Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 241
Invisible : 1
Total : 244
· marchepascal · Drôle d'oiseau
13088 membres inscrits

Montréal: 24 mars 09:57:29
Paris: 24 mars 14:57:29
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Nouvelles littéraires :: Le jour de mes dix-huit ans Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
651 poèmes Liste
18562 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
3 février
  Publié: 4 oct 2009 à 14:47
Modifié:  4 oct 2009 à 14:59 par Tilou8897
Citer     Aller en bas de page


Le jour de mes dix-huit ans


C'était presqu'un miracle d'avoir pu le dire ou d'avoir su le faire. Ce n'est pas quelque chose qu'on oublie au milieu de ces presque riens qui remplissent des heures et qui n'occupent pas la moitié de nos affaires. Le grand avec les grandes mains, on l'appelait Henri ; ce n'était pas vraiment un ami, peut-être un grand frère. A vrai dire, je ne savais pas trop qui il était, je savais juste qu'il était là et qu'il bossait avec mon père. Il disait jamais rien, à peine, hochait-il la tête, histoire de me faire sourire. Des fois je me disais que s'il gardait le silence, c'était pour éviter de dire des bêtises et d'autres fois, je me disais qu'il était peut-être muet ou timide.

J'aimais jouer de ça, lui faire des misères, me frotter contre lui, me jeter dans ses bras juste pour le voir rire et en l'espace d'une seconde, le faire rougir. Je ne voyais que ça, comme si en un instant, tout ça, ça ne pouvait que tiédir. Il n'y avait rien à retirer, ni l'insouciance, ni la gêne. Il y avait chaque geste et l'envie manifeste de ne rien laisser s'échapper de ce vaste empire.

Je savais qu'un jour, il serait temps et à l'aube de mes dix-huit ans, j'ai fugué, je suis partie. Mais je ne suis pas allée très loin.

J'ai traversé le jardin et je l'ai rejoint. De proche en proche, de plus en moins, je me suis brodée la note que j'allais lui jouer. Il n'a pas dit oui. Il n'a pas dit non. Il m'a juste laissée traverser le salon. Je ne sais pas ce qu'il a pensé, je ne sais pas s'il a su vraiment pourquoi il aurait dû s'arrêter de jouer. Je sais juste que nous avons dansé, valsé, poussé chaque porte qu'il y avait sous le toit de sa maison.

C'était presqu'un miracle d'avoir pu le dire ou d'avoir su le faire. Ce n'est pas quelque chose qu'on oublie au milieu de ces presque riens qui remplissent des heures et qui n'occupent pas la moitié de nos affaires. Je sais juste qu'il y a eu la police qui est venue au petit matin et qu'il n'a su que dire en me lâchant la main. Je sais juste que j'ai pleuré sans trop savoir pourquoi, j'avais perdu quelque chose et je ne savais quoi, le jour de mes dix-huit ans.




Tilou

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
opium
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
1698 commentaires
Membre depuis
9 septembre 2007
Dernière connexion
20 février
  Publié: 4 oct 2009 à 15:56 Citer     Aller en bas de page

La lecture m'a surprise au premier abord, j'ai relu car j'ai entendu la mélodie sans trop savoir pourquoi puis j'ai vu cette belle structure, la reprise poétique et cette fin si joliment tournée.

J'ai beaucoup aimé.

Merci

 
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
651 poèmes Liste
18562 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
3 février
  Publié: 7 oct 2009 à 16:57 Citer     Aller en bas de page


@Alex : Sûr qu'il en manque un gros bout de l'histoire... En fait là, c'est un bout qu'est venu tout seul... C'est une amorce... Le "problème" dans la "conversion" à un écrit plus long, ça serait (et c'est) d'organiser le fil de l'histoire... Je l'ai déjà dit ailleurs mais cela à ma manière d'écrire mes récits de "fiction" (toujours issus de bouts de journal... mais du coup, noyés dans l'entre-croisement d'autres histoires, un peu comme la vie... dans une journée, on ne vit pas "une" histoire mais plusieurs au sens récit/nouvelle... le tout est de rassembler le tout et de reconstituer les morceaux qui sont implicites...-ceux que j'ai pas consignés-)... Peut-être que je convertirai mais faudrait d'abord que je termine déjà ce que j'ai commencé sur d'autres...sinon... commence tout et termine rien... j'aime bien les points de suspension mais c'est un peu dommage pour ceux qui veulent lire une histoire complète.

@opium : est-ce la mélodie ou le sujet qui t'a surprise ?... Je ne suis pas sûr d'avoir saisi cela... ... Pour la mélodie... oui... c'est venu à mi-chemin entre le début de nouvelle et le poème.... Et puis comme dirait Rose, je "musique" même ma prose^^ c'est un toc

Merci vous deux.



  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
651 poèmes Liste
18562 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
3 février
  Publié: 2 déc 2009 à 15:43 Citer     Aller en bas de page


Il y aura sûrement une suite du reste... Car l'idée me trotte pas mal dans la tête... D'aborder ce thème.

J'espère que je pourrai garder cette fluidité sur la longueur. Faudra juste que l'histoire ne soit pas trop restreinte à l'objet mais s'étende sur plus large.

Merci du point de vue.

Amicalement

Tilou

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 2221
Réponses: 3
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0367] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.