Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 40
Invisible : 0
Total : 41
Équipe de gestion
· In Poésie
13256 membres inscrits

Montréal: 15 oct 15:01:04
Paris: 15 oct 21:01:04
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes par thèmes : Concours Eté 2008 - Improvisation texte sur début imposé "La vieille batisse.." :: Amnesthésie*... Le château d'une âme... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
359 poèmes Liste
20740 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
15 septembre
  Publié: 28 juil 2008 à 15:03
Modifié:  26 juin 2012 à 07:22 par Lunastrelle
Citer     Aller en bas de page

La vieille bâtisse découpait l'horizon quand le crépuscule pointait, laissée à l'abandon peut-être, et surtout au fracas incessant des vagues qui grignotaient les contrebas de la falaise. D'aucuns disaient qu'à la tombée de la nuit, l'on entendait des cris ou bien toutes sortes de musiques inquiétantes. Mais tous étaient bien ignorants.
Moi, je savais...


Moi, jeune femme déchue de ses sentiments à la suite d'événements que je n'ose vous conter, je me suis réfugiée dans cette demeure avec l'espoir de pouvoir m'oublier et de tout oublier. J'ai quitté la maison familiale sans rien leur dire après des mois de pleurs retenus. Combien de fois j'ai bouclé ma valise, pour la défaire des heures après sans avoir pu prendre de décisions ! Combien de fois j'ai claqué la porte de chez moi en pensant que cela serait la dernière fois... Au final, aujourd'hui, je me retrouve là.
L'épaule meurtrie par la bandoulière de mon sac et l'air hagard, j'ai atterri sur ce chemin blanc ; un endroit détrempé par l'ombre d'autres vagabonds comme moi, sans doute, ou bien de promeneurs... J'ai dérivé ainsi comme une naufragée jusqu'à rencontrer les murs gris de cet endroit. Je ne sais pourquoi, mais l'herbe folle enlaçant les rosiers fanés – l'automne se pointait déjà –, le ciel orageux qui laissait à peine apparaître un voile noir avec ses brillants, sans compter le chant de la mer se suicidant à chaque renaissance de ses houles... tout cela m'appelait. De plus, mon oreille semblait entendre d'autres échos.
La pluie s'est mise à cascader autour de mon corps frêle ; cette fois c'était clair, je devais me choisir cet abri pour passer la nuit. Après, j'aviserais...
Je suis arrivée dans une cour abandonnée, pleine de sable blanc. Ne me demandez pas pourquoi. Les grilles rouillées ne m'avaient pas laissé entrevoir que le lierre dévorait les murs bordant la bâtisse. J'ai marché jusqu'à rencontrer une porte en cuivre, avec une poignée sculptée dans le fer. Une tête de loup ornait cette dernière.
J'ai ouvert la porte tout doucement ; je me suis retrouvée dans un hall vide, avec pour simple décor un lustre de cristal et un double escalier faisant face à des vitraux ternis. Il semblait m'accueillir alors que je n'avais rien demandé... Pour ce qui est du bas étage, il y avait une porte au centre, que je ne pus ouvrir malgré mes efforts. Alors, c'est à contrecœur que j'ai frôlé de mes pas les marches noires pour arriver à l'étage surplombant le hall. De chaque côté des vitraux, un couloir menant à plusieurs portes m'a fait de l'œil.
Une plainte a attiré mon attention vers le verre teinté ; trouvant cela étrange, je me suis appuyée dessus et j'ai tâtonné sa surface. Une fois proche du couloir de droite, quelque chose d'étrange s'est produit : mon corps est passé à travers le verre. Paniquée, j'ai tenté de retourner en arrière, mais c'était impossible! Il m'aurait fallu briser le vitrail et l'intuition me soufflait de continuer sur ma lancée. C'est pourquoi je me suis retrouvée dans une pièce où des draps blancs recouvraient des silhouettes informes. Des meubles, des chaises, sans doute. L'odeur du renfermé m'a saisie à la gorge, alors j'ai ouvert les volets de l'unique fenêtre et j'ai laissé l'air s'engouffrer. Il a enveloppé mon corps vêtu d'une simple robe bleue et d'une grande veste ; ce coquin a même essayé de danser avec ces fantômes cachant le mobilier.
J'ai tendu mon oreille de nouveau. Ce n'était pas une plainte, mais une douce voix qui chantait...
Le cœur battant la chamade, je me suis approchée tout doucement d'un de ces draps ; une sorte d'objet plat et allongé déformait sa surface. À première vue, cela pouvait évoquer une table. J'ai posé mon sac, qui m'avait sérieusement pesé sur l'épaule.
Le souffle court, j'ai tiré sur ce dernier avec mes doigts tremblants. Je me suis retrouvée face à un lit et... à un homme d'une beauté surnaturelle. Son aura forçait au respect. Ses cheveux roux, mi-longs, encadraient un visage aux traits fins, aux pommettes hautes, à la bouche ferme. Il portait une tunique rouge sang, son cou arborait un collier dont le jade – ou l'émeraude – semblait avoir une vie propre en son sein. En regardant de plus près, je pus voir qu'il avait de longues oreilles... Bon sang, un elfe ! Sa poitrine se soulevait régulièrement ; alors il n'était pas mort, il...
Prise d'une sourde panique, je ne sais plus ce que j'ai fait. Je crois que je me suis dirigée vers la fenêtre. J'ai enjambé la balustrade, je me suis retrouvée devant une mer en colère ; elle frappait la falaise de ses poings salés... trop haut pour que je saute ! Quelle lubie d'avoir de tels réflexes ! Il aurait mieux valu que je me sauve de la pièce autrement, en brisant ce vitrail qui m'avait engloutie, tiens... Je ne fais rien comme tout le monde, décidément !
Un bras s'est accroché à ma taille et m'a ramenée contre mon gré dans la pièce de mes cauchemars. Trop hébétée pour me débattre, je n'ai pu que remarquer le lit vide. Le propriétaire a chuchoté à mon oreille, tout en me maintenant contre lui :
— Voyons, ne partez pas si vite.
Quelle voix ; elle m'a donné des frissons, à croire qu'elle m'ensorcelait avec sa tessiture chaleureuse et musicale.
— Je me suis donné tant de peine pour vous attendre...
Ma conscience alors a compris quelque chose : cette légende de l'enchanteur des Limbes... Oui. Elle s'imposa à mon esprit, tandis que ses mains me retournaient pour lui faire face et prenaient mon visage avec douceur. Je compris pourquoi cette demeure me paraissait familière, si sombre, si triste... Animée par un désespoir certain, j'avais tout perdu. Puis, j'avais répondu à son appel selon les caprices du Destin.
Ses lèvres se posèrent doucement sur mon front. Cette âme sœur qu'il cherchait et qu'il a trouvée en moi gémissait encore sous ses meurtrissures... mais ceci est une autre histoire.




