Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 866
Invisible : 0
Total : 870
· Peïo Sybarite · Lucie Granville · Tychilios
Équipe de gestion
· In Poésie
13157 membres inscrits

Montréal: 27 févr 05:56:01
Paris: 27 févr 11:56:01
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes tristes :: La nuit tombe... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Epsilon Cygni


Epsilon Cygni alias Sans Nom
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
31 poèmes Liste
417 commentaires
Membre depuis
29 juin 2006
Dernière connexion
24 septembre 2009
  Publié: 9 jan 2009 à 14:45 Citer     Aller en bas de page

La nuit tombe...


L'un après l'autre, les rideaux s'éteignent,
Lourds et opaques.
Étouffant sans distinction premiers souffles et vents anciens,
La dame en noir danse sur les cendres du jour.
Son désir insatiable n'a ni âge ni sexe.


L'acier règne en maître.
Sur l'étagère d'un musée moins fréquenté qu'un cimetière,
L'esprit consume sa solitude.
La chair fut-elle ?
Souvenir oublié sur un carré de cellulose...


Une haute silhouette décharnée
Touche la terre de son index, d'un blanc spectral comme le givre,
Imposant un silence de glace.
Et les âmes se figent
Dans un mutisme assourdissant.


Même la clémence est sans pitié.
Les enfants s'abritent sous la pluie des regards impuissants.
Un rire de marbre s'empare des statues,
Dérobant à la Lune son ultime sourire.
La nuit tombe...



B.
(janvier 2009)

 
Tendresse54
Impossible d'afficher l'image
Nous ne voyons pas les choses comme elles sont, nous les voyons comme nous sommes. Anaïs Nin
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
3229 commentaires
Membre depuis
9 mars 2006
Dernière connexion
28 novembre 2015
  Publié: 9 jan 2009 à 15:59 Citer     Aller en bas de page

La nuit tombe comme les bombes, je ne sais pourquoi je viens de faire cette comparaison...


Une haute silhouette décharnée
Touche la terre de son index, d'un blanc spectral comme le givre,
Imposant un silence de glace.
Et les âmes se figent
Dans un mutisme assourdissant.

J'aime particulièrement cette strophe, Bertrand, elle est assourdissante comme seule la mort peut l'être.

Chantal tendresse

  ce qui embellit le désert, c'est qu'il cache un puits quelque part...
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
359 poèmes Liste
20740 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
13 octobre 2019
  Publié: 10 jan 2009 à 07:21 Citer     Aller en bas de page

Elle sait si bien se cacher dans ses atours, parce qu'elle a si peur, elle est si timide...


J'ai aimé ton récit, je suis perplexe par contre de la vision que tu as de la nuit

  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
Epsilon Cygni


Epsilon Cygni alias Sans Nom
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
31 poèmes Liste
417 commentaires
Membre depuis
29 juin 2006
Dernière connexion
24 septembre 2009
  Publié: 18 mai 2009 à 14:38 Citer     Aller en bas de page

Chantal, Ibi, Eriune,

Merci pour vos commentaires sur cette métaphore un peu "brute de fonderie" sur ce que m'inspire la crise actuelle et ses fondements.


Amitié.
Bises aux filles.
Bertrand.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1187
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0246] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.