Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 280
Invisible : 1
Total : 284
· Lafleurquirime · Hector L'archer · AllantVers
13325 membres inscrits

Montréal: 26 oct 14:46:10
Paris: 26 oct 19:46:10
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: La Belle du Tibre Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
SienKieWicz

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
83 poèmes Liste
2803 commentaires
Membre depuis
7 mars 2007
Dernière connexion
26 octobre
  Publié: 8 août 2010 à 00:21
Modifié:  14 mars 2018 à 14:13 par SienKieWicz
Citer     Aller en bas de page

LA BELLE DU TIBRE



Les dieux romains plaignaient le poète Catulle
Qui jetait inconscient sa raison aux orties;
- Avait-il espéré se faire leur émule,
De la belle Claudia contant les élégies?

Peu étaient sans savoir qu’un seul reflet du Tibre
Où le soir elle allait baigner son habit d’Ève,
Suffisait à troubler toute âme de félibre,
En chaque branche rude à remuer la sève;

Des eaux, qu’une lueur se retrouvait plaquée
Au creux de ses iris et c’était de nouvelles
Étoiles qui défiaient le cours de la vesprée,
Parsemant les villas d’un effluve charnel.

Rongeant ses prétendants telle au coeur une absinthe,
Claudia peut revivre en de prudes vestales,
Se disaient les chrétiens de Phrygie et Corinthe
Aux temps où sévissait le règne Élagabale.


-7 août 2010


 
Le Poète Masqué


Bonjour/bonsoir chers amis. Merci de votre présence sur mon profil !
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
117 poèmes Liste
3468 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2012
Dernière connexion
29 janvier
  Publié: 19 déc 2014 à 14:11 Citer     Aller en bas de page

Bonjour ami poète !

Un pur chef-d'oeuvre que j'ai apprécié pleinement !

Je vous retourne le commentaire que vous m'avez offert :
dans la tradition du Parnasse !

De nouvelles étoiles défiant le cours de la Vesprée !

Et cette belle du Tibre allant baigner son habit d'Eve !

Un poème de toute beauté qui m'a transporté !

Un immense bravo...

(Je suis peiné de voir que personne n'avait déposé de commentaire,
et je suis content de réparer cette injustice.)

A bientôt

  Vous pouvez prendre connaissance de mon système de versification, si vous le souhaitez (système personnel qui s'écarte des règles purement classiques).
SienKieWicz

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
83 poèmes Liste
2803 commentaires
Membre depuis
7 mars 2007
Dernière connexion
26 octobre
  Publié: 26 déc 2014 à 20:11 Citer     Aller en bas de page

Citation de Le Poète Masqué
Bonjour ami poète !

Un pur chef-d'oeuvre que j'ai apprécié pleinement !

Je vous retourne le commentaire que vous m'avez offert :
dans la tradition du Parnasse !

De nouvelles étoiles défiant le cours de la Vesprée !

Et cette belle du Tibre allant baigner son habit d'Eve !

Un poème de toute beauté qui m'a transporté !

Un immense bravo...

(Je suis peiné de voir que personne n'avait déposé de commentaire,
et je suis content de réparer cette injustice.)

A bientôt



Comme quoi ne faut-il jamais désespérer... hahaha

merci pour ton passage!

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1396
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0253] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.