Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 30
Invisible : 0
Total : 34
· samamuse · manusaran · Aude Doiderose · Cerdick
13071 membres inscrits

Montréal: 23 mai 03:17:08
Paris: 23 mai 09:17:08
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes par thèmes : Concours Eté 2008 - Improvisation texte sur début imposé "La vieille batisse.." :: 4eme Gagnant : Impensable Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
MISTERWEBY


de l'amour à la haine il n'y a qu'un pas...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
107 poèmes Liste
3191 commentaires
Membre depuis
29 mai 2002
Dernière connexion
15 novembre 2018
  Publié: 31 juil 2008 à 08:20
Modifié:  21 oct 2008 à 14:42 par Bestiole
Citer     Aller en bas de page

"La vieille bâtisse découpait l'horizon quand le crépuscule pointait... Laissée à l'abandon peut-être et surtout au fracas incessant des vagues qui grignotaient les contrebas de la falaise. D'aucuns disaient, qu'à la tombée de la nuit, l'on entendait des cris ou bien toutes sortes de musique inquiétante... Mais tous étaient bien ignorants... Moi, je savais..."

Il fallait l’avoir vu de ses propres yeux, une fois au moins pour y croire. « Impensable », c’est ce que les rares personnes qui avait l’occasion de savoir disaient. Une telle chose était impensable à notre époque, et pourtant… Tous les soirs, surtout les journées chaudes d’été, le phénomène se répétait, inlassablement, d’année en année. De siècle en siècle peut-être, d’après ce qu’en disaient les anciens, qui tenait cette histoire de leurs ancêtres. Il fallait avoir vu une fois, pour faire partie de ceux qui savent.

Pour savoir, rien de plus simple pourtant, il suffit d’y aller. Mais le mystère qu’en font ceux qui savent, qui refusent d’en parler, à part en disant « impensable », attisent la curiosité autant que la méfiance.

C’est par une longue et chaude journée du mois d’aout que je suis entré dans le cercle restreint de ceux qui savent. La maison se découpait à l’horizon, à travers le soleil couchant. J’avais une dizaine d’années tout au plus. Et l’odeur délicate de barbe à papa qui semblait provenir de la demeure quand le vent soufflait sur la falaise ne me laissait pas indifférent. Une odeur légère, imperceptible presque, une odeur de fête foraine lointaine…

En arrivant sur le haut de la falaise je ressentis une sorte de malaise. Un sentiment que l’on ressent quand on sait que quelque chose d’important va se passer. J’avais un peu peur et pourtant j’étais incapable de reculer ; il fallait que je sache… Alors je suis entré.

A ce moment la, j’ai su. J’ai su pourquoi certains disaient « impensable ». Que pouvait-on dire d’autre en voyant ce spectacle ? Et comment le décrire ensuite ? Quels mots seraient assez forts pour cela ? Personne ne peut y croire, à part ceux qui y ont assisté…

Aujourd’hui j’ai grandi. J’ai 34 ans, une femme et une petite fille adorable. Elles savent juste que ce qui se passe là-bas est « impensable », je suis incapable de leur dire autre chose. Ce que j’ai vu là-bas, je ne l’oublierai jamais, mais au moins maintenant je sais. Je sais que parfois il vaut mieux ne pas savoir…

  Nous autres, poètes, quand nous avons de la peine, au lieu de la chasser, nous lui cherchons un titre [San Antonio]
Estérak


Qui ne chute jamais ne sait pas rebondir
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
43 poèmes Liste
1162 commentaires
Membre depuis
31 août 2007
Dernière connexion
18 janvier 2018
  Publié: 31 juil 2008 à 10:10 Citer     Aller en bas de page

voilà qyui mérite "le prix spécial" ... de la frustration. bien joué

  Estérak / La Vie n'est pas donnée ... il faut savoir la prendre
Alternatives

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
4 poèmes Liste
33 commentaires
Membre depuis
24 mai 2006
Dernière connexion
31 juillet 2015
  Publié: 31 juil 2008 à 13:11 Citer     Aller en bas de page


Petit chieur, va !
Mon tendre petit chieur bien sur, mais quand même !

Raaah, c'est rageant !
C'est vilain d'attiser autant la curiosité des grands curieux comme moi.


 
Lysée


L'Amitié est un Joyau si rare que le Coeur seul peut lui servir d'Ecrin!
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
153 poèmes Liste
1630 commentaires
Membre depuis
20 mai 2007
Dernière connexion
19 septembre 2018
  Publié: 1er août 2008 à 12:19 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir !

J'ai grandement apprécié ta manière particulière de nous faire entrer en ton histoire !

Quand bien même on ne sache point, c'est bien écrit !
Après tout, parfois, il est préférable que l'on taise certaines choses .... le mystère est ainsi entretenu à merveille !

Au plaisir !

  Lysée
LE PASSANT


La plume peut être l'arme de nos révolte comme son encre peut être l'arme de notre conscience THOMAS
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
112 poèmes Liste
2941 commentaires
Membre depuis
9 août 2006
Dernière connexion
9 avril
  Publié: 4 août 2008 à 12:28 Citer     Aller en bas de page

Je me suis dis mais on va bien finir par savoir...

Eh bien non, je resterais sur ma faim ...

Au plaisir de te relire...

Mes amitiés Yvon

 
angetine au sol


J'ai juste rêver un jour que je pouvais rêver pour de vraie.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
195 poèmes Liste
3034 commentaires
Membre depuis
22 mars 2005
Dernière connexion
4 août 2016
  Publié: 5 août 2008 à 04:57 Citer     Aller en bas de page

un texte frustrant mais qui vaut son pesant de suspense!!

bravo
j'ai aimé ta plume

amitié
angetine au sol

  Le parfum subsiste toujours au creux de la main qui offre la rose
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
359 poèmes Liste
20740 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
7 avril
  Publié: 5 août 2008 à 10:07 Citer     Aller en bas de page

Pfff même pas drôle on sait même pas ce qu'il se passe !


Tu sais bien entretenir ton suspense toi


  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
sparkette


le monde appartient à celui qui se léve AU BON MOMENT
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
1 poèmes Liste
8 commentaires
Membre depuis
6 août 2008
Dernière connexion
17 août 2008
  Publié: 7 août 2008 à 10:58 Citer     Aller en bas de page

bravo!!! je suis restée souffle haletant à lire les derniéres lignes pour enfin SAVOIR, mais oupss....ce ne sera pas pour aujourd'hui., je resterais sur ma faim pour ce coup là.
encore une fois CHAPEAU

  amicalement
Alponse BLAISE. Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
300 poèmes Liste
15477 commentaires
Membre depuis
18 juin 2006
Dernière connexion
21 mai
  Publié: 24 mars 2009 à 10:15 Citer     Aller en bas de page

Ta boite est pleine....

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1428
Réponses: 8
Réponses uniques: 8
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0429] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.