Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 375
Invisible : 0
Total : 377
· Dyonisos · Poésidon
13084 membres inscrits

Montréal: 19 juil 21:18:47
Paris: 20 juil 03:18:47
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes par thèmes : Concours Eté 2008 - Improvisation texte sur début imposé "La vieille batisse.." :: les complices Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
fransua


Parce que les mots sont ma passion copyright00044468
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
74 poèmes Liste
899 commentaires
Membre depuis
19 mai 2008
Dernière connexion
23 mars 2011
  Publié: 25 juil 2008 à 10:01 Citer     Aller en bas de page

La vieille bâtisse découpait l'horizon quand le crépuscule pointait... Laissée à l'abandon peut-être et surtout au fracas incessant des vagues qui grignotaient les contrebas de la falaise. D'aucuns disaient, qu'à la tombée de la nuit, l'on entendait des cris ou bien toutes sortes de musique inquiétante... Mais tous étaient bien ignorants... Moi, je savais..."

Le fracas incessant qui rigolait en bas de la falaise tout en la grignotant rendait encore plus envoûtante la chanson de la mer. Quand arrivait la pleine lune, des fois elle se mettait à chanter, des fois si elle était en colère, elle se mettait à crier et des fois elle montait sur ses mille chevaux d’écume dans une rage si terrifiante que la vieille masure juchée sur ses épaules tremblait de toutes ses pierres et émettait alors des sons si étranges qu’on aurait dit qu’elle égorgeait tous ceux qui auraient voulu s’approcher d’elle.
Les crêtes des vagues hurlantes sous la lumière argentée semblaient alors des monstres d’écume qui partaient à l’assaut de la terre et de tous ceux qui auraient osé s’approcher de son rivage et voulu emprunter le chemin escarpé qui menait à la vieille maison qui semblait prête à s’écrouler sous les rafales déferlantes.
Elle était furieuse comme une tigresse des ténèbres, intolérable comme le sirocco dans le désert, intraitable comme une maîtresse délaissée et si jamais on essayait de percer leur secret alors elle se mettait en tête de tuer tout ce qui venait les menacer. Animaux, plantes, hommes tout ce qui voulait entraver sa liberté et découvrir le secret était dévoré et englouti à jamais par ses flots.
Mais une fois le danger passé, quand un nouveau jour sur une aube dorée se levait, elle se mettait alors de nouveau à fredonner et à ronronner. Et la vieille maison dont tous les membres d’une même famille avait été par une nuit d’orage retrouvés noyés et qui retenait leurs âmes emprisonnées redevenait cette belle bâtisse illuminée par le couchant et la chanson marine redevenait un doux murmure bercé par les vagues qui venaient langoureusement lécher le sable.
Repue, la mer assassine reprenait son visage paisible jusqu’à ce vienne la prochaine menace et depuis de nombreuses années déjà la belle demeure gardait ainsi ses prisonniers et son terrible secret que grâce à sa complice marine jamais personne ne découvrirait.

  Les amis sont des anges silencieux qui nous remettent sur nos pieds quand nos ailes ne se rappellent pas comment voler !
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
653 poèmes Liste
18579 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
15 juillet
  Publié: 25 juil 2008 à 15:59 Citer     Aller en bas de page


Assez bien écrit...
Je crois... Que ça mériterait de développer un peu... Le dénouement me paraît un peu brutal... Et je suis resté un peu déçu de ne pas en savoir plus...

(Je sais, chui exigeant^^)

Merci pour cette lecture cela dit

Amitiés

Tilou

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Amoureux fou


La poésie est à l'écriture ce que Celle que j'aime est à la femme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
10 poèmes Liste
101 commentaires
Membre depuis
2 juillet 2008
Dernière connexion
13 août 2008
  Publié: 25 juil 2008 à 16:43 Citer     Aller en bas de page

Je n'ai pas fait de commentaires après ma première lecture de cet après-midi car je n'avais pas réussi à m'imprégner du texte.

Après une seconde lecture, je qualifierais ton récit de " plus poétique " et " plus métaphorique " de ceux qui ont été écrits pour l'instant, lui décernant ainsi la palme de l'imaginaire.
C'est pour cela que je n'avais pas réussi à accrocher du premier coup. Je n'avais pas réussi à me placer au second, voire troisième degré sur le fond duquel tu t'es appuyé.

En le lisant ainsi ce soir, j'ai finalement pris mon pied.

