du confort de lecture des membres du site. Elles sont irrécupérables.

  Et si l'on me demande à quoi j'ai passé le temps Je dirai à jouer... Le reste n'importe pas.
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
706 poèmes Liste
21186 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
19 août
  Publié: 15 févr à 06:24 Citer     Aller en bas de page

Citation de Adamantine

Citation de Ali
Bonsoir Aude, bonsoir Adamantine,

Si ça n'est pas les "Pieds Nickelés"_en Amérique_ça y ressemble. J'ai bien rigolé, MERCI !

(Voilà une aventure qui ne va pas améliorer notre cote à l'étranger...mais un voyage-cadeau dont pourrait s'inspirer LPDP...)




Chapeau et merci d'avoir eu le courage de lire ce loooonnnnng poème ; il est vrai que Jurine et Marie-Thé n'en font qu'à leur tête et se moquent du confort de lecture des membres du site. Elles sont irrécupérables.



Comme on dit en Suisse : "plus c'est long plus c'est bon ".
Merci Ali, j'adore les pieds nickelés !

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Maschoune

Modératrice


Je voudrais tout savoir pour pouvoir tout t'apprendre et tout avoir pour pouvoir tout te donner-Brel
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
181 poèmes Liste
9600 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
19 août
  Publié: 15 févr à 07:30 Citer     Aller en bas de page

Citation de Adamantine
Elles sont irrécupérables.



Heureusement ! pour notre plus grand plaisir

  ISABELLE
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
706 poèmes Liste
21186 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
19 août
  Publié: 15 févr à 13:57 Citer     Aller en bas de page

Citation de Maschoune

Citation de Adamantine
Elles sont irrécupérables.



Heureusement ! pour notre plus grand plaisir



C'est le tonton qui les a récupérées !
Merci Maschoune

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 348
Réponses: 5
Réponses uniques: 4
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0326] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.