Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 7
Invités : 22
Invisible : 0
Total : 29
· navigateur · Jacques-Marie JAHEL · Lapoètesse · actuaire · Authilie · Chlamys · Fried
13126 membres inscrits

Montréal: 25 avr 06:21:26
Paris: 25 avr 12:21:26
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes par thèmes : Les Éphémères (novembre 2015) : "Taire" :: Sur l'absence d'un dialogue Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Xenia

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
106 poèmes Liste
1695 commentaires
Membre depuis
13 mai 2013
Dernière connexion
25 avril
  Publié: 10 nov 2015 à 03:54
Modifié:  10 nov 2015 à 05:19 par Emme
Citer     Aller en bas de page

Tu avais les dieux d'un ciel sombre
qui dévoraient tous tes possibles,
et moi, faible contrepoison
avec mes discours dérisoires,
je ne faisais que chasser tes mots.

À pleines mains je retenais
des liens rugueux et métalliques,
voulant ordonner le fouillis
des phrases aux lignes brisées
où étaient enfermés tes mots.

Funambule au bord des ravins,
tes chutes effrayaient le vide
quand ton silence se vengeait
de toutes mes sollicitudes,
quand tu barricadais tes mots.

Il faut savoir dire le pire
au-delà des fières pudeurs,
de toi, je pouvais tout entendre,
tu me pensais ton ennemie
et tu m'as privée de tes mots.

  Critiques acceptées
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administrateur

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
414 poèmes Liste
12926 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
19 avril
  Publié: 10 nov 2015 à 04:14 Citer     Aller en bas de page

J'aime ce "tes mots" asséné, presque scandé à la fin de chaque strophe et cette fin...

 
Lilania Cet utilisateur est un membre privilège


Osez Etre
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
82 poèmes Liste
3248 commentaires
Membre depuis
14 juin 2011
Dernière connexion
2 avril
  Publié: 10 nov 2015 à 04:36 Citer     Aller en bas de page


J'ai aimé ce thème très bien abordé, une écriture que j'aime tout simplement.
Merci Xenia pour cette lecture

 
Vénusia

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
135 poèmes Liste
3587 commentaires
Membre depuis
25 février 2015
Dernière connexion
16 mars
  Publié: 10 nov 2015 à 05:05 Citer     Aller en bas de page

Il faut savoir dire le pire
au delà des fières pudeurs,
de toi, je pouvais tout entendre,
tu me pensais ton ennemie
et tu m'as privée de tes mots.

c'est vrai qu'il faut du courage pour dire même le pire, être vrai.
belle journée

 
Maschoune

Modératrice


Je voudrais tout savoir pour pouvoir tout t'apprendre et tout avoir pour pouvoir tout te donner-Brel
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
199 poèmes Liste
10908 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
25 avril
  Publié: 10 nov 2015 à 06:11 Citer     Aller en bas de page

Très joli

j'aime beaucoup cette phrase : "des phrases aux lignes brisées
où étaient enfermés tes mots."


merci à toi

  ISABELLE
Ale

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
48 poèmes Liste
1273 commentaires
Membre depuis
23 juillet 2015
Dernière connexion
21 avril
  Publié: 10 nov 2015 à 11:00 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Xenia,

J'aime beaucoup ces vers :

"Il faut savoir dire le pire
au-delà des fières pudeurs,"

Un poème sublime !
Amitiés,
Alexandre.

 
Catwoman

Administratrice
Impossible d'afficher l'image
« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
433 poèmes Liste
8436 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
23 avril
  Publié: 10 nov 2015 à 11:30 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Xénia,

J'aime beaucoup ce vers :
tes chutes effrayaient le vide

C'est dire que parfois les gents semblent vains.

Catherine

 
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
686 poèmes Liste
14803 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
24 avril
  Publié: 11 nov 2015 à 04:04 Citer     Aller en bas de page

Il faut savoir dire le pire
au-delà des fières pudeurs,
de toi, je pouvais tout entendre,
tu me pensais ton ennemie
et tu m'as privée de tes mots.


Les blessures , les incompréhension et le silence arrive...On se tait.



