Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 18
Invisible : 0
Total : 19
· Lipstick Cindy
12869 membres inscrits

Montréal: 28 avr 21:30:29
Paris: 29 avr 03:30:29
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes tristes :: Rouge à croquer ou Revivre Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Cαlliσpee


«La porcelaine, le soleil et l'azur qui s'échappent d'entre vos lèvres.»
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
21 poèmes Liste
89 commentaires
Membre depuis
8 mai 2008
Dernière connexion
7 juin 2013
  Publié: 27 oct 2009 à 21:22
Modifié:  29 mars 2010 à 02:07 par Cαlliσpee
Citer     Aller en bas de page



Let me take myself down,

Cause I’m dying into strawberry fields.

Everything’s real.*



*


Mes vers las, mes rimes tordues,
Les lèvres fruitées poinçonnées d’ondes.


*


Ces abîmes flasques et ambrés,
Leurs chansons écorchées de mon leitmotiv rauque.


Les mains en étoiles plafonnant le tranchant de ces ouvrages.



*



Du volet de mes cils recourbés.

Portrait d’une femme à l’eau de rires.



*


Ces syllabes crachées de la paupière d’une seconde.


Une paillasse enchantée, un lit d’amertumes et de graisses échevelées.


Mes sourires de dentelles ornés de draps tollés,
Tissus aux poils de louve.



*



Quelques carreaux de plus à mon ouvrage.

Rafistolages et morceaux de rage.




*

Le temps à croquer, le temps est enragé.

*



Mes tableaux peints de cendres grises,
Le sillon déchaîné de l’encre de mes libelles.

Les mots cordés d’une oreille à l’autre.




*

D’une plume disgracieuse, frivole,
Ingérer le rictus morbide de mes égaux.



Me laisser pourrir sur tes racines.



À la bordure du feuillage de l'automne,
Couleurs morbides saupoudrées.

*


Laissez-moi disparaître à mes pieds,

Le front posé sur la crevasse de mes chevilles.

Puis errer d’une mémoire à un souvenir.


*


Cette saison est nostalgique,
Auprès de l'enflure de mon âme.


Mon plumage décomposé et humide,
Animé d’ocres bifurqués.


*



(Ainsi...)



*

Se renfrogner,

Permuter dans ces ombres charnues de nos allures fières.

*


Et trépasser dans l’âme,
S’encrasser les mots,
Fléchir contre notre volonté,
Renaître de ses pensées.


*

Revivre.

*

Reposer enfin.

Vivre les douleurs.

N’aimer que moi-même.


*


(Strawberry fields for reminders.)*


**
*



À moi. À mon âme. À l'avenir parfumé de cendres d'hiver.


*



* Laissez-moi m'enmener, parce que je me meurs dans les champs de fraises, tout est réel.

* Champs de fraises pour ceux qui se souviennent. (Un rappel à la chanson «Strawberry fields forever» des Beatles).

  Cαlliσpe℮. Irréєlle, vαgabonde.
Mademoiselle Phébus


Just let me fall out the window with confetti in my hair. (Tom Waits)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
115 poèmes Liste
1548 commentaires
Membre depuis
9 mars 2005
Dernière connexion
30 novembre 2014
  Publié: 28 oct 2009 à 02:36 Citer     Aller en bas de page

je t'aime.

  (Là-haut l'absence entière et le bleu charbonnant.) Par le jour se levaient des géants tristes, un violon en carton-pâte sous le rêve. (Fernand O. -Le Soleil sous la mort)
Cαlliσpee


«La porcelaine, le soleil et l'azur qui s'échappent d'entre vos lèvres.»
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
21 poèmes Liste
89 commentaires
Membre depuis
8 mai 2008
Dernière connexion
7 juin 2013
  Publié: 28 oct 2009 à 23:02 Citer     Aller en bas de page

Je t'aime aussi mon namoureuseuh!

  Cαlliσpe℮. Irréєlle, vαgabonde.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1083
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 2 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0328] secondes.
 © 2000 - 2017 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.