Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 20
Invisible : 0
Total : 20
13319 membres inscrits

Montréal: 25 oct 03:46:39
Paris: 25 oct 08:46:39
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: La Corrida Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
SienKieWicz

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
83 poèmes Liste
2801 commentaires
Membre depuis
7 mars 2007
Dernière connexion
23 octobre
  Publié: 30 juil 2010 à 13:38
Modifié:  27 oct 2010 à 21:58 par SienKieWicz
Citer     Aller en bas de page

LA CORRIDA


Salamanque, les jeux taurins! Tout cousu d’or
Et broderies, il revêt son habit goyesque.
Flamboyant est le mot - mais notre matador
Se sent pris de vertige, chancèlerait presque;

Annonçant le cortège, l’air d’un paso doble
Prend l’arène, bientôt la foule s’égosille,
On entend le gémissement des grandes portes
S’ouvrant sur les fringants porteurs de banderilles.

Adulé des aficionados, l’homme gît
Pourtant, claquemuré en lui-même tel un
Débutant; les trompettes résonnent, et hardi,
Son cœur se gonfle d’une arrogance d’emprunt.

Surgit vers le nouvel émule de Mithra,
Baissant ses cornes, l’animal à toréer;
Sans l’esquive d’une passe de Muleta,
Fureur écarlate, l’homme était terrassé;

Sans perdre trop de temps à jouer les véroniques,
Se sentant le bras fort des anciens de sa caste,
L’homme sert estocade, Tercio de piques,
Et les cornes bientôt prennent leur train d’arrastre.

-30 juillet 2010


 
clovis67
Impossible d'afficher l'image
On transforme sa main en la mettant dans une autre. (P. Eluard)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
5170 commentaires
Membre depuis
5 août 2008
Dernière connexion
8 août 2013
  Publié: 31 juil 2010 à 11:28 Citer     Aller en bas de page

Très belle image de la cruauté causée par les hommes envers les animaux…
La corrida est une distraction des plus inhumaines et des plus abjectes qui soient, où l’homme s’élève à un niveau bien inférieur de l’animal… je me suis toujours posé la question, comment un homme digne de ce titre, puisse faire souffrir un animal pour sa gloire en donnant un spectacle où d’autres hommes se nourrissent de la vue su sang, et de l'horrible souffrance causée à l’animal… c’est franchement révoltant !
A-t-on vraiment évolué depuis l’ère des gladiateurs ?
Amicalement
Pierre



  vivre sans espoir, c'est cesser de vivre (Dostoïevski)
FeudB

Correctrice

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
129 poèmes Liste
7144 commentaires
Membre depuis
6 avril 2010
Dernière connexion
25 octobre
  Publié: 5 août 2010 à 03:32 Citer     Aller en bas de page

Si au moins le taureau avait gagné dans ton poeme... .

je suis de l'avis de Pierre et de Vénusia.

  le plaisir est le bonheur des fous, le bonheur est le plaisir des sages
SélénaéLaLouveFéline


"Vient qui veut, reste qui veut, part qui veut"
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
259 poèmes Liste
9821 commentaires
Membre depuis
29 février 2008
Dernière connexion
15 octobre
  Publié: 6 août 2010 à 19:40 Citer     Aller en bas de page

Idem

 
SienKieWicz

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
83 poèmes Liste
2801 commentaires
Membre depuis
7 mars 2007
Dernière connexion
23 octobre
  Publié: 10 août 2010 à 19:24 Citer     Aller en bas de page

Mon poème ne s'intitule pas "La cruauté de la Corrida", mais c'est ce que ces vers ont tenté d'illustrer. De façon réaliste, seulement illustrative, encore une fois.

Des fois, un message est davantage renforcé en suggérant qu'en prétendant.

