Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 9
Invités : 42
Invisible : 0
Total : 51
· doux18 · Cidnos · SHElene · actuaire · Drôle d'oiseau · Lapoètesse · Orélia · Rose-Amélie · La Brune Colombe
13086 membres inscrits

Montréal: 21 mars 16:24:48
Paris: 21 mars 21:24:48
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes collectifs :: Doux Vient Ce Regard de W.student et Sam Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
227 poèmes Liste
7746 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
21 mars
  Publié: 8 jan à 05:19
Modifié:  8 jan à 05:35 par Emme
Citer     Aller en bas de page

Le meilleur moyen de savoir si c’est possible,
Serait-ce d’oser se repousser l’impossible.
Dans des lectures de pensées, sur ses compétences,
S’interdisant de s’évaluer d’existence ?

Nous allons aborder un drôle de sujet.
Que trop peu de personnes osent vouloir entrevoir.
Séparer l’âme et du corps avec regrets,
Sauf accident, acceptons cet au revoir.

Car, ci-gît l'Univers d'un monde perpétuel,
Dans l'ultime voyage, après le corbillard,
Où l'on prend son billet pour la vie éternelle.
Vers l’évaluation purgatoire sans rencard.

Ladite mort n'est pas une fin en Soi,
Mais un processus de transition naturelle.
Départ ici, naissance ailleurs d’un autre Moi,
Dans une nouvelle enveloppe corporelle ?

Est-ce difficile de vouloir s’imaginer,
Libérer l’Âme, et rendre à nature le corps.
Perdre les paraître, pour devenir pensé.
Vivre en énergie sans présences de décors ?

Cycle de l'âme pour son évolution,
Dans ses parcours nécessaires inévitables,
Du processus naturel de séparation,
De l'âme et du corps qui est inéluctable.

Délivrance d'une écaille devenue inutile,
Trop encombrante en suite non prévue.
Qu'il faut quitter pour une fonction plus utile,
Et s’ouvrir sur une existence attendue.

Âme, reçois une raison d’être comme maisons,
Pour t’engendrer dans d’autres raisons,
Laisse passer cette enveloppe dérisoire,
Qui fut ton ancienne demeure provisoire.

Nous pensons que les questionnements arrivent ?
Oseras-tu formuler ces questionnements ?
La non-curiosité serait-elle non active ?
Ou souhaiterais-tu laisser du temps au temps ?

Avons-nous des certitudes de ces ressentis ?
Ou de l’imaginaire, qui nous serait permis ?

 
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
227 poèmes Liste
7746 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
21 mars
  Publié: 8 jan à 07:46 Citer     Aller en bas de page

merci ODIN, j'aime ta formulation, même si je n'en comprends pas le sens.
j'ai répondu "nous les crayons" à l'acrostiche de "in poésie et mawr" sur les meurtres de Charlie hebdo, c'est du même esprit.
il en est de même pour mon choix de fin de vie, que beaucoup ne comprendrait pas.
nous espérons que certains regards essayeront d'entrevoir autre chose que de la tristesse et un sentiment d'abandon, où la continuité se veut exister.
jésus a accepté la croix, comme les martyres des arènes romaines, comme les résistants qui veulent se débarrasser des occupants oppressifs. comme les gilets jaunes qui ne veulent pas capituler devant les non reconnaissances.
oui, ce texte sous entend beaucoup plus d'horizons que ces simples mots.

 

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
0 poèmes Liste
289 commentaires
Membre depuis
23 octobre 2018
Dernière connexion
21 mars
  Publié: 8 jan à 09:01
Modifié:  8 jan à 09:31 par barneviler.michalon@sfr.fr
Citer     Aller en bas de page

Citation de ODIN
Est-on à Wagram près ou cyprès de 21 grammes?



quelque soit la réponse qui figurera sous ce texte qui peut paraître un peu particulier pour certain, je le comprendrais, car chacun de nous voit les choses d'après la conception de sa vision du monde et de sa compréhension , aussi, de son degrés d'évolution spirituelle. et je dirais aussi "il n'y a pas de pire sourd que celui qui ne veut pas entendre " cette dernière phrase n'est pas de moi ..
W.S

 
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser ! (photo d'un poème d'Apollinaire, Tout terriblement)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
202 poèmes Liste
3504 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
21 mars
  Publié: 8 jan à 11:38 Citer     Aller en bas de page

Excellent. Vous vous êtes bien trouvés tous les deux et vous vous complétez à merveille.

Bizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
93 poèmes Liste
14024 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
20 mars
  Publié: 8 jan à 17:13 Citer     Aller en bas de page



Bonsoir W.student et Sam,

Superbe !



