Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 10
Invisible : 0
Total : 10
13142 membres inscrits

Montréal: 8 avr 23:06:20
Paris: 9 avr 05:06:20
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Textes d'opinion :: L'invisible inconnu Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Rosi

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
146 poèmes Liste
1382 commentaires
Membre depuis
6 juillet 2014
Dernière connexion
1er avril
  Publié: 25 mars à 13:41
Modifié:  27 mars à 07:08 par Emme
Citer     Aller en bas de page

Aujourd'hui nous sommes en guerre... Oui, c'est vrai, pas la même guerre qu'ont connue nos parents ou arrière-grands-parents...

C'est une guerre plus moderne, sans effusion de sang, mais elle reste néanmoins une guerre... sournoise tapie derrière chaque individu... Nous sommes tous probablement l'arme cachée capable de tuer cet autre, cet être plus fragile que nous, plus âgé ou pas, car finalement on se rend compte que ce virus ne s'attaque qu'aux plus faibles...

Parfois je me demande, chaque fois que sort une nouvelle maladie, pourquoi, et comment on en arrive là... On nous dit, que la nature est pleine de bactéries, de virus, transmis par l'animal ou l'insecte.
Nous consommons aussi de plus en plus de viande, diverse, nourrie aux hormones, gonflée de liquide dont on ne connaît pas sa composition, on utilise des pesticides qui déciment même nos abeilles, celles qui nous donnent aussi, un trésor inestimable. On consomme de plus en plus de viandes ou poissons crus, ou tout un tas d'espèces qui se nourrissent elles-mêmes de tout ce que nous rejetons dans la nature...

Aujourd'hui, c'est vrai ce n'est pas une guerre comme les autres, c'est une guerre que nous avons peut-être nous tous, déclarée...

Déclarée, parce que nous jouons avec le feu, et qu' à un moment donné le feu devient tellement fort et puissant qu'on n'arrive plus à l'éteindre...

Nous nous en prenons à l'État, parce qu'il faut bien désigner des responsables, mais en réalité, nous sommes tous responsables de ce qui nous arrive.
Parce qu'on veut plus, encore et toujours pour assouvir des petits besoins artificiels, égoïstes, on veut plus d'argent, de luxe, de confort, de plaisir...

Aujourd'hui, nous avons tant voulu de tout ça... qu'on se retrouve à avoir moins que tout ça au final...

On critique ces sans-logis, et on se dit que s'ils en sont là, c'est qu'ils le veulent bien... Qu'ils n'avaient qu'à travailler ou je ne sais quoi... Quand j'entends ça, ça me glace toujours le sang... Moi je dirais, aujourd'hui, que ces sans-logis, pourraient dire la même chose aujourd'hui de nous tous... Et ils auraient bien raison...
On comprend parfois mieux la détresse humaine quand elle est de notre côté, qu'elle frappe à nos portes... Et encore comme ça, la presse toujours pleine à se goinfrer, pour mieux se tirer la couverture, arrive encore à se contredire parfois elle-même dans ses communiqués...

Vendre encore et encore, alors que tant de gens meurent et tombent comme des mouches, créer des sentiments de crainte, d'angoisse, alors qu'on sait combien le stress est notre ennemi le plus sournois... Peut-être plus que tous les virus ou maladies connus...
Ce stress qui détruit tout notre système immunitaire, qui nous affaiblit, nous mène à la dépression...

On écoute les infos, pour s'informer de tout, parce que l'humain a besoin de tout savoir, pas toujours parce qu'il a peur, mais parce que derrière, on a besoin de se sentir rassuré...
Mais ce n'est pas ce qui se passe, bien au contraire, on vit avec la peur au ventre chaque jour en écoutant tout ce qui se passe autour de nous, dans d'autres pays...
On se crée un sentiment permanent de stress, et ce stress, la presse le connaît bien... Elle en joue, tout ça pour de l'argent, et ainsi va le monde... On fait tout, toujours pour l'argent... Le pouvoir...