Merci de vos commentaires détaillés!

 
lastexit Cet utilisateur est un membre privilège


A chaque Page Blanche sa Dame Noire
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
88 poèmes Liste
541 commentaires
Membre depuis
11 juillet 2010
Dernière connexion
5 juillet
  Publié: 20 mai 2011 à 01:28 Citer     Aller en bas de page


Sienkiewicz !

Au moins tu ne juges pas, et c'est une bonne chose.

Je suis occitan et catalan : en tant que tel, comme l'énorme majorité de mes compatriotes, je suis contre le déroulement des corridas dans le Midi de la France et en Catalunya (Espagne): ce n'est tout simplement pas notre culture (Elles sont d'ailleurs enfin interdite en Catalogne, mais il n'y restait plus, depuis longtemps déjà, qu'une seule arène réellement active ; en France, la perpétuation des corridas est essentiellement le fait des préfets de la république et de politiques locaux qui eux, à nos yeux, ont perdu leur statut de natif le jour même où ils sont entrés en politique).

Je suis aussi Andalous, et cette part en moi, si elle ne dit pas oui, ne dit pas non, ne peut dire non.

Nous n'avons pas à leur dire... c'est aux andalous, comme aux espagnols, à faire ce chemin, en leur âme et conscience.

En tant que tel, j'ai la compréhension de ce qui se passe dans une arène pour l'avoir vécu (je n'en dirait mot, c'est une chose privée et la pudeur me l'interdit).

Si je ne peux adhérer au discours d'un farouche défenseur de la corrida qui se fait des gorges chaudes d'un tel massacre, parce qu'il n'est et ne sera toujours qu'un salaud, je ne peux davantage adhérer à celui d'un farouche détracteur qui lui, en est à souhaiter la mort d'un homme. Celui-là, à mes yeux, est une pourriture.

Il est curieux que seuls les États-Unis aient solutionné le problème de la corrida : il s'en déroule dans les états de Californie et du Nouveau Mexique. Pas de piques, pas de banderilles, pas de mise à mort. Seulement l'art de la cape.

Il est aussi bizarre qu'un auteur existentialiste comme Jean-Paul Sartre, étranger à cette culture, ait pu, dans l'un de ses écrits, appréhender la réalité de ce phénomène avec justesse (je ne saurais dire lequel de ses livres, j'ai oublié).

Je te remercie pour la simplicité de ton approche sur un sujet aussi lourd de souffrances.


A++, éric







  ~ S'aimer ! C'est s'appartenir sans jamais se posséder. ~ Tous textes déposés par Huissier de Justice en Tribunal de Grande Instance ~ Demande de N° ISBN & Dépôt légal à la BNF : dans un avenir proche ~
SienKieWicz

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
83 poèmes Liste
2801 commentaires
Membre depuis
7 mars 2007
Dernière connexion
23 octobre
  Publié: 1er nov 2011 à 08:44 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Éric,
Premièrement honte à moi d'avoir attendu aussi longtemps avant de te répondre, ça m'était sorti de la tête...
Merci pour cette mise au point intéressante sur le domaine de la corrida. C'est tout de même drôle, je ne pensais pas que le sujet allait autant se retrouver sous les feux de la rampe cette année, avec l'interdiction des mises à mort de taureaux en Catalogne, qui met fin à des siècles de tradition.

En particulier, merci pour cette précision sur les États américains où comme tu dis, le problème a été résolu. À mon sens, il s'agit d'un compromis à envisager pour les pays où l'activité est menacée de disparition.
Cependant, je sais que pour beaucoup d'afficionados, la mise à mort est indissociable de cet art qu'est la corrida, me rappelant d'un article de National Geographic où la journaliste avait passé plusieurs jours parmi des toreros qui vivent à l'écart, où ils sont entraînés très jeunes à esquisser les mouvements de cape, etc.

En tout cas il faut se tenir loin de la démagogie bas de gamme qui malheureusement semble prévaloir dans ce dossier, et merci chaleureusement d'avoir pris le temps de le dire.

Mes amitiés

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 3914
Réponses: 6
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0293] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.