Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 317
Invisible : 0
Total : 321
· Chlamys · Naej · ALPETE LION · Quitterie
13158 membres inscrits

Montréal: 17 août 07:18:36
Paris: 17 août 13:18:36
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes collectifs :: En vrac (un beau bordel) [ Aude Doiderose et Balzak ] Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Avertissement

Ce texte peut ne pas convenir à certains lecteurs.



Page : [1] :: Répondre
Balzak

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
19 poèmes Liste
1197 commentaires
Membre depuis
7 mars 2011
Dernière connexion
17 août
  Publié: 12 août à 14:50
Modifié:  12 août à 15:26 par Balzak
Citer     Aller en bas de page

Aude, je sens que tu craques,
Ne me racontes pas de salades.
Relate en vrac ce qui te tracasse
Je veux un petit rap d’une dame qui dérape.

Mon cher Balzak, tu me provoques.
Tu m’as donné le titre : « En vrac »
C’est clair, ça me plaît et ça claque,
Mais gare à toi, je soliloque :

Tu veux que je déballe ? Okay.
En vrai, je vais te dire en bloc
Que j’en ai marre, que je déstocke :
Mon amoureux, ce foutriquet,

Ce job où je perdrai mon âme
Pour payer mes impôts à terme,
Mes cuisses qui ne sont plus si fermes
Et tous mes amants polygames.

Argh ! Je bouillonne …
Viens qu’on assomme, ligote et emprisonne tes keums médiocres
Qu’ils regrettent, qu’ils implorent ton amour, qu’ils t’honorent
On est au bout du rouleau à cause de nos boulots
C’est la merde au bureau et nos patrons sont des salauds

Zéro sur le compte, l’argent fait défaut
On braque incognito une banque, on joue au casino ?
Soyons originaux avant que ces locaux soient nos tombeaux
Et si on faisait du porno ?

Perso, je ne ferai pas long feu avec mon asticot,
J’ai pris de la bidoche, je me fais trop gros.
Tes belles mamelles feraient de toi une bonne actrice
Mais que faire de ces cuisses qui se ramollissent ?

T’inquiète, car j’ai trouvé l’astuce,
J’ai un coach, un pro du fitness
Je l’ai aguiché en finesse :
Tu me fais belle et je te suce.

Il a homologué mon deal***,
À moi les les fesses de Nicki.
Mon prof c’est pas n’importe qui,
Deux en un : la forme et l’idylle.

Des pectoraux, des adducteurs
Et tout un tas de muscles en vrac.
Ajoute à ça que c'est un black,
J'en suis sûre, c'est bon acteur.

Peine, haine, violence, dévergondage, sexe en vrac
Mais où nous embarque ce duo invraisemblable ?
Aude et Zak ont mis LPDP échec et mat,
Soyons irresponsables, parlons de shit et de crack !

Ce texte est un cloaque, il part en couilles
Ils font de la poésie ou de la tambouille ?
Ces fripouilles écrivent ou gribouillent ?
Ils s’embourbent, ils nous embrouillent…

Okay !
Parlons en vrac de choses sérieuses
De nos routines nauséeuses
De nos personnalités ténébreuses
De ces secondes si précieuses

En vrac !
Ma mère si courageuse, femme fabuleuse
Mes rimes impétueuses et irrévérencieuses
Cette femme malheureuse, victime silencieuse
Odieuse maladie osseuse, disparition douloureuse

La mort. Pur départ, personne n’y échappe,
Elle nous attend, tapin tapie dans sa trappe
Mais je connais une salope de la pire espèce
Qui nous dépèce : c’est la vieillesse.

Moi, je me paye encore quelques années
Pour me déployer, jouir, m’enjailler**,
Après mes jolis seins seront des pis.
Tant pis, j’aurai flambé, va pour la chimiothérapie.

Tu vois, mon petit Balzak
Nos vies paraissent si foutraques
Si bigarrées, si bizarres, indécentes,
Que la mort à la fin me sera délassante.