Aujourd’hui, 168 pays et territoires sont touchés par le Covid-19, pour un petit départ dans une petite ville de Chine, portant le joli nom de Wuhan...
J'ai quand même du mal à croire qu'une petite ville de Chine ait pu à elle seule contaminer quasiment le globe terrestre...
Pourquoi pas après tout, puisque les grippes voyagent tout autant, ainsi que tant d'autres virus...
Nous voyageons tant, nous tous humains, peut-être trop, qui sait ?

La réalité, c'est qu'aujourd'hui, nous sommes tous face à nous-mêmes, face à notre impuissance face à quelque chose d'inconnu, d'animal, ou qui sait, de menace d'homme à homme ?...

Quand on y réfléchit bien, la dernière pandémie fût la grippe espagnole... en fin de Première guerre mondiale... 1918/1919. On sait que l'humain est capable de créer des virus pour déclencher des guerres chimiques, et que nous n'en saurons jamais rien...

L’Angleterre a elle-même caché l'histoire pendant 50 ans, de Monsieur Alan Mathison Turing, qui créa une machine, capable de décrypter les attaques Allemandes, et fit sans doute raccourcir la Guerre...

Il y a des choses que nous ne saurons jamais, car nous simples citoyens, serons quelque part, les jouets de ceux qui nous gouvernent, ceux qui créent des guerres et ceux qui décideront d'y mettre fin...

Quand notre Président nous dit que nous sommes en Guerre, moi, j'y déchiffre bien ce que cela veut dire...
On ne ferme pas des frontières, on n'arrête pas des pays entiers stoppant ainsi leur économie, pour soi-disant, une simple petite "gripette"...
Parce que la grippe saisonnière que nous connaissons bien tue pas mal aussi, et nous n'avons jamais arrêté de vivre, de sortir, de respirer...

Il est peut-être là, aussi, le problème... si tout n'était que contact, 198 pays, ça fait beaucoup d'avions, de trains, de voitures qui voyagent... les virus ne connaissent pas de frontières, ils circulent aussi librement que l'air que nous respirons tous...
On parle de contact, de surface contaminée, mais on ne parle pas des particules en suspension...

Tout le monde sait que tout est volatile, même l'invisible à l’œil nu. Les micro-organismes se développent et circulent aussi librement que l'air que l'on éjecte de nos poumons... On arrête pas de dire, lavez-vous bien les mains, ne touchez pas votre visage, éternuez ou toussez dans votre coude... Mais les micro-projections, elles vont bien au-delà...

Moi, j'aimerais aussi qu'on dise, lavez-vous bien le visage, lavez-vous les yeux et le nez avec du sérum physiologique... Consommez du miel, de la Propolis, qui sont des barrières antivirales... Dormez beaucoup, respirez calmement, avec le ventre, éteignez un peu tout ce qui génère du stress...

Tout ça, c'est pas mal aussi, vous croyez pas ? Mais on nous dit, surtout, restez chez vous...
Oui, restons chez nous, pour nous, pour le corps médical, qui n'en peut plus, mais surtout restons chez nous, car moins nous sortons, moins ce que nous rejetons dans l'air, voyage...

Nous sommes en Guerre, oui, moi, en tout cas j'en ai une petite conviction, qui ne reste que la mienne, bien entendu, et elle est peut-être fausse aussi, qui sait, mais c'est la mienne...

Ce qui est certain, c'est que c'est bien réel, et que ça va faire beaucoup de mal encore, et que plutôt que de toujours vouloir toucher la lune, ce serait bien qu'on réapprenne à vivre en paix avec notre terre, à la respecter, à se respecter les uns les autres...
Nous savons tous que l'homme est le grand prédateur du monde, mais peut-être qu' aujourd'hui, ce même monde nous fait peut-être payer à sa manière, notre orgueil, notre égoïsme, sous une forme minuscule, mais capable de nous éteindre tous, comme on éteint une bougie...

Et si c'est une guerre bactériologique, comme toute guerre, elle tuera, qui elle voudra... Aujourd'hui ce sont les plus vulnérables, les plus âgés... Dans un autre futur, ce sera d'autres cibles, et qui sait... notre fin à tous ?...

Peut-être l'aurons nous bien cherché ?...





