Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 18
Invisible : 0
Total : 19
· Miette
13210 membres inscrits

Montréal: 21 sept 20:15:39
Paris: 22 sept 02:15:39
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: Entre-rêve et nos ruines Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
659 poèmes Liste
18589 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
12 septembre
  Publié: 26 juin 2010 à 14:39
Modifié:  29 mars 2011 à 02:58 par Eliawe
Citer     Aller en bas de page

Qu'elle est loin cette terre lorsque je plie les genoux pour t'attraper.
Qu'elles sont loin toutes ces guerres quand tu ris et t'entêtes
Quand tu relèves les yeux avec cette envie et ce voile de doutes
Encore une et une autre, continuer sans arrêter à se faire tourner la tête
Encore une et une autre, quand mes bras te rattrapent
et te renvoient à tes galipettes

Dans ces instants, j'ai peur de moi
Peur de trop t'aimer
De t'aimer de travers
Sans en avoir le droit

On a déjà peu de droit de citer lorsqu'on est père
Alors quand on est rien
Qu'on se fourvoie dans chaque dentelle
Qu'à chaque mot que l'on prononce
Il sonne comme une prière

Une prière pour que cette affection reste sur le chemin
Sur son bord sans jamais dépasser la frontière

Je n'ai pas le droit de t'imposer par contumace
L'amour du marbre de cette pierre
Qu'on n'a jamais posée

Tu n'as pas à comprendre
A te faire une dette
Sur ces ruines qui nous sont restées


Tilou

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Chevalier Liqueur


Je ne suis pas là pour être aimé...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
70 poèmes Liste
2470 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2007
Dernière connexion
21 août
  Publié: 28 juin 2010 à 09:15 Citer     Aller en bas de page

Touché aussi...
Chaque jour on me condamne de plus en plus à lire des choses de plus en plus touchantes.
S'il vous plaît épargnez moi...

Merci.



Votre condamné.

  N'attends pas que je sois tombé pour la France...
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
659 poèmes Liste
18589 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
12 septembre
  Publié: 28 juin 2010 à 17:27 Citer     Aller en bas de page

@chocolat : pour la ponctuation.... Je crois que... C'est surtout la longueur des "phrases" qui m'a mené à mettre la ponctuation... Ensuite, elle ne semblait plus nécessaire car le rythme me semblait évident avec les ruptures... Sinon... Je ne sais pas bien car la chose s'est fait d'instinct : pas vraiment une question de choix...

@ à vous deux : sur le fond.

Je ne sais ce que vous avez entendu... dans la lecture du poème... ce qui est certain, c'est que votre ressenti n'est "étranger" à celui qui a porté ces lignes... Pas facile d'exprimer de manière juste, une situation affective "imposante" mise en abîme par rapport à un contexte que je qualifierai d'absurde même si c'est pas vraiment le mot qui convient...

Merci de vous y être arrêtés..

Amicalement

Tilou

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 952
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0310] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.