***



Il y a longtemps, un elfe fut condamné par l'esprit de la forêt à dormir pour l'éternité car il avait voulu rallier les hommes à la cause de son peuple. On dit qu'il ne serait réveillé que par une humaine et qu'à ce moment-là l'Esprit de la forêt accepterait cette alliance. Cette jeune fille devait être son âme-sœur. À ce que l'on raconte aussi, le chant de l'enchanteur l'appellerait jusqu'à ce que son âme puisse l'entendre, jusqu'à ce qu'elle vienne... Cette bâtisse serait le reflet du cœur de cette demoiselle. Un cœur à sublimer, ou bien à reconstruire.



©Lunastrelle




*Amnesthésie: comprenne qui pourra, néologisme qui recoupe beaucoup de sens et de mots pour moi, impossible à expliquer ici...


50 lignes sans compter l'introduction, j'espère que ça passe!

(Réécrite en 2011, il n'y aura pas de suite)

  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
JCboy


Chante, ô ma muse, des merveilles au-delà de mes compétences
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
23 poèmes Liste
207 commentaires
Membre depuis
27 septembre 2007
Dernière connexion
23 mars 2016
  Publié: 28 juil 2008 à 16:27 Citer     Aller en bas de page

Chouette fantaisie dans ce dénouement...Bien ficelé.

J'ai dû ajuster mes lunettes pour lire ce petit caractère...mais il faut croire que cela fait parti du plaisir!

Que d'autres lignes de ton imagination fertile viennent jusqu'à nous!

cordialement,

JC.

 
LE PASSANT


La plume peut être l'arme de nos révolte comme son encre peut être l'arme de notre conscience THOMAS
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
112 poèmes Liste
2941 commentaires
Membre depuis
9 août 2006
Dernière connexion
9 avril
  Publié: 30 juil 2008 à 11:35 Citer     Aller en bas de page


J'ai été pris du début à la fin tu as du talent

Au plaisir de te relire Yvon

 
James


La vie est la cruauté de la mort (James)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
13 poèmes Liste
23529 commentaires
Membre depuis
4 octobre 2006
Dernière connexion
6 octobre
  Publié: 31 juil 2008 à 04:10 Citer     Aller en bas de page

j'adore ta plume Justine , quelle belle originalité dans ton texte , tu contes à merveille !
un lieu magique qu'elle est pour toi cette batisse
amitiés,

james

  Membre de la Société des poètes Français.
chromatic


J'ai décidé d'écrire non pas pour décrire mais pour m'écrier
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
47 poèmes Liste
142 commentaires
Membre depuis
15 mars 2007
Dernière connexion
5 septembre 2014
  Publié: 31 juil 2008 à 15:27 Citer     Aller en bas de page

Lunastrelle,

Le moins que l'on puisse dire c'est que tu as vraiment ton univers et que tu nous y emmène facilement ! j'aime bien ce côté fantastique moi aussi. Un peu à la manière des contes de fées.

