Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 5
Invités : 468
Invisible : 0
Total : 473
· Debusatie · Cioran · Jean-Louis · ori
Équipe de gestion
· Catwoman
13152 membres inscrits

Montréal: 1er avr 13:31:17
Paris: 1er avr 19:31:17
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Convocation Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Marcel42


Le poète est un collectionneur de mots. Dans son album, chacun devient une fleur imaginaire.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
280 poèmes Liste
6292 commentaires
Membre depuis
18 mars 2011
Dernière connexion
27 octobre 2017
  Publié: 7 mai 2011 à 04:46 Citer     Aller en bas de page

Ce matin je fus convoqué à la section française de l'académie des éternels.
Bien que je sois arrivé en avance, on me fit pénétrer dans la vénérable assemblée. Assis, tout nu de mots, les mains posées pudiquement sur mon stylo en berne, j'osai timidement dévisager l'illustre assemblée.
Il y avait là, Ferrat tout juste arrivé, devisant avec son cher Aragon. Villon, songeur, triturait un bout de corde. Lamartine, assis sur une pierre à coté de son siège, plongeait les yeux au plus profond d'un lac. Verlaine et Rimbaud se chiffonnaient un mot comme des chiffonniers. Desnos, Eluard, Arnaud, Reverdy, Ponge et Soupault tenaient conciliabule sur je ne sais quel manifeste. Péguy, carte Michelin à la main, étudiait la route de Chartres. Les poétesses prenaient ensemble un thé autour de Louise de Vilmorin.
J'étais comme une armoire verrouillée de l'intérieur. Levant les yeux, j'aperçu un trône ou siégeait la Langue Française. Des rivières de mots coulaient de ses doigts. Je m'abandonnai dans ce courant me délectant de leurs chairs. Un soleil assis sur un arbre éclairait la pièce. J'étais bel et bien convoqué et non pas invité. On me faisait poireauter pour insister sur mon insignifiance.
Pendant que Ferré épouillait tranquillement Pépée, d'autres me tournaient le dos avec ostentation. Quelques chaises vides portaient des noms illustres mais bien vivants. Ici on savait leur arrivée prochaine. Evidement le mien pointait aux abonnés absents. Et pourtant j'étais là à me ronger le frein.
Un silence d'une chaleur intense parcourut l'assemblée. Soutenue par une petite fille, un vieil homme barbu entrait, saluant d'un sourire dame Langue Française. Victor Hugo mi bienveillant mi sévère s'avança vers moi.
Jeune homme, dit-il, je suis très mécontent de vous. Vous vous flattez d'écrire, mais vous avez le verbe mou. Votre muse s'ennuie à de menus travaux domestiques. Prenez garde que l'habitude ne la transforme en boniche. Elle en a par-dessus la tête de vos vers pleurnichards. Votre nombril, chez vous, prend plus d'importance que votre art. Vous reprochez au monde des maux, avec la vigueur d'un vieillard. Vos mots sont fades, vos métaphores glauques. Vos rêves à deux balles ne dépassent pas les portes d'un super marché et vos espoirs sont ceux d'un rentier.
J'ouvris la bouche. Avant qu'un son n'en sorte il ajouta : Le temps que vous passez à essayer de vous justifier, passez le donc à essayer de vous comprendre. Il vous faut travailler, travailler, retravailler. Raturez votre ouvrage, annotez, laissez dormir un temps, reprenez, modifiez. Ce n'est pas la rime qui fait le poète. Il vous faut, sur la page, un toucher d'oiseau. Aiguisez vos colères sur la tranche des mots. Frottez donc vos amours à l'incandescence d'un feu. Saluez vos amis avec la patience du jardinier et chantez vos espoirs, plus haut que sur les toits.
Je restai coi. Il termina ainsi. Je garde votre muse quelques jours de repos ne seront pas de trop, tant vous la desséchez. Je vous prête Breton, il a besoin de prendre l'air.
Un grand escogriffe colérique se glissa dans mon ombre.
En me raccompagnant jusqu'à la porte du réel la petite fille me dit.
- Il n'est pas si terrible que çà, mon papa.

Mars 2010

  Marcel
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
704 poèmes Liste
15012 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
1er avril
  Publié: 7 mai 2011 à 04:55 Citer     Aller en bas de page

J'étais comme une armoire verrouillée de l'intérieur

Bonjour , je viens de prendre mon brunch...et quel plaisir de le saisonner avec cette lecture très, très agréable..
Au plaisir !

Amicalement

galatea

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
patoune.mounemoune


J'ai quelques heures et j'ai déja faim de vivre...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
14 poèmes Liste
458 commentaires
Membre depuis
6 mai 2011
Dernière connexion
14 octobre 2017
  Publié: 7 mai 2011 à 06:37 Citer     Aller en bas de page

bravoo...j'adore..

 
Marcel42


Le poète est un collectionneur de mots. Dans son album, chacun devient une fleur imaginaire.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
280 poèmes Liste
6292 commentaires
Membre depuis
18 mars 2011
Dernière connexion
27 octobre 2017
  Publié: 7 mai 2011 à 08:45 Citer     Aller en bas de page

Galatea, Odhmad et Patoune, merci pour vos commentaires.
Cordialement,
Marcel.

  Marcel
alalea


et d'un si vis pacem, on baise amor....
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
55 poèmes Liste
1147 commentaires
Membre depuis
28 septembre 2010
Dernière connexion
23 janvier
  Publié: 11 mai 2011 à 22:05 Citer     Aller en bas de page

c'est pas franchement bof.... c'est franchement chouette!

merci Marcel, pour ce mot pensé et travaillé
une histoire, un conte
fort apprécié
que des moches onomatopées
ne sauraient transformer en compte

 
Marcel42


Le poète est un collectionneur de mots. Dans son album, chacun devient une fleur imaginaire.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
280 poèmes Liste
6292 commentaires
Membre depuis
18 mars 2011
Dernière connexion
27 octobre 2017
  Publié: 13 mai 2011 à 09:07 Citer     Aller en bas de page

Merci à vous tous,
Cordialement,
Marcel.

  Marcel
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1304
Réponses: 5
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0300] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.