Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 243
Invisible : 0
Total : 243
13124 membres inscrits

Montréal: 15 juil 20:37:44
Paris: 16 juil 02:37:44
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes par thèmes : Concours Eté 2008 - Improvisation texte sur début imposé "La vieille batisse.." :: La maison des Shetland Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
aristide

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
104 poèmes Liste
856 commentaires
Membre depuis
17 janvier 2007
Dernière connexion
3 janvier 2018
  Publié: 10 août 2008 à 09:44 Citer     Aller en bas de page

La vieille bâtisse découpait l’horizon quand le crépuscule pointait … Laissée à l’abandon peut-être et surtout au fracas incessant des vagues qui grignotaient les contrebas de la falaise. D’aucuns disaient, qu’à la tombée de la nuit, l’on entendait des cris ou bien toutes sortes de musiques inquiétantes … Mais tous étaient bien ignorants … Moi, je savais …
Je savais la clameur, je me nourrissais du grondement. Ce soir j’avais débarqué avec mes noirs bagages. J’espérais les laisser sur place, afin que la maison les dissolve …
Toutes ces sombres pensées dont ma tête était remplie, je ne peux même pas en parler, j’aurais l’impression d’activer un processus dont je n’étais pas maître. Il me semblait que la moindre étincelle aurait suffi à faire exploser toute cette dynamite qui logeait au fond de mes neurones.
La barque qui m’emmenait dans cette île était ballottée par les vagues. Le trajet, jusque-là, avait été très éprouvant. Ce bout de terre désolé de l’archipel des Shetland ne se laissait pas aborder sans effort. On approchait de la plage où j’allais débarquer et on distinguait à peine le vieux manoir ruiné, par ce temps sombre et tempétueux. .
Je remerciai mon passeur et je me dirigeai vers la bâtisse. J’avais l’impression de retrouver un ami que je n’avais pas vu depuis longtemps. Je connaissais le rite. Je m’installai sur la terrasse, au dessus de la mer. La pluie qui redoublait me cinglait le visage. J’avalai une gorgée de whisky les yeux fermés.
Je m’enfonçai ensuite dans le bâtiment. Le vacarme de le tempête s’atténua un peu. Les coups de boutoir des vagues devinrent plus sourds. Ils se mirent à ressembler à des battements de cœur. Je connaissais le parcours, les escaliers interminables qui s’enfonçait au centre de l’édifice. Je repérai le mur, la lueur de ma torche balaya les pierres. Je trouvai le mécanisme qui déclencha l’ouverture d’une porte. J’entrai dans la petite pièce si familière. J’étendis mon duvet sur une niche creusée dans le mur. Je m’allongeai, nue sur cette couche et attendis que la maison vienne me prendre…
J’éteignis ma torche, et dans cette obscurité dense, je me laissai aller. C’était la troisième fois que je venais ici, toujours dans des conditions dramatiques. J’avais un peu froid, j’essayais de me concentrer sur les martèlements réguliers qui m’évoquaient maintenant une respiration, comme une présence à mes côtés. Je sentis une douce chaleur m’envahir. Les membres, le ventre, la poitrine, une impression délicieuse. Puis cette présence commença à pénétrer mes pensées. La maison me racontait son histoire, chassant du même coup la mienne. Le départ de Patrice, la mort de maman, mon désespoir me quittaient, laissaient la place à une terrible évocation : des massacres, des incendies, des destructions. Cette histoire n’était pas linéaire mais composée de flashes superposés La maison avait pris mon passé, je me laissais envahir par le sien. Comme si chacun avait le pouvoir de laver les souvenirs de l’autre, de leur enlever leur pouvoir malfaisant.
Je m’endormis un temps indéterminé. Je me réveillai doucement. Je ressentis une grande plénitude. Mes souvenirs étaient là, apaisés. Débarrassés de leur pouvoir de nuisance, ils m’appartenaient, c’était tout.
J’avais su la maison, mais toute son histoire avait quitté mon cerveau.
J’étais apaisée …

 
aristide

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
104 poèmes Liste
856 commentaires
Membre depuis
17 janvier 2007
Dernière connexion
3 janvier 2018
  Publié: 10 août 2008 à 16:23 Citer     Aller en bas de page

Merci pour le commentaire
Bises

 
LE PASSANT


La plume peut être l'arme de nos révolte comme son encre peut être l'arme de notre conscience THOMAS
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
112 poèmes Liste
2941 commentaires
Membre depuis
9 août 2006
Dernière connexion
9 avril
  Publié: 10 août 2008 à 17:06
Modifié:  10 août 2008 à 17:30 par LE PASSANT
Citer     Aller en bas de page

Une histoire bien mené, et que j'ai eu beaucoup de plaisir à lire...

Au plaisir de te relire...