Par contre, j'avoue que mon sentiment après avoir lu est que ton style de récit qui est très plaisant en soi (et sur cette forme tu as déjà pas mal de publications à ton actif je crois) ne me parait pas trop coller avec le début de texte proposé. J'y retrouve peu de références communes et de liens à ces deux textes mis bout à bout.

Pour la longueur imposée, chacun sa technique : toi tu as modifié la taille des caractères pour en entrer le plus possible mais ça renforce mon sentiment de décalage avec le texte de départ (tu devrais mettre le début de texte sous la même forme non ?); moi de mon côté, j'ai censuré des parties du texte initial et parfois à la machette si bien qu'on ne capte plus trop certaines transitions.

Il reste à mes yeux un très beau texte et en particulier quelques tournures de phrases exquises et une belle fin aussi.

j'aime bien.

  Chromatic
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
359 poèmes Liste
20740 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
15 septembre
  Publié: 1er août 2008 à 14:51 Citer     Aller en bas de page

Marion: c'est vrai qu'elle avait du courage mais elle voulait pas coucher dehors non plus, elle n'avait guère le choix aussi !
Merci à toi


Sam: moi aussi il me tente, mais euh... Non rien ^^.
Merci


JC: oui pardon , j'ai pas voulu tricher avec la taille de la police, j'ai mis la time new roman au lieu de la normale ici qui est la verdana, mais la time est plus petite d'écriture en caractère 12 que la verdana^^.
Contente que cela fasse partir du plaisir!



Dominique: merci beaucoup


Yvon: j'en suis contente, sur 50 lignes c'est déjà pas mal de tenir en haleine^^!
Merci


James: ah ba merci beaucoup, conter est ce que j'aimerai faire à mes enfants



Leviath: j'ai eu du mal à faire passer, je me suis battue avec le récit dans un nombre de lignes restreint pour que le récit tienne debout
Merci à toi


Chromatic: contente d'emmener facilement mes lecteurs!
Je t'ai expliqué de quoi il en retournait par MP sinon, merci de ta visite et de tes appréciations

  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
angetine au sol


J'ai juste rêver un jour que je pouvais rêver pour de vraie.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
195 poèmes Liste
3034 commentaires
Membre depuis
22 mars 2005
Dernière connexion
4 août 2016
  Publié: 5 août 2008 à 05:38 Citer     Aller en bas de page

ma tendre amie, ce texte est encore une fois de plus un bien bel ouvrage!!! je suis submergée par les émotions et j'espère que ce bel endormit saura te rapporter confort et douceur!!


amitié
angetine au sol

  Le parfum subsiste toujours au creux de la main qui offre la rose
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
359 poèmes Liste
20740 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
15 septembre
  Publié: 5 août 2008 à 10:31 Citer     Aller en bas de page

Ce bel endormi je ne le connais pas, et puis... Si je devais le rencontrer je ne sais pas comment j'agirai...


  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
okana


Plume légère, aquarelle du coeur, partager mon bonheur, sur la page de mes douceurs.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
193 poèmes Liste
7801 commentaires
Membre depuis
20 janvier 2007
Dernière connexion
30 décembre 2012
  Publié: 7 août 2008 à 19:46 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Justine, un très bon moment de lecture, j'ai adoré ton histoire , de très belles imageset une écriture superbe.Amitié. Okana trendresse...

  Nicole chaput. *Okana *...
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
359 poèmes Liste
20740 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
15 septembre
  Publié: 10 août 2008 à 03:47 Citer     Aller en bas de page

Merci Nicole, elle n'est pas finie tu sais...

  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
359 poèmes Liste
20740 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
15 septembre
  Publié: 16 août 2008 à 06:39 Citer     Aller en bas de page

Et bien...


Cette nouvelle va être reprise c'est certain, avec un début différent de celui de Tilou (écrituralement parlant) par respect .



Et puis y aura une suite, mais quand?


Merci à toi

  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
359 poèmes Liste
20740 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
15 septembre
  Publié: 17 août 2008 à 05:59 Citer     Aller en bas de page

^^

  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 2014
Réponses: 11
Réponses uniques: 7
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :

Nymphe ! (Autres)
Auteur : Lysée
Le Requiem de Fauré (Poèmes par thèmes)
Auteur : Tilou8897
Souvenir d'une fête de Beltaine... (Poèmes par thèmes)
Auteur : Arynr'il Dae
Laissez moi crier (Poèmes par thèmes)
Auteur : okana
Rendez-vous de fin du monde (Amour)
Auteur : Mariesarah
Je vous parle d'un pays (Autres)
Auteur : bekrimation
A la recherche d'un rire (Poèmes par thèmes)
Auteur : Karasu
C' est sa fête aujourd' hui ! (Autres)
Auteur : Little stella
Gagnant du concours : Clef de sol (Poèmes par thèmes)
Auteur : Billie
A Toi Mon Amour (Poèmes par thèmes)
Auteur : Mississipi2009
Ailes de verre (Poèmes par thèmes)
Auteur : Lunastrelle
Libération (Autres)
Auteur : Joey

 

 
Cette page a été générée en [0,0374] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.