Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 63
Invisible : 1
Total : 64
13211 membres inscrits

Montréal: 18 mars 20:19:28
Paris: 19 mars 01:19:28
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Lettres ouvertes :: Vous le dire. (conflits denses, opus 4) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Je suis une partie de nous unique et multiple à la fois (chimay)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
301 poèmes Liste
17453 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
17 mars
  Publié: 15 oct 2008 à 16:40
Modifié:  15 oct 2008 à 16:42 par Bestiole
Citer     Aller en bas de page

A relire quelques un de ces textes qui vous appartiennent, oh pas avec ce sentiment de propriété, non je n'aime pas ce mot, je lui préfère celui d'appartenance. Alors donc ces émotions qui me sont venues vous appartiennent, car qui que soit d'autre n'aurait pu et ne pourrait encore aujourd'hui me faire vibrer ainsi.
J'écrivais alors 'ce monde vain'. Oh ce n'était sans doute pas à l'époque ce qui primait mais aujourd'hui c'est ce qui m'éclate à la figure.

Et je suis là encore, dans ce monde vain, vous m'êtes encore ma belle et grande roue. De celles qu'on a beau monter dessus un soir, on n'en fera jamais le tour, le paysage sera toujours changeant aux alentours. Rien que les saisons et imaginez, l'infinité des possibles.

Lorsque j'ai froid c'est vers vos mots que je vais, je m'y sens non pas plus belle, non pas plus forte, juste moi. Souvent je m'y écorche aussi, la douleur m'entaille de ces silences qui m'étouffent.

J'ai passé tant de temps à vous l'écrire et si peu à vous le dire.
A l'oreille
Sur votre répondeur
En un cri
En échos.

Alors je l'écris encore. Du moins je répète. Je me relisais justement et je me disais que je ne pourrais pas l'écrire mieux. Si vous saviez comme cela m'agace, on voudrait que tout ait cette primeur, comme un fruit frais qui jamais ne pourrit. La vérité toute crue c'est que même un sentiment se fane et meurt. Pas celui ci.

Il fallait un visage à mon rêve et j'y ai mis le vôtre. Oh pardonnez moi, mais il me semble parfois que le temps l'érode; alors je vous ranime. Les souvenirs ont ce pouvoir là. Moi je vous fais repalpiter dans ma poitrine, comme à cette seconde naissance, je laisse vos doigts jouer avec mes cheveux, vos lèvres toucher mon cou, vos yeux se confondre aux miens.

Ces choses là ne s'écrivent pas, que sont les mots pour les sensations, de pâles poupées de papier maché (Je crois que je pourrais construire un char de carnaval avec tout ce que j'ai pensé vous écrire).

Le monde est toujours vain, mais vous me l'avez éclairé d'une manière différente.

Comment pourrais vous le dire autrement?

Merci.





  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
saldday


Lorsque souvent au fond de mon coeur penetre comme un trait le souvenir de tes mots....
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
93 poèmes Liste
2326 commentaires
Membre depuis
28 août 2007
Dernière connexion
15 mars
  Publié: 15 oct 2008 à 17:52 Citer     Aller en bas de page


Comme pourrait tu nous le dire...?

Le mot "Je vous aime" suffit bien à lui
tout seul. Quand il est précédé des mots
et des sentiments.


Le tout est de savoir, de "sentir" que c'est sincère.
et là tu l'est.
Merci.

Saldday.

  Nous sommes le temps qui nous reste.
Guid'Ô


« On finirait par devenir vraiment fou, ou par mourir, si on ne pouvait pas pleurer. »
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
245 poèmes Liste
16061 commentaires
Membre depuis
20 août 2005
Dernière connexion
14 février
  Publié: 16 oct 2008 à 07:18 Citer     Aller en bas de page

Il fallait juste le dire....

  [IMG]https://img4.hostingpics.net/thumbs/mini_372043IMG1731.jpg[/IMG]
Idou

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
189 poèmes Liste
3746 commentaires
Membre depuis
1er octobre 2008
Dernière connexion
22 mars 2017
  Publié: 16 oct 2008 à 09:29 Citer     Aller en bas de page

l'Amour est si bien dit !

merci

  Seirén - ©
James


La vie est la cruauté de la mort (James)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
23519 commentaires
Membre depuis
4 octobre 2006
Dernière connexion
26 décembre 2018
  Publié: 16 oct 2008 à 10:27 Citer     Aller en bas de page

Des sentiments qui ne faneront jamais car ton coeur est grand !

James

  Membre de la Société des poètes Français.
HectorVigo

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
8 poèmes Liste
1680 commentaires
Membre depuis
7 septembre 2008
Dernière connexion
4 juin 2016
  Publié: 16 oct 2008 à 17:31 Citer     Aller en bas de page



C'est beau ! Oui, je crois que tu as un grand coeur Bestiole

 
Mariesarah

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
179 poèmes Liste
3769 commentaires
Membre depuis
6 février 2007
Dernière connexion
20 octobre 2010
  Publié: 20 oct 2008 à 11:14 Citer     Aller en bas de page

Vinie,

Alors moi je t'entends avec mon coeur grand ouvert.

Merci de nous l'avoir dit.

Jt'embrasse,


Carole

  ... et si je m'en vais avant toi, dis toi bien que je serai là, j'épouserai la pluie le vent, le soleil et les éléments pour te caresser tout le temps (Francoise Hardy) merci M-Paule (comme une brise bise de mes aimés sur ma joue)
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Je suis une partie de nous unique et multiple à la fois (chimay)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
301 poèmes Liste
17453 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
17 mars
  Publié: 19 oct 2009 à 03:31 Citer     Aller en bas de page

Merci à vous tous

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 2095
Réponses: 7
Réponses uniques: 7
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0525] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.