Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 43
Invisible : 1
Total : 48
· Yvan Bert · Gem · Lunabelle · ori
13045 membres inscrits

Montréal: 26 sept 10:52:30
Paris: 26 sept 16:52:30
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes collectifs :: Déflagration De La Finesse Éventuelle... (heak 1924) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Hubix-Jeee
Impossible d'afficher l'image
Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
767 poèmes Liste
5652 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
23 septembre
  Publié: 11 sept à 16:15
Modifié:  15 sept à 08:12 par Hubix-Jeee
Citer     Aller en bas de page

Des pages alunissent, dithyrambiques, d'une ronde sournoise.
L'avertisseur modéré blêmit en rat mineur, des fondations exorcisées.
De la pénombre sculpturale aux plaines éventrées, je flâne...
Des persiennes du lundi aseptisé par la césure, je pense...
Dans un ahurissant vertige, je (re)verdis au vernis vénitien ouvrable.
Des faisceaux moissonnés en dentitions pénipotentielles, tu planes...
Sous le X véléitère du temporaire taillis d'épargne stimulant mon aparté,
tu te viandes à mon suspens étamé contre l'immensité tubulaire du trac...

(ceci est exempt de loge hic!)
(cela est un rôle déjoué)

Après la virgule, la scène descend du nombre décent de hêtres prorogés.
Les gestes d'orthodoncie brûlent le café d'un effet musculaire - Woooâââf!
Quelque hurluberlu s'entrave au terminus du temps de l'essence d'agave.
Je choisis l'estuaire du non-pardon que j'éteins au parabellum frais.

(Lovecraft dort au-delà)
(D'un concept de non-vie)

À Bournemouth, tu grattes le menthol dans l'élévation d'un rire.
Suivant un tournedos, ta main se fissure, comme un train ascétique.
Plus de rixe au cœur d'éclats dantesques d'un lieu commun à d'autres.
Telle que la chignole au sein d'if qui pleut des sortilèges nappée d'instinct.

(Hier, un troll a mordu un cul-de-sac)
(À dos de noroît, en remuant l'aqueux)
(Le monde mange des pensées dislexiques)
(Lorsque ronronne le thym désinhibé)

Après un bain total tributaire d'un énième soleil parasité
Les acteurs au mûrissement d'alésage "s'apocryphent" des consortiums'
Planifiant un étatisme logarithmique qu'au reflet de boue, j'erre...
Déminant un losange de la gémellité des ténèbres, je circonflexe...

Un crispant attorney suspendu au bal des nébuleuses vitales s'élance
Son hérédité en filigrane, il vomit un boulier, enfant de la déviance.
La mort béatifiée à la sortie d'un bordel léthargique, tu te hérisses...
Comme le gigolo d'un "Lonely Art" au vent du tréfonds, tu minaudes...

(ce sont des énigmes épicuriennes)
(sosies des rimes "écartésiennes")

J'acquiesce - Woooâââf! - l'onéreux mimétisme minimaliste rouge.
L'onctueux courroux du gardien de ma neige encéphalique veineuse.
La reine phosphorescente éteint en noir luit au troisième acte.
L'hiver est divers comme dix vers actifs de soupirs à l'accent souterrain.
Le dément règne à l'octave mortuaire des générations assoupies.
Plus rien ne prévaut aux haltérophiles en disjonctions cérébrales.

(les services cervicaux sont en dérangement)
(veuillez effacer les lignes en danger!)

Mon Q.I. incise sans palabre le pouvoir destructif des lois
Ton Q.I. pèche à des convulsions ouvertes détonnatrices
Tu m'annonces des vipérines tricheries qui s'éventrent
Je te lèche rêche en dévidant mon rasoir d'aussi bien

Tout cela n'est en rien
Autre chose que la FIN.

Hubix
Erwin
Amy
Kim
1924.

 
ODIN
Impossible d'afficher l'image
J'ai une langue, qu'elle soit utile et subtile!
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
634 poèmes Liste
3579 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2012
Dernière connexion
26 septembre
  Publié: 12 sept à 06:37 Citer     Aller en bas de page

Oups, quel style soutenu! Bravo

 
Hubix-Jeee
Impossible d'afficher l'image
Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
767 poèmes Liste
5652 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
23 septembre
  Publié: 15 sept à 08:21 Citer     Aller en bas de page

Merci ODIN...

Soutenu, oui, par quatre personnes attentives à l'élaboration d'un poème qui puisse être apprécié tel qu'il est...
Une forme de résultat d'une explosion imaginative, création en forme de puzzle, multitude de chemins à emprunter, quête d'un surréalisme léger, éthéré, par trop complexe, dans le fond... une sorte de voyage lingual...

Amitiés x 4...

Hubix.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 114
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0338] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.