Amitiés Yvon

 
aristide

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
104 poèmes Liste
856 commentaires
Membre depuis
17 janvier 2007
Dernière connexion
3 janvier 2018
  Publié: 10 août 2008 à 17:18 Citer     Aller en bas de page

Merci Yvon c'est sympa de me le dire

 
aristide

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
104 poèmes Liste
856 commentaires
Membre depuis
17 janvier 2007
Dernière connexion
3 janvier 2018
  Publié: 13 août 2008 à 03:43 Citer     Aller en bas de page

Merci Dominique tu me fais d'autant plus plaisir que j'ai beaucoup apprécié le texte que tu as proposé sur ce concours .

 
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
359 poèmes Liste
20740 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
7 avril
  Publié: 13 août 2008 à 05:04 Citer     Aller en bas de page

Beaucoup d'émotions, de symbolismes... Un texte riche qui a besoin de plusieurs lectures!


  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
aristide

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
104 poèmes Liste
856 commentaires
Membre depuis
17 janvier 2007
Dernière connexion
3 janvier 2018
  Publié: 13 août 2008 à 05:48 Citer     Aller en bas de page

Lunastrelle, merci beaucoup pour ton passage.

 
aristide

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
104 poèmes Liste
856 commentaires
Membre depuis
17 janvier 2007
Dernière connexion
3 janvier 2018
  Publié: 13 août 2008 à 14:48 Citer     Aller en bas de page

Ravi, fleur d'encre, d'avoir pu faire un bout de voyage avec toi !

 
Ashimati

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
325 poèmes Liste
7258 commentaires
Membre depuis
3 août 2008
Dernière connexion
11 juillet
  Publié: 13 août 2008 à 15:31 Citer     Aller en bas de page

Ravi de t'avoir lu, et j'ai trouvé l'énigme fort intéressante et peu commune.
Merci pour ce bon moment

 
aristide

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
104 poèmes Liste
856 commentaires
Membre depuis
17 janvier 2007
Dernière connexion
3 janvier 2018
  Publié: 13 août 2008 à 15:48 Citer     Aller en bas de page

"Peu commune", j'aime bien ce compliment.
Merci, Ashimati, pour ton passage

 
okana


Plume légère, aquarelle du coeur, partager mon bonheur, sur la page de mes douceurs.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
193 poèmes Liste
7801 commentaires
Membre depuis
20 janvier 2007
Dernière connexion
30 décembre 2012
  Publié: 14 août 2008 à 18:12 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Aristide, ce poème à thème t'a très bien réussi, j'ai découvert une plume talentueuse pour l'écriture littéraire. Continue tu as ta place.Amitié.Okana...xx

  Nicole chaput. *Okana *...
aristide

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
104 poèmes Liste
856 commentaires
Membre depuis
17 janvier 2007
Dernière connexion
3 janvier 2018
  Publié: 14 août 2008 à 18:53 Citer     Aller en bas de page

Merci Okana pour tes éloges, ils me touchent beaucoup

 
Mariesarah

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
179 poèmes Liste
3769 commentaires
Membre depuis
6 février 2007
Dernière connexion
20 octobre 2010
  Publié: 15 août 2008 à 11:53 Citer     Aller en bas de page

Je n'en attendais pas moins de toi !

Histoire menée de main de maître avec toute une nuée de sensations. Un fond très original brodé par écriture qui toujours se démarque.

Bravo !


Marie

  ... et si je m'en vais avant toi, dis toi bien que je serai là, j'épouserai la pluie le vent, le soleil et les éléments pour te caresser tout le temps (Francoise Hardy) merci M-Paule (comme une brise bise de mes aimés sur ma joue)
aristide

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
104 poèmes Liste
856 commentaires
Membre depuis
17 janvier 2007
Dernière connexion
3 janvier 2018
  Publié: 15 août 2008 à 12:16 Citer     Aller en bas de page

Merci Marie, t'es trop gentille !

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1612
Réponses: 13
Réponses uniques: 6
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :

Les blessures de verre (repost) (Autres)
Auteur : Tendresse54
A bras le coeur (duo Mélusine & Guido) (Collectifs)
Auteur : Guid'Ô
Yeah ! my God (Amour)
Auteur : Hassan
Gagnant du concours : Clef de sol (Poèmes par thèmes)
Auteur : Billie
Ne me jette pas (Poèmes par thèmes)
Auteur : sousmarin
Ne te fripe pas (Poèmes par thèmes)
Auteur : Drakkar
Tombe pas plus bas (Poèmes par thèmes)
Auteur : Estérak
Ne te vexe pas (Poèmes par thèmes)
Auteur : Ellea Lee
Ne m'agrippe pas (Poèmes par thèmes)
Auteur : THOMAS
Le temps d'une valse... (Autres)
Auteur : Alponse BLAISE.

 

 
Cette page a été générée en [0,0320] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.