Merci encore une fois pour ce beau poème.



lilia

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
RiagalenArtem


Le meilleur est toujours dans une seule minute - Gorki -
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
138 poèmes Liste
3206 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
12 avril
  Publié: 11 nov 2015 à 04:55 Citer     Aller en bas de page

"Funambule au bord des ravins,
tes chutes effrayaient le vide
quand ton silence se vengeait
de toutes mes sollicitudes,
quand tu barricadais tes mots.

Il faut savoir dire le pire
au-delà des fières pudeurs,
de toi, je pouvais tout entendre,
tu me pensais ton ennemie
et tu m'as privée de tes mots."....ce qui n'est pas facile qd la fierté est bien accrochée.

Un beau texte...
Amitiés
Riagal

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Xenia

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
106 poèmes Liste
1695 commentaires
Membre depuis
13 mai 2013
Dernière connexion
25 avril
  Publié: 14 nov 2015 à 04:23 Citer     Aller en bas de page

merci à tous
Amitiés

  Critiques acceptées
Lacase Cet utilisateur est un membre privilège


Si Eve n'avait pas pensé qu'à sa pomme...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
95 poèmes Liste
4849 commentaires
Membre depuis
25 juillet 2008
Dernière connexion
24 avril
  Publié: 16 nov 2015 à 02:31 Citer     Aller en bas de page

Très joli texte.
"Dont nous croirons tous deux porter les chaînes
Dont nous croirons que l'autre a le velours"

  Si le berger a le Mans qui a les rillettes?
Xenia

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
106 poèmes Liste
1695 commentaires
Membre depuis
13 mai 2013
Dernière connexion
25 avril
  Publié: 18 nov 2015 à 02:59 Citer     Aller en bas de page

merci Lacase pour cette belle citation

  Critiques acceptées
actuaire
Impossible d'afficher l'image
Dessine tes douleurs dans le sable et grave tes joies dans le rocher... Lao Tseu
   
Statut: En ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
41 poèmes Liste
3667 commentaires
Membre depuis
30 novembre 2013
Dernière connexion
25 avril
  Publié: 30 nov 2015 à 11:25 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Xenia ,

Après une longue absence du site un réel plaisir de vous relire...
Comme si vous aviez trempé votre plume dans les éclairs foudroyants d'un orage de fin d'été... une cadence infernale... et des mots qui tonnent et grondent malgré le silence imposée. Superbe écrit.


Funambule au bord des ravins,
tes chutes effrayaient le vide
quand ton silence se vengeait
de toutes mes sollicitudes,
quand tu barricadais tes mots.

Il faut savoir dire le pire
au-delà des fières pudeurs,
de toi, je pouvais tout entendre,
tu me pensais ton ennemie
et tu m'as privée de tes mots.


Merci de partage et bien à toi amicalement,
actuaire

  « La véritable amitié commence quand les silences ne pèsent plus. » Romain Werlen.
Xenia

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
106 poèmes Liste
1695 commentaires
Membre depuis
13 mai 2013
Dernière connexion
25 avril
  Publié: 3 déc 2015 à 02:59
Modifié:  3 déc 2015 à 03:00 par  Xenia
Citer     Aller en bas de page

bonjour Actuaire, c'est pour moi aussi, un réel plaisir de découvrir ce beau commentaire, merci
Amitiés

  Critiques acceptées
Ombline


Je ne trempe pas ma plume dans un encrier mais dans la vie. Blaise Cendrars
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
14 poèmes Liste
1120 commentaires
Membre depuis
25 février 2014
Dernière connexion
2 mars 2017
  Publié: 13 déc 2015 à 04:17 Citer     Aller en bas de page

Comme toujours j'adore, quelle puissance dans tes mots ...
Funambule au bord des ravins,
tes chutes effrayaient le vide
quand ton silence se vengeait
de toutes mes sollicitudes,
quand tu barricadais tes mots.

J'adore

Amitiés

  La musique exprime ce qui ne peut pas être dit mais qui est impossible de taire. Victor Hugo
Xenia

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
106 poèmes Liste
1695 commentaires
Membre depuis
13 mai 2013
Dernière connexion
25 avril
  Publié: 14 déc 2015 à 12:35 Citer     Aller en bas de page

Merci à toi Ombline d'être passée sous ce texte,
Amitiés

  Critiques acceptées
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 797
Réponses: 15
Réponses uniques: 12
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0490] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.