Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 72
Invisible : 1
Total : 77
· SHElene · Mawringhe · Andesine
Équipe de gestion
· Catwoman
13084 membres inscrits

Montréal: 18 juin 15:25:14
Paris: 18 juin 21:25:14
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes par thèmes : Concours Eté 2008 - Improvisation texte sur début imposé "La vieille batisse.." :: Le Requiem de Fauré Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
652 poèmes Liste
18574 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
10 juin
  Publié: 27 juil 2008 à 04:18 Citer     Aller en bas de page


Le Requiem de Fauré



La vieille bâtisse découpait l'horizon quand le crépuscule pointait... Laissée à l'abandon peut-être et surtout au fracas incessant des vagues qui grignotaient les contrebas de la falaise. D'aucuns disaient, qu'à la tombée de la nuit, l'on entendait des cris ou bien toutes sortes de musique inquiétante... Mais tous étaient bien ignorants... Moi, je savais...

De loin quand il y avait du brouillard et quand le soir se posait sur la mer, celui qui le voulait, un peu curieux, aurait pu distinguer les lueurs vacillantes qui dessinaient dans la découpe des fenêtres des ombres torturées et dansantes, sur la peinture blafarde des plafonds.

Quand le vent changeait de direction, la girouette forgée grinçait et les plaintes étranges s'envolaient pour se perdre dans le roulis impeccable des flots.

Mais personne ne voulait voir, personne n'osait imaginer le drame quotidien qui se jouait... D'aucuns disaient que la propriétaire était une vieille folle, qu'elle était peut-être morte et que c'était son fantôme en mal de rédemption, qui brûlait et geignait derrière la discrétion des volets aux ailes ajourées... Les gens perdaient la mémoire de ces dizaines de silhouettes qui d'un pas mal assuré remontaient de la ville, sans un mot et l'œil alcoolique...

"C'était Lucifer" avait dit le curé qui régnait entre ces murs plein de mousse et glacés... Seules les âmes impures ou désœuvrées pouvaient avoir envie de s'y retrouver. De tout cela, l'hypocrisie des habitants en avait fait une vérité, laissant quand même de côté, de grands silences embarrassés.

C'est étrange que même si la majorité sait qu'elle se cache la réalité, il reste des tabous qu'elle ne peut arracher, au nom d'une morale qui préfère s'afficher plutôt que d'avancer, voire même trouver une solution à son problème.

Puisque fraîchement arrivé à la rédaction du journal local, il était naturel pour moi, d'être intrigué la rumeur suscitée par cette bâtisse et de mettre les deux pieds dans le plat.

J’ai mis quelques semaines avant de me décider car, quand il m’arrivait d’en parler, je voyais bien les regards se détourner. Qu’y avait-il là-bas pour susciter tant de crainte et de murmures gênés ? Alors j’ai traîné sur le port et dans les bas quartiers à la poursuite de ces ombres que je voyais gravir le chemin à la nuit tombée et s’évanouir dans la brume au matin. Mais impossible de leur tirer un traître ver de leurs nez.

Alors un soir, je n’ai dit mot et prenant mon inconscience à deux mains, j’y suis allé.

Je ne vous dirai pas ce que j’y ai trouvé car ces choses ne se disent pas puisqu’on préfère les cacher… Je sais que la vieille folle regarde tout ceci avec un œil usé, qu’elle pense juste à ces filles et à les protéger. Alors, tous les soirs, avant d’ouvrir sa porte à ses âmes perdues et de les faire chanter, elle soulève d’un doigt le diamant de son gramophone pour délicatement le poser sur son disque fétiche « le Requiem de Fauré » qui résonne toute la nuit pour recouvrir le bruit de la maisonnée.


Tilou

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
FisherKing
Impossible d'afficher l'image
On mesure sa vie au nombre de lieux et de moments qui nous ont coupés le souffle.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
27 poèmes Liste
121 commentaires
Membre depuis
6 juillet 2008
Dernière connexion
6 novembre 2008
  Publié: 27 juil 2008 à 12:21 Citer     Aller en bas de page

Ouf, j'ai eu peur de ce diamant, instrument de torture en puissance des plus tranchants ?
Ah... intéressante chute que celle de l'envoûtement de la musique qui plus est musique sacrée, cette " berceuse de la mort " qui est une invitation à l'introspection n'en demeure pas moins mystérieuse surtout quand l'on nous dit qu'elle " recouvre les bruits de la maisonnée " : quels sont donc ces sons les plus rassurants, on est en plein doute ? J'aime cette conclusion élargie.
Le style est fluide est plaisant, bien équilibré dans le rythme de l'action et le " planté " du décor.
J'ai beaucoup aimé.

  FisherKing
chromatic


J'ai décidé d'écrire non pas pour décrire mais pour m'écrier
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
47 poèmes Liste
142 commentaires
Membre depuis
15 mars 2007
Dernière connexion
5 septembre 2014
  Publié: 28 juil 2008 à 08:25 Citer     Aller en bas de page

Tilou,

Même si je n'ai pas été subjugué par ton récit. je le trouve assez vivant.

Et puis surtout, j'ai beaucoup aimé ton travail pour te fondre dans le style du début imposé : la transition est bien faite au niveau de la construction des phrases, tu te rapproches du début et c'est un bon point pour moi (j'ai moi même cherché à le faire, mais pas aussi bien...).

Juste de petites remarques :

Au début tu dis : "D'aucuns disaient que la propriétaire était une vieille folle".
Je trouve qu'ici l'emploi "d'aucuns" qui se trouve dans un paragraphe situé juste avant (début imposé) fait répétitif.