En conséquence, un grand merci et un grand bravo à toi Fransua.

Pascal

  Errare humanum est, perseverare diabolicum est
chromatic


J'ai décidé d'écrire non pas pour décrire mais pour m'écrier
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
47 poèmes Liste
142 commentaires
Membre depuis
15 mars 2007
Dernière connexion
5 septembre 2014
  Publié: 25 juil 2008 à 17:38 Citer     Aller en bas de page

Globalement je partage ce qui est dit plus haut.

J'ai été surpris positivement par le style poétique, avec un côté surréaliste. C'est vraiment original de ce côté là.

En même temps, j'ai comme une impression d'écriture un peu "premier jet", un peu "diamant brut".
En le ciselant un peu derrière, ça aurait pu être un pur bijou. Là l'esprit est bon, mais j'ai le sentiment que tu n'es pas complètement allé au bout de tes idées fransua, que tu n'a pas totalement pris ta propre démarche au sérieux.

J'aime bien.
Même si comme Tilou je reste un peu sur ma fin.

  Chromatic
fransua


Parce que les mots sont ma passion copyright00044468
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
74 poèmes Liste
899 commentaires
Membre depuis
19 mai 2008
Dernière connexion
23 mars 2011
  Publié: 26 juil 2008 à 04:39 Citer     Aller en bas de page

merci pour ces commentaires. J'écris peu de textes, mais beaucoup plus de poésie alors vos com sont encourageants et j'ai fait exprès de ne pas trop en dire car après ce n'est 50 lignes qu'il faut...mais j'essaierai de peaufiner la chose et je le publierai peut être sur mon blog poétique ou ici si on a le droit à plusieurs essais Enfin merci pour vos lectures

  Les amis sont des anges silencieux qui nous remettent sur nos pieds quand nos ailes ne se rappellent pas comment voler !
fransua


Parce que les mots sont ma passion copyright00044468
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
74 poèmes Liste
899 commentaires
Membre depuis
19 mai 2008
Dernière connexion
23 mars 2011
  Publié: 31 juil 2008 à 06:30 Citer     Aller en bas de page

Je ne prétends pas être parfaite et pas habituée à écrire ce genre de texte mais je continue d'apprendre et c'est dur de toujours surprendre

  Les amis sont des anges silencieux qui nous remettent sur nos pieds quand nos ailes ne se rappellent pas comment voler !
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
359 poèmes Liste
20740 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
7 avril
  Publié: 31 juil 2008 à 06:49 Citer     Aller en bas de page

J'ai bien aimé la lecture, malheureusement j'ai comme une impression de premier jet moi aussi, et ça manque cruellement de ponctuation, à mon sens hein, ce n'est pas l'avis de tout le monde.


Mais j'ai pris mon pied, par la poésie et le surréalisme du texte...


Amitiés


Justine

  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
angetine au sol


J'ai juste rêver un jour que je pouvais rêver pour de vraie.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
195 poèmes Liste
3034 commentaires
Membre depuis
22 mars 2005
Dernière connexion
4 août 2016
  Publié: 5 août 2008 à 08:59 Citer     Aller en bas de page

moi j'ai aimé les images et les métaphores!!

je me suis baladée au travers de tes mots sans relâche!!!

amitié
angetine au sol

  Le parfum subsiste toujours au creux de la main qui offre la rose
fransua


Parce que les mots sont ma passion copyright00044468
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
74 poèmes Liste
899 commentaires
Membre depuis
19 mai 2008
Dernière connexion
23 mars 2011
  Publié: 7 août 2008 à 12:05 Citer     Aller en bas de page

Merci pour vos commentaires. J'ai peut-être publié ce texte trop vite et j'ai parfois le défaut de faire des phrases trop longues mais pour la ponctuation, je ne sais pas
Amitié

  Les amis sont des anges silencieux qui nous remettent sur nos pieds quand nos ailes ne se rappellent pas comment voler !
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1422
Réponses: 8
Réponses uniques: 6
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :

Le Requiem de Fauré (Poèmes par thèmes)
Auteur : Tilou8897
Gilles ... et les autres ... (Poèmes par thèmes)
Auteur : Amoureux fou
A la recherche d'un rire (Poèmes par thèmes)
Auteur : Karasu
les cris du mas (Poèmes par thèmes)
Auteur : Estérak

 

 
Cette page a été générée en [0,0455] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.