Boum ! Boum ! Entends-tu ce coeur qui bat ?
La mort charge mais je l’esquive comme à la corrida
La vie cogne mais je survis à ce pugilat,
Inch Allah*, je ne mourrai pas dans l’anonymat !

Pas de salamalecs ! Rien à foutre de la planète
Ratatata ! Extinction d’espèces à la mitraillette
Ces écolos végétariennes me jettent l’anathème ?
Quitte à mourir demain, autant saucer son assiette.

Crois-moi !
Ne dis pas des craques, crève pas !
Crois en toi ! Fais de ta vie un chef-d’œuvre,
Avale même, mais pas des couleuvres,
Jamais ne reviens sur tes pas.

On a plus d’un tour dans nos sacs,
Sacré Zak ! Tiens, bois un coup, trique, trinque !
Nos malheurs, on les noiera sur le zinc
Et on finira cette nuit grave, tard, en vrac.


*Si Dieu le veut en arabe
** Néologisme ivoirien signifiant s’amuser, s’éclater, passer du bon temps, prendre du plaisir
*** Un accord, un marché en anglais

 
Mawringhe Cet utilisateur est un membre privilège


Cambre d'Aze, montagne de mon coeur... Mon éternelle muse !
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
106 poèmes Liste
1626 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2018
Dernière connexion
17 août
  Publié: 12 août à 14:56 Citer     Aller en bas de page

Bravo, effectivement, un beau bordel ! Vous vous êtes fait plaisir, allez jusqu'au bout et finissez en vrac !



Mawr

  Les mots sont à la pensée ce que l'eau est à la terre: la vie!
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
746 poèmes Liste
21933 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
17 août
  Publié: 12 août à 15:03 Citer     Aller en bas de page

Citation de Mawringhe
Bravo, effectivement, un beau bordel ! Vous vous êtes fait plaisir, allez jusqu'au bout et finissez en vrac !



Mawr



Tu nous pousses à la débauche ? On t'embauche !

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Mawringhe Cet utilisateur est un membre privilège


Cambre d'Aze, montagne de mon coeur... Mon éternelle muse !
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
106 poèmes Liste
1626 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2018
Dernière connexion
17 août
  Publié: 12 août à 15:11 Citer     Aller en bas de page

Vous pourriez également prendre Adamantine au passage et nous nous rejoignons tous au Cap d'Agde, tu sais, au fameux village sans valise...en carton !
"Remaque" des quatre mousquetaires dans un autre registre !

  Les mots sont à la pensée ce que l'eau est à la terre: la vie!
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
746 poèmes Liste
21933 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
17 août
  Publié: 12 août à 15:20 Citer     Aller en bas de page

Citation de Mawringhe
Vous pourriez également prendre Adamantine au passage et nous nous rejoignons tous au Cap d'Agde, tu sais, au fameux village sans valise...en carton !
"Remaque" des quatre mousquetaires dans un autre registre !



Mais oui ! Bonne idée !
Je ferai un compte rendu de mon séjour bientôt.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Mawringhe Cet utilisateur est un membre privilège


Cambre d'Aze, montagne de mon coeur... Mon éternelle muse !
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
106 poèmes Liste
1626 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2018
Dernière connexion
17 août
  Publié: 12 août à 15:42 Citer     Aller en bas de page

Qué "Moches" nous sommes tous (comme dirait Sam! ) désastres qui brillent... par leur absence !

  Les mots sont à la pensée ce que l'eau est à la terre: la vie!
Chlamys


L'incertitude est l'essence-même de l'aventure amoureuse. Oscar Wilde
   
Statut: En ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
45 poèmes Liste
596 commentaires
Membre depuis
26 décembre 2017
Dernière connexion
17 août
  Publié: 12 août à 15:43 Citer     Aller en bas de page

Une paire de potes qui dépote !
Mais sous des abords désinvoltes, vous évoquez la vieillesse. Je pense à cette description (j'attrape mon bouquin) :
"Existaient-ils, la veille, cet imperceptible fléchissement de la silhouette, cette inexactitude de la chair à suivre fermement les jeux des muscles, ce relâchement presque invisible d'un corps pourtant au comble de sa grâce ? ..." (Les choses de la vie - Paul Guimard)
Ça, c'était pour les cuisses ... Pour la bidoche, j'ai pas de référence, désolée.
Bravo à vous 2 en tous cas, pour tous ces doutes mis en partage. Ce fut un excellent moment de lecture.

