Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 17
Invisible : 1
Total : 18
13040 membres inscrits

Montréal: 21 sept 17:45:03
Paris: 21 sept 23:45:03
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Acrostiches :: L'année Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Berny

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
29 poèmes Liste
73 commentaires
Membre depuis
27 mars
Dernière connexion
20 septembre
  Publié: 13 mai à 02:52
Modifié:  13 mai à 03:48 par Maschoune
Citer     Aller en bas de page



Je l’avais rencontrée c’était je crois matin
A tort ou à raison elle croisait mon chemin
Nous étions jeunes alors dans la grande insouciance
Volontiers gouailleurs sans aucune méfiance
Ivres de liberté à l’esprit primesautier
Emerveillés d’un rien le caractère entier
Rapides à décider et bien prompts à aimer

Fallait-il cette fois à cela déroger
Elle était si jolie avec ses bas de soie
Vers moi elle tournait un buste qui ma foi
Risquait de chavirer le premier cœur passant
Il se trouva que moi cela dit en passant
Etait plutôt du genre à ne pas dédaigner
Rose elle s’appelait comment ne pas l’aimer


Mais il fallut d’abord tempérer mon ardeur
Accepter d’échanger un langage de douceur
Risquer quelques touchers vite vite rétractés
Si vous saviez combien tous les jeunes sont pressés

A la venue d’avril pour moi si beau parleur
Voici venir le temps de lui offrir des fleurs
Rose les accepta et m’offrit un baiser
Il n’est pas de manuel qui puisse vous aider
Le geste approprié c’est à vous de trouver

Mais le premier baiser si facile à donner
A toute l’innocence témoigne maladresse
Il se produit souvent que trop tôt il ne cesse

J’eus donc encore besoin de mille flatteries
Utiliser maintes fois de beaux bouquets fleuris
Il n’est rien qu’on n’obtienne si l’on sait s’obstiner
Ne pas désespérer si l’on veut butiner


J’obtins enfin un jour la promesse d’aller
Une journée d’été en forêt pique-niquer
Il est hors de question de tout vous révéler
L’amour a ses secrets qu’il convient de garder
La rose désirée avait enfin éclose
Et les parfums de Rose qui de son corps explosent
Tinrent enfin enlacés pour un très long voyage

A l’ombre d’un grand pin deux amants plus très sages
Oui j’ai vraiment aimé cette Rose odorante
Uniquement gardé pour elle mon amante
Tous les ébats futurs les échanges amoureux

Si bien que l’on peut dire que nous étions heureux
Et soudain, le destin sur elle s’acharna
Pourquoi fut-il le jour où la rose la piqua
Tétanos avéré tremblements convulsions
Et spasmes raideurs maux de gorge irritation
Menèrent en même temps le siège à son côté
Bientôt dut s’aliter et perdre sa beauté
Restait alors pour moi à lui rendre visite
En sa chambre allongée quand elle m’y invite

O j’ai maudit le ciel pour ce cruel destin
C’était trop de douleur et l’œuvre du Malin
Toutes ces nuits passées à chercher le sommeil
O ces larmes le jour le matin au réveil
Beaucoup de temps perdu à errer esseulé
Retour à la maison et jamais consolé
Et ces supplications moi qui n’était qu’impie

Nous t’implorons Seigneur toi qui donnes la vie
Ordonne à un archange de descendre ici-bas
Vois comme il est injuste épargne ce trépas
Et fais que Rose et moi retrouvions notre joie
Mais ce n’est que silence et nous n’avons plus foi
Bientôt c’est sans espoir les feuilles sont tombées
Reste à nous souvenir de ces heures passées
Ensemble il faut sourire et cesser de penser


Déjà ton souffle court ta pâleur si mortelle
Eteignent sur ton visage la dernière étincelle
C’est fini je le sais et demain l’on t’enterre
Et je resterai seul à te pleurer sur terre
Même dans l’au-delà je t’aimerai toujours
Bon repos mon amour avec ces fleurs autour
Regardez ces lilas c’est pour fleurir sa tombe
Et l’année se termine sous la neige qui tombe



 
Maschoune

Modératrice


Je voudrais tout savoir pour pouvoir tout t'apprendre et tout avoir pour pouvoir tout te donner-Brel
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
185 poèmes Liste
9787 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
21 septembre
  Publié: 13 mai à 03:48 Citer     Aller en bas de page

Voilà un exercice pas facile dont tu as bien su te sortir

Bravo

  ISABELLE
Berny

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
29 poèmes Liste
73 commentaires
Membre depuis
27 mars
Dernière connexion
20 septembre
  Publié: 13 mai à 04:27 Citer     Aller en bas de page

Citation de Maschoune
Voilà un exercice pas facile dont tu as bien su te sortir

Bravo



Merci . L'acrostiche qui impose les premières lettres m'a paru à la fois une contrainte et une aide.
Berny

 
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
211 poèmes Liste
6835 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
21 septembre
  Publié: 17 mai à 05:02 Citer     Aller en bas de page

Itou pour moi en suite de "maschoune" là
Totalement sensibilisé
Oubliant ce que sont certaines
Utilités de ces contraintes.

 
Berny

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
29 poèmes Liste
73 commentaires
Membre depuis
27 mars
Dernière connexion
20 septembre
  Publié: 17 mai à 09:54 Citer     Aller en bas de page

Citation de samamuse
Itou pour moi en suite de "maschoune" là
Totalement sensibilisé
Oubliant ce que sont certaines
Utilités de ces contraintes.



Rien sur le fond, qui est quand même bien triste. Sniff, sniff.
Merci
Berny

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 179
Réponses: 4
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0310] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.