Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 10
Invisible : 0
Total : 10
13088 membres inscrits

Montréal: 25 juin 22:22:37
Paris: 26 juin 04:22:37
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes par thèmes : Cahier de vacances : Une nouvelle pour l'été (2014) :: Sans sucre ajouté (8) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
652 poèmes Liste
18574 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
10 juin
  Publié: 8 oct 2014 à 16:38
Modifié:  8 oct 2014 à 16:58 par Tilou8897
Citer     Aller en bas de page

Virgile suivit Alice en silence et il la laissa faire les démarches à la réception de l'hôtel. Il alla s'asseoir près de la table basse dans l'angle du hall. Même si cela ne se voyait pas, il était en train de réfléchir, d'essayer de prendre du recul mais il peinait. Il y avait beaucoup trop de choses qui lui échappaient. Les événements se succédaient tous avec logique mais les zones d’ombre étaient nombreuses.

Il regarda Alice de loin. Elle lui jeta un œil, elle aussi, le temps d’une seconde avant de retourner à sa conversation avec le réceptionniste qui attendait d’elle une réponse. Elle paraissait effrayée mais aussi suffisamment sûre d’elle pour avancer, décider de la direction à prendre. C’était là toute l’ambiguïté de la situation.

Elle revint vers lui.

“C’est bon, nous avons une chambre. Tu viens ?” lui lança-t-elle.

Virgile se redressa, hocha la tête et lui emboîta le pas.

L’hôtel était étroit autant de l’extérieur que dans son intérieur. Les couloirs, l’escalier en colimaçon, les portes comme les chambres. A certains égards, il n’avait rien de rassurant mais dans le contexte, il semblait que cela devait être un atout. Il y avait fort peu de chances que quelqu’un puisse avoir l’idée de les chercher ici.

Alice fit tourner la clé dans la serrure de la chambre et ouvrit la porte. Virgile la suivit.

La pièce n’était pas très grande. Tout juste ce qu’il fallait pour une personne ou un couple qui n’avait aucun désir de grandeur.

“Tu as remarqué qu’il n’y avait qu’un seul lit ?”

Alice jeta un œil assez dur à Virgile. Mais elle ne répliqua rien. Virgile aurait été tenté de dire que ce n'était pas habituel venant de la part d'Alice mais la vérité, c'est qu'il ne la connaissait pas.

“Je vais prendre une douche.”

“Okay.” fit-il en allumant la télévision.

“Moi, je vais regarder s’il y a un film de bien. Et si c’est le cas, je demanderai à la réception qu’ils nous montent du pop-corn.”

En réponse, il eut droit à un soupir et un claquement de porte. Virgile se laissa tomber dans le lit et contempla le plafond. Que faisait-il là ? Il entendit la bruit de la douche dans la salle de bain et il se dit qu’il y avait vraiment quelque chose qui ne tournait pas rond chez lui. Il était dans une chambre d’hôtel avec une fille qui était, il y a encore quelques heures, une parfaite inconnue. Ils étaient poursuivis par quelque chose, des gens selon toute vraisemblance, pour une raison dont il ignorait tout et pour couronner le tout, ils étaient à la recherche d’un livre parce qu’une entité bizarre était à sa recherche aussi. Si tout cela ne tenait pas d’un délire psychotique, c’était sûrement qu’il avait quitté la réalité depuis bien plus longtemps.

Il regrettait presqu’Eva ne soit pas là. Elle n’était certes pas un exemple à suivre pour ce qui est de l’originalité dans ses décisions mais au moins, il était sûr qu’elle ne pouvait faire que des choses rationnelles. Il ferma les yeux et il dut s’assoupir un peu car il sursauta quand la porte de la salle de bain se rouvrit.

Lorsqu’Alice sortit de la pièce, elle avait encore les cheveux humides et une simple serviette de bain enroulée autour de la poitrine.

“C’est libre.” fit-elle en essayant de ne pas croiser le regard de Virgile.

De toute évidence, elle n’avait pas réfléchi à la gêne qu’elle ressentit, vêtue si légèrement. Elle n’avait pas pensé un instant non plus que Virgile puisse être aussi embarrassé et le lui faire sentir sans même prononcer un mot.

Elle portait dans ses bras, ses vêtements soigneusement pliés et elle s’empressa d’aller les déposer sur le dessus de la table de chevet à côté du lit.

Elle était jolie. Vue de si près, avec l’odeur parfumée de gel douche, mêlée à celle du shampoing, elle exhalait une féminité qui n’avait été jusqu’à maintenant uniquement que suggérée. Virgile s’empressa de glisser sur le côté opposé du lit. Il se redressa et resta ainsi, le dos tourné et les yeux dans le vague.

“Je vais aller me passer un coup sur le visage.”

Elle le regarda se rendre dans la salle de bain. Du moins, c’est l’impression qu’il eut car il s’arrangea pour ne jeter aucun coup d’oeil dans la direction d’Alice.

“Tu veux manger quelque chose ?” lui demanda-t-elle avant qu’il ne ferme la porte.

“Pourquoi pas.”

Alice sourit. La réponse semblait lui convenir parfaitement.

“Je vais appeler la réception pour qu’ils nous montent quelque chose alors.”

Et elle attrapa le combiné accroché au mur derrière la porte d’entrée.


[...]



(à suivre)

Tilou

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administrateur

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
411 poèmes Liste
13126 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
25 juin
  Publié: 8 oct 2014 à 16:52 Citer     Aller en bas de page

Il s'agit d'une transition qui nous laisse sur notre faim. On est plus dans le ressenti, les émotions . j'attends le retour de l'intrigue.

 
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
652 poèmes Liste
18574 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
10 juin
  Publié: 11 oct 2014 à 04:11 Citer     Aller en bas de page

@Isthar : transition... oui et non... Bref... faut attendre la suite... (elle est en cours de finalisation...)

@Flamme d'ange : y a des chances que le dernier épisode soit publié à l'extrême dernière minute, en effet.... La faute au temps de l'écriture qui n'est pas nécessairement compatible avec mon emploi du temps...

Cela... pour répondre aux questions :

- les noms des personnes : oui, ils sont volontairement choisis pour les références qu'ils portent. Cela ne veut pas dire pour autant que je vais exploiter la chose dans la narration... Il faut prendre la chose comme un clin d'oeil... Je ne cache pas que si j'avais eu un peu plus de temps, j'aurais utilisé de manière plus complète la référence quitte à mettre les personnages dans une situation similaire à leur histoire personnelle (celle de la référence)

- le rapport entre le titre et l'histoire... : je réserve la réponse après le dernier épisode...

- enfin.. la suite... Elle est là : dans la fenêtre que je viens de réduire à l'instant...^^ Elle arrive...dès que j'estime que je suis arrivé à destination... Et si j'y arrive pas... Oui, il y a aura sûrement la suite, toujours ici... Je ne vais pas changer d'endroit^^

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 980
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0238] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.