  Vint un temps où le risque de rester à l'étroit dans un bourgeon était plus douloureux que le risque d'éclore - Anaïs Nin
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administrateur

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
417 poèmes Liste
13262 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
16 août
  Publié: 12 août à 15:59 Citer     Aller en bas de page

Si vous nous faites des gosses, gardez-m'en un : il bossera pour ma retraite.

 
Quitterie

Statut: En ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
18 poèmes Liste
77 commentaires
Membre depuis
9 juin 2018
Dernière connexion
16 août
  Publié: 12 août à 16:56 Citer     Aller en bas de page

Preuve que les duos sont comme le vrac : c'est parfois mieux qu'à l'unité. J'ai bien aimé cette conversation indigne sous forme de joyeux foutoir avec les années qui passent en toile de fond !

 
Mawringhe Cet utilisateur est un membre privilège


Cambre d'Aze, montagne de mon coeur... Mon éternelle muse !
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
106 poèmes Liste
1626 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2018
Dernière connexion
17 août
  Publié: 13 août à 03:42 Citer     Aller en bas de page

Adamantine, je te rappelle que tu fais partie des " quatre " donc concernant les gosses, je sais pas toi, pour moi, je le dis c'est foutou... Donc qui reste t-il ? Aude ? Toi ? Balzak ? Dilemme ou pas...
Qui garde quoi à qui ? Pour être le matin, beaucoup de qui et de quoi... houuuu, ça fume déjà ! C'est vraiment le bordel, c'est clair...j'ai la tête en vrac.

  Les mots sont à la pensée ce que l'eau est à la terre: la vie!
Balzak

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
19 poèmes Liste
1197 commentaires
Membre depuis
7 mars 2011
Dernière connexion
17 août
  Publié: Avant-hier à 19:51 Citer     Aller en bas de page

Citation de Mawringhe
Bravo, effectivement, un beau bordel ! Vous vous êtes fait plaisir, allez jusqu'au bout et finissez en vrac !



Mawr



J'ai toujours beaucoup de plaisir avec Aude. Merci pour ta lecture.


Citation de Aude Doiderose

Citation de Mawringhe
Bravo, effectivement, un beau bordel ! Vous vous êtes fait plaisir, allez jusqu'au bout et finissez en vrac !



Mawr



Tu nous pousses à la débauche ? On t'embauche !



Faut-il vraiment te pousser ?


Citation de Chlamys
Une paire de potes qui dépote !
Mais sous des abords désinvoltes, vous évoquez la vieillesse. Je pense à cette description (j'attrape mon bouquin) :
"Existaient-ils, la veille, cet imperceptible fléchissement de la silhouette, cette inexactitude de la chair à suivre fermement les jeux des muscles, ce relâchement presque invisible d'un corps pourtant au comble de sa grâce ? ..." (Les choses de la vie - Paul Guimard)
Ça, c'était pour les cuisses ... Pour la bidoche, j'ai pas de référence, désolée.
Bravo à vous 2 en tous cas, pour tous ces doutes mis en partage. Ce fut un excellent moment de lecture.


Il y a bien d'autres thèmes qu'on aurait pu aborder dans ce texte en vrac mais toutes les bonnes choses ont une faim et heureusement qu'Aude a freiné mes ardeurs.


Citation de Adamantine
Si vous nous faites des gosses, gardez-m'en un : il bossera pour ma retraite.



On s'emballe pas trop ! On commence par un duo, puis un deuxième ... Le reste viendra tout seul. A un époque qui me semble bien lointaine maintenant, j'ai failli épouser Aude mais ce n'est plus d'actualité et en plus Aude n'est pas si facile à engrosser ...


Citation de Quitterie
Preuve que les duos sont comme le vrac : c'est parfois mieux qu'à l'unité. J'ai bien aimé cette conversation indigne sous forme de joyeux foutoir avec les années qui passent en toile de fond !