Autre phrase :
"il était naturel pour moi, d'être intrigué la rumeur suscitée par cette bâtisse ".
tu as oublié un mot je crois, tu voulais dire "...intrigué par la rumeur ..."

Bon dans l'ensemble c'est une bonne lecture.
J'aime beaucoup.

  Chromatic
James


La vie est la cruauté de la mort (James)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
23520 commentaires
Membre depuis
4 octobre 2006
Dernière connexion
13 mai
  Publié: 31 juil 2008 à 03:46 Citer     Aller en bas de page

très belle la chute a la fin , un bon moment de lecture
la suite est la couleur du début du texte
merci pour cette très belle lecture

amitiés,

james

  Membre de la Société des poètes Français.
LE PASSANT


La plume peut être l'arme de nos révolte comme son encre peut être l'arme de notre conscience THOMAS
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
112 poèmes Liste
2941 commentaires
Membre depuis
9 août 2006
Dernière connexion
9 avril
  Publié: 31 juil 2008 à 04:19 Citer     Aller en bas de page


Je crois que je vais réécouter ce Requiem pour me mettre
dans l'atmosphère de ton texte et l'ambiance accrocheuse...

Merci Tilou pour cet agréable moment de lecture...

A bientôt Yvon

 
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
652 poèmes Liste
18574 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
10 juin
  Publié: 31 juil 2008 à 16:36 Citer     Aller en bas de page

Bon je suis à l'ouest dans le "répondage" de com^^

Merci à tous... De vos appréciations et de vos critiques...

Note particulière pour "chromatic"... Euh... En fait, si je me rapproche en style avec le début... Ben euh... C'est que je triche un peu^^

(c'est moi qui l'ai écrit ce petit début mais chut^^ faut pas le dire...) ... Pour le "d'aucuns".. C'est pas faux... Mais ça fait partie de mes tics d'écriture et c'est vrai que la répétition ne me choque pas du coup...

Leviath, de rien.. et euh pour dire la vérité... C'est vrai que je partage ce sentiment... Je suis heureux de voir aussi une belle participation à ce thème (désolé je préfère ce terme à "concours" )... Et même de voir des gens qui n'ont pas l'habitude, se lancer dans l'aventure... De revoir des "têtes" connues^^.... Je suis suis agréablement surpris... Tout ça me fait plaisir... D'autant plus, que les différents textes sont tous intéressants et soignés...

Enfin...

Sinon ben merci^^

Vraiment


Amitiés

Tilou

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
359 poèmes Liste
20740 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
7 avril
  Publié: 3 août 2008 à 06:46 Citer     Aller en bas de page

Pour moi aussi c'est un thème, un défi, et non un concours .


J'ai bien aimé ce récit, la chute est grandiose, tu ne révèles rien mais le lecteur lui devine...


J'aime, et c'est tout!


  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
angetine au sol


J'ai juste rêver un jour que je pouvais rêver pour de vraie.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
195 poèmes Liste
3034 commentaires
Membre depuis
22 mars 2005
Dernière connexion
4 août 2016
  Publié: 5 août 2008 à 05:53 Citer     Aller en bas de page

soufflée!! mais qu'es ce qui s'y passe!! je vais moi aussi y aller pour en avoir le coeur net!!! ne me laisse pas comme ça!! c'est inhumain!!

sinon magnifique!!

amitié
angetine au sol

  Le parfum subsiste toujours au creux de la main qui offre la rose
Estérak


Qui ne chute jamais ne sait pas rebondir
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
43 poèmes Liste
1162 commentaires
Membre depuis
31 août 2007
Dernière connexion
18 janvier 2018
  Publié: 21 août 2008 à 09:44 Citer     Aller en bas de page

J'ai aimé cette tranche d'écriture raffinée et précise, avec une très belle description de la bâtisse qui la rendait presque humaine et une conclusion tout en finesse. Merci pour la lecture

  Estérak / La Vie n'est pas donnée ... il faut savoir la prendre
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
652 poèmes Liste
18574 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
10 juin
  Publié: 30 oct 2008 à 12:28 Citer     Aller en bas de page


Merci à vous toutes et tous de vous être pris au récit (et au requiem^^). C'est une belle récompense...

J'ai pris plaisir à écrire cette suite...

Alors... Oui.

Content.

Merci


Amicalement

Tilou

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 2559
Réponses: 9
Réponses uniques: 8
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :

Hiver...ma symphonie... (Amour)
Auteur : moi, élo
La grande voyageuse (Poèmes par thèmes)
Auteur : JCboy
les complices (Poèmes par thèmes)
Auteur : fransua
Savoir…comprendre Et Se Taire... (Poèmes par thèmes)
Auteur : LE PASSANT
Ecorchures... (Autres)
Auteur : Alponse BLAISE.
Nyu (Autres)
Auteur : Tilou8897
Yann de Kérangal (Poèmes par thèmes)
Auteur : Ashimati
Amnesthésie*... Le château d'une âme... (Poèmes par thèmes)
Auteur : Lunastrelle
Pleure pas ma belle (à ces anges qui n’en peuvent plus…) (Amitié)
Auteur : Claire de lune
(Amour)
Auteur :
La maison de poussière (cc) (Autres)
Auteur : Malice
2eme Gagnant : Les feux de pierres... (Poèmes par thèmes)
Auteur : (...)
Le silence des vieux (Amour)
Auteur : Mariesarah
Souvenir d'une fête de Beltaine... (Poèmes par thèmes)
Auteur : Arynr'il Dae
Le silence ne s’entend qu’à travers les attentes (Poèmes par thèmes)
Auteur : cartouche

 

 
Cette page a été générée en [0,0453] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.