Belle soirée !
Mes amitiés
Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
227 poèmes Liste
7746 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
21 mars
  Publié: 9 jan à 05:14 Citer     Aller en bas de page

merci IN POESIE, SYBILLA, ODIN et évidemment tous les invisibles.

 

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
0 poèmes Liste
289 commentaires
Membre depuis
23 octobre 2018
Dernière connexion
21 mars
  Publié: 9 jan à 05:49
Modifié:  9 jan à 05:51 par barneviler.michalon@sfr.fr
Citer     Aller en bas de page

jamais trop tard pour bien faire je viens remercie à tous ceux qui nous on laissé un petit mots sur notre grifoullage
merci ODIN, SYBILLA , IN POESIE

et aussi pour ceux qui n'osent pas venir

bien à vous
W.S

 
De Margotin


savoir bien faire! Sans le poète la plume n'a pas de sens. Sans critique le poète ne vit pas.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
69 poèmes Liste
2375 commentaires
Membre depuis
4 janvier 2016
Dernière connexion
20 mars
  Publié: 11 jan à 07:40 Citer     Aller en bas de page

J'aime beaucoup

  “Élève tes mots doux et tendres. Pas la voix! c'est la pluie, qui fait grandir les plantes, pas le tonnerre. ”
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
227 poèmes Liste
7746 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
21 mars
  Publié: 11 jan à 07:42 Citer     Aller en bas de page

la poésie est une forme de voyage des pensées.
c'est aussi un moyen de survie des 3 grands principes des vivres ensembles.
- les apparences
- les formes d'existences
- les notions de temps.
si nous observons les 3 principes autour de nous
- les reconnaissances
- les valorisations
- les continuités
ça donne d'autres sens aux notions
- de morts, d'apprentissages, d'expériences, de naissances.
- d'abandons, de partages, de concessions, d'amour.
- de raisons d'être, de cheminements, d'entraides.
et donc
- pourquoi les semailles et les moissons
- pourquoi les fins de vies, sont remplacées par de nouvelles formes de vies.
- pourquoi les évolutions bizarroïdes des évolutions des règnes de vies, qui pour les humains sont encore inexplicables, sont des évolutions qui font appellent à des logiques, d'interdépendances.
oui je le conçois ça peut devenir chiant.
Avons-nous des certitudes de ces ressentis ?
Ou de l’imaginaire, qui nous serait permis ?

 
marchepascal Cet utilisateur est un membre privilège


Le monde est en nous sommes le monde
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
290 poèmes Liste
2498 commentaires
Membre depuis
23 mars 2011
Dernière connexion
17 mars
  Publié: 26 jan à 04:15 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Sam,

Si l’on observe la nature, il ne peut en être autrement, nous sommes éternels !!!

La raison de notre naissance se trouve dans notre mort...
Ce que tu écris est donc la réalité !
La prise de conscience ? À chacun la sienne...
Mais si nous te lisons, à certains endroits tu nous donnes les réponses ( simplement) et dans ce domaine la dérive est facile !

Donc cher ami, j’adhère à ta vision de l’âme et cela depuis que je suis né ...

Je te souhaite une multitude de vie à t’élever Au plus haut des cieux

    Le temps comme le vent passe et ne s’arrête jamais!!!
marchepascal Cet utilisateur est un membre privilège


Le monde est en nous sommes le monde
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
290 poèmes Liste
2498 commentaires
Membre depuis
23 mars 2011
Dernière connexion
17 mars
  Publié: 26 jan à 04:21 Citer     Aller en bas de page

W.Student évidemment la réponse faite à Sam te concerne aussi

Puisque tu dois être au courant « pour notre âme ... »







Bonne journée mon cher

    Le temps comme le vent passe et ne s’arrête jamais!!!
❀ninette1952


L'enfant qui ne joue pas n'est pas un enfant, mais l'homme qui ne joue pas a perdu à jamais l'enfant
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
102 poèmes Liste
447 commentaires
Membre depuis
9 février 2016
Dernière connexion
21 mars
  Publié: 26 jan à 15:56 Citer     Aller en bas de page

QUOI FAIRE QUOI PENSER QUANT ON NE CROIS EN RIEN
amicalement

  Il faudrait vivre ses rêves avant d'avoir trop de regrets
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
227 poèmes Liste
7746 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
21 mars
  Publié: 27 jan à 03:42 Citer     Aller en bas de page

supposer que RIEN, soit une réalité issu d'une vérité, et là tu croiras que DEVOS n'a pas écris ça pour RIEN.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 262
Réponses: 12
Réponses uniques: 7
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0944] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.