Oui, c'est beaucoup mieux !

Citation de Mawringhe
Adamantine, je te rappelle que tu fais partie des " quatre " donc concernant les gosses, je sais pas toi, pour moi, je le dis c'est foutou... Donc qui reste t-il ? Aude ? Toi ? Balzak ? Dilemme ou pas...
Qui garde quoi à qui ? Pour être le matin, beaucoup de qui et de quoi... houuuu, ça fume déjà ! C'est vraiment le bordel, c'est clair...j'ai la tête en vrac.



En te lisant je me rends compte que notre texte en vrac, c'est vraiment de la bonne !


 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
746 poèmes Liste
21933 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
17 août
  Publié: Hier à 06:53
Modifié:  Hier à 06:54 par Aude Doiderose
Citer     Aller en bas de page

Citation de Mawringhe
Vous pourriez également prendre Adamantine au passage et nous nous rejoignons tous au Cap d'Agde, tu sais, au fameux village sans valise...en carton !
"Remaque" des quatre mousquetaires dans un autre registre !



Chère Mawringhe, je reviens du Cap d'Agde, j'en ai vu de toutes les couleurs.
Ce serait marrant d'y aller ensemble, en ferait des vers en matant l'asticot de Balzak !

Citation de Chlamys
Une paire de potes qui dépote !
Mais sous des abords désinvoltes, vous évoquez la vieillesse. Je pense à cette description (j'attrape mon bouquin) :
"Existaient-ils, la veille, cet imperceptible fléchissement de la silhouette, cette inexactitude de la chair à suivre fermement les jeux des muscles, ce relâchement presque invisible d'un corps pourtant au comble de sa grâce ? ..." (Les choses de la vie - Paul Guimard)
Ça, c'était pour les cuisses ... Pour la bidoche, j'ai pas de référence, désolée.
Bravo à vous 2 en tous cas, pour tous ces doutes mis en partage. Ce fut un excellent moment de lecture.



Bah moi j'ai pris un coach, il va travailler sur mes cuisses.
On a qu'une vie, non ?

Citation de Adamantine
Si vous nous faites des gosses, gardez-m'en un : il bossera pour ma retraite.



C'est pas prévu, j'en ai déjà suffisamment pour assurer mes vieux jours.

Citation de Quitterie
Preuve que les duos sont comme le vrac : c'est parfois mieux qu'à l'unité. J'ai bien aimé cette conversation indigne sous forme de joyeux foutoir avec les années qui passent en toile de fond !



Le vrac c'est développement durable : pas d'emballage unitaire, on remplit son sac. Nous, on a vidé le nôtre et j'aime mieux te dire que ça fait du bien.

Citation de Mawringhe
Adamantine, je te rappelle que tu fais partie des " quatre " donc concernant les gosses, je sais pas toi, pour moi, je le dis c'est foutou... Donc qui reste t-il ? Aude ? Toi ? Balzak ? Dilemme ou pas...
Qui garde quoi à qui ? Pour être le matin, beaucoup de qui et de quoi... houuuu, ça fume déjà ! C'est vraiment le bordel, c'est clair...j'ai la tête en vrac.



Moi je gardera un chaton de mon chat, si on finit par lui trouver une chatte. T'as pas un plan minou ?

Citation de Balzak
En te lisant je me rends compte que notre texte en vrac, c'est vraiment de la bonne !



C'est du lourd !!

Citation de Balzak
On s'emballe pas trop ! On commence par un duo, puis un deuxième ... Le reste viendra tout seul. A un époque qui me semble bien lointaine maintenant, j'ai failli épouser Aude mais ce n'est plus d'actualité et en plus Aude n'est pas si facile à engrosser...



C'est vrai… nostalgie !
Quant aux gosses, on aurait pu en faire si tu ne t'obstinais pas à employer l'entrée de service.

Citation de Balzak
J'ai toujours beaucoup de plaisir avec Aude.



C'est vrai, j'ai cette réputation.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 150
Réponses: 11
Réponses uniques: 6
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0375] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.