  L'écriture est le chemin, vers l'espoir et la sagesse
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
278 poèmes Liste
9222 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
8 avril
  Publié: 31 mars à 11:46 Citer     Aller en bas de page

merci ROSI,
- tu évoques beaucoup de constats,
ne nombreux inconforts par rapport aux informations,
des vivres ensembles incertains.
- moi aussi j'ai des convictions.
- ce virus me semble être une forme de la grippe, une forme de dérégulation des équilibres des nécessités invisibles pour les humains landa, dont nous ne savons rien, surtout les dits scientifiques, qui croient détenir toutes formes de vérités. sans autoriser des curiosités provenant de l'empirisme incertain, bonjour PASTEUR (qui doit sa célébrité aux sacrifices de ses accompagnants) et bien d'autres.
- par rapport au "sida" Coluche disait, prenez un stylo à bille, et écrivez "SIDA", puis utilisez le capuchon en plastique à mettre sur la bille, et quand vous voulez écrire "SIDA" la bille n'écrit rien. oui c'est vrai, pour ceux qui ont mis goutte bleue, dans leurs univers jaune, ils vont mourir en vivant les effets du vert, et ensuite ce sera fini.
- pour notre virus actuel, des conditions de transmissions, ont franchis une barrière de protection d'immunitaires, pour des attaques d'existences qui se transmettent par des dérégulations du à des fluides corporels, la salive pour le moment.
- mais cet acte humain qui semble être indispensable pour nous les latins, partager les rapports sexualisés (oui faire l'amour à moins de un mètre de distance), en dehors des confinements d'apparences, c'est comme laisser les robinets faire du goutte à goutte, pour ne pas comprendre qu'un simple tour de fermeture de robinet suffirait pour clore les états contaminants.
- dans la nature, ce que les détenant des savoirs ne cherchent toujours pas à vouloir comprendre, quand dans un espace donné une population devient trop nombreuse, une maladie régulatrice vient redonner les conditions nécessaires aux justes vivres ensembles.
- serions nous trop nombreux, nous n'avons plus les peines de morts, nous régulons les assassinas des guerres, chez les autres, la nature serait-elle mondialiste ?
- ces genres de développements, seraient-ils acceptés pour des continuités de consciences philosophiques ?
BGGD et MST

 
Rosi

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
146 poèmes Liste
1382 commentaires
Membre depuis
6 juillet 2014
Dernière connexion
1er avril
  Publié: 1er avr à 06:16 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Sam!!

Je partage entièrement ton opinion et tu as très bien cerné le contexte...

Oui, nous somme certainement trop nombreux sur cette planète, nous vivons de plus en plus vieux avec des anciens fragiles, mais qui sont pour nombres d'entre-eux avec une couvertures sociale à 100%, de plus en plus de pathologies auto-immune, de diabète, d'insuffisance cardiaque, tension... Comme tu dis, plus de guerres, donc une surpopulation mondiale mais aussi économique avec une vraie fragilité économique...
On sait qu'après toute guerre, les plus forts se relèvent, et l'économie reprend sa route, plus forte...
Si nous sommes victimes d'un pouvoir qui nous dépasse, oui, j'en suis convaincue...
On voit bien comment des morts comme celle de Balavoine, Coluche, Béregovoy et tant d'autres, sont très vite passées à l'as....
On met toujours la faute sur un malheureux accident... Mais Pour Monsieur Bérégovoy, se tirer deux balles dans le corps comme c'était le cas, c'est pas mal quand même...
Enfin, je suppose que nous ne serons qu'un détail de plus pour des manipulateurs politiques, qui n'ont rien vu venir, et ça j'en doute, ou ont peut-être été dépassé par un virus mal maîtrisé...pourquoi pas aussi...
Quoi qu'il en soit, on joue avec la terre, avec le feu en travaillant sur des virus très dangereux, et le résultat aujourd'hui, c'est que ça balaye une grande partie du monde, et ça va continuer jusqu'à ce que la nature reprenne ses droits...
Merci infiniment Sam, pour ton raisonnement et prends bien soin de toi et des tiens ;-)

  L'écriture est le chemin, vers l'espoir et la sagesse
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 104
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0340] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.