Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 5
Invisible : 0
Total : 5
13128 membres inscrits

Montréal: 19 févr 22:48:31
Paris: 20 févr 04:48:31
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: J'étais un enfant... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Serge

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
313 poèmes Liste
2513 commentaires
Membre depuis
5 janvier 2008
Dernière connexion
31 octobre 2019
  Publié: 7 juin 2009 à 05:09
Modifié:  7 juin 2009 à 05:10 par Serge
Citer     Aller en bas de page



Je jouais avec ma plume, mon cahier, quelques mots.
Le jour durait longtemps et la nuit avait un sourire aux lèvres
J’étais enfant et en traversant le jardin
Je me voyais devenir grand…

Je franchissais monts et vaux entre mes somnolences
M’exorbitant les yeux à tuer l’indolence
Déambulant sans le savoir du futur à l’enfance
Et de l’enfance au purgatoire sans aucune complaisance

J’allais dans les bas fonds me morfondre d’obscur
Pour écouter mon cœur se liquéfier d’impur
Aux acides serments détruits par le parjure
Qui décompose l’amour jusqu’à même l’armure

J’étais un enfant devenu grand à la porte
De l’alphabet du temps que les lettres emportent
Pour l’offrir au vent en maux des amours mortes
Qu’on voit au firmament en bien tristes cohortes




 
Idou

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
189 poèmes Liste
3746 commentaires
Membre depuis
1er octobre 2008
Dernière connexion
22 mars 2017
  Publié: 7 juin 2009 à 05:20
Modifié:  7 juin 2009 à 05:20 par Idou
Citer     Aller en bas de page

voilà bien longtemps que j'avais pas emprunté tes chemins !

quel plaisir c'est divinement beau !

j'ai senti les âges se confondent, les parfums d'insouciance devenir les parfums d'amour !

voilà des mots qui dépoussièrent ma mélancolie dominicale ... et lui donne un superbe voyage léger et exquis !

merci serge ,

mes amitiés !



J’étais un enfant devenu grand à la porte
De l’alphabet du temps que les lettres emportent
Pour l’offrir au vent en maux des amours mortes
Qu’on voit au firmament en bien tristes cohortes

  Seirén - ©
clovis67
Impossible d'afficher l'image
On transforme sa main en la mettant dans une autre. (P. Eluard)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
5170 commentaires
Membre depuis
5 août 2008
Dernière connexion
8 août 2013
  Publié: 7 juin 2009 à 06:30 Citer     Aller en bas de page

Ravi de te relire Serge ..

Souvenir d'enfance, souvenir d'innocence, un merveilleux poême avec un légère sourire de tristesse quand on devient grand .....

:mercimerc pour ce partage...

amicalement

Pierre i

  vivre sans espoir, c'est cesser de vivre (Dostoïevski)
Alphonse BLAISE.

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
300 poèmes Liste
15491 commentaires
Membre depuis
18 juin 2006
Dernière connexion
19 février
  Publié: 7 juin 2009 à 10:10 Citer     Aller en bas de page

Rebonjour mon cher Serge, ravie de lire cette plume si belle mais ô combien triste...
Un coup de coeur pour ces vers:

"J’étais un enfant devenu grand à la porte
De l’alphabet du temps que les lettres emportent
Pour l’offrir au vent en maux des amours mortes
Qu’on voit au firmament en bien tristes cohortes."

Alex

 
Athenea


quand l'élève est prêt, le maître apparait.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
16 poèmes Liste
2526 commentaires
Membre depuis
4 août 2008
Dernière connexion
7 décembre 2015
  Publié: 7 juin 2009 à 10:18 Citer     Aller en bas de page



Un plaisir de retrouver ta plume pour poème très touchant

J’étais un enfant devenu grand à la porte
De l’alphabet du temps que les lettres emportent
Pour l’offrir au vent en maux des amours mortes
Qu’on voit au firmament en bien tristes cohortes

Mélancolique et beau

Athénéa

  L'essentiel est invisible avec les yeux
Serge

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
313 poèmes Liste
2513 commentaires
Membre depuis
5 janvier 2008
Dernière connexion
31 octobre 2019
  Publié: 9 juin 2009 à 01:26 Citer     Aller en bas de page

Merci à vous tous de m'avoir laissé votre témoignage...

Ce n'est pas vraiment mon retour... pas encore...

Trop tôt...

Sachez que je vous lis. Je garde le contact...

 
océania


N'ayez crainte la mort est que la suite de la vie.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
14 poèmes Liste
73 commentaires
Membre depuis
12 juin 2009
Dernière connexion
11 novembre 2010
  Publié: 7 juil 2009 à 09:50 Citer     Aller en bas de page

Que dire
Bravo à toi
Amitié

  La meilleure façon d'aimer c'est de ne jamais oublier qu'on peut la perdre.
Naig


On est tous égaux devant la douleur..
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
2561 commentaires
Membre depuis
23 août 2006
Dernière connexion
28 mars 2013
  Publié: 2 sept 2009 à 11:05 Citer     Aller en bas de page

c'est très jolie..

  En route vers Miaou Land... le courage c'est savoir dire stop a certains moments de sa vie... la lacheté ce n'est pas renoncer, simplement laisser faire. une prise de décision est toujours une forme de courage...
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 878
Réponses: 7
Réponses uniques: 7
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0318] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.