Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 305
Invisible : 0
Total : 306
· Douda
13136 membres inscrits

Montréal: 5 avr 21:01:20
Paris: 6 avr 03:01:20
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: nos faiblesses, pas de notre faute Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
chatnoirmeshommages

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
213 poèmes Liste
1325 commentaires
Membre depuis
26 mars 2008
Dernière connexion
15 décembre 2017
  Publié: 15 mai 2011 à 00:03 Citer     Aller en bas de page

la lueur dehors se faisait plus vive
elle jurait que l'aube n'arriverait jamais
et que tout était une vaste blague
que pouvais-je bien dire.

j'ai toujours eu horreur de suffoquer
mais elle aimait le cinéma
et les lunettes fumées.
j'ai jeté mes yeux dans un brasier.
elle jurait m'aimer pour toujours.
j'ai jeté mon bébé dans un brasier.

le chic de toujours
pousser l'amour vers le choc.

ces choses prennent du temps à construire et à trouver
chercheur d'or suintant la mort
priant pour une vie sans fièvre
là où l'on est supposé dormir bien
la nuit sans faire fourcher nos langues
sans jamais changer d'avis
sans vivre de moments de solitude
sans oublier d'où l'on vient.
une trêve.

j'ai perdu mon amour du feu dans un incendie
j'ai perdu ma jeunesse dans la contemplation de la jeunesse
ma fascination pour la chaleur m'a brûlé
et laissé sur le bas-côté.

*

oh doux jésus s'il m'arrivait de prier
oh jésus s'il m'était possible de pleurer
autre que des larmes de crocodiles.
mieux que des loups à ma porte,
plus nu qu'un nouveau né...
tu trouverais là un guerrier armé
approvisionné et fier
loin de tout besoin et de toute secousse
un être fort et déterminé.
tu trouverais à tes pieds des mains liées
des putains d'idioties pleines d'amour, ouais moi je t'aime.

*

avant la gloire avant les matins
m'as tu vu faire le malin?
m'as tu vu une bouteille à la main
putain d'idiot plein d'amour, ouais moi je t'aime,
ouais moi je t'aime.

*

la crispation m'a secoué terriblement
la panique est statique
le tremblement.
la crispation m'a fait tuer mon père, et tuer ma mère.

*

autre que des larmes de crocodiles, c'est ce qui secoue au dedans, plus vite que les ondes de la radio sur l'autoroute,
plus loin que toutes les autoroutes,
plus fort que tout ce qui est, c'est ce qui pourrait être
au dedans qui secoue.
c'est le monde entier qui pleure et ce n'est pas de notre faute.
les yeux ouverts tu sauras
les yeux ouverts tu sauras
les yeux ouverts tu sauras.

  barbant et embourbé
chatnoirmeshommages

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
213 poèmes Liste
1325 commentaires
Membre depuis
26 mars 2008
Dernière connexion
15 décembre 2017
  Publié: 15 mai 2011 à 00:51 Citer     Aller en bas de page

c'est, sincèrement, beaucoup plus qu'espéré et plaisant.
merci.

  barbant et embourbé
alalea


et d'un si vis pacem, on baise amor....
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
55 poèmes Liste
1147 commentaires
Membre depuis
28 septembre 2010
Dernière connexion
23 janvier
  Publié: 17 mai 2011 à 19:03 Citer     Aller en bas de page

je ne veux pas imiter Rose C. ... et puis, oui, finalement, même si je veux pas, je le fais...
c'est insupportablement à relire

 
Chevalier Liqueur


Je ne suis pas là pour être aimé...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
72 poèmes Liste
2472 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2007
Dernière connexion
4 avril
  Publié: 12 jan 2012 à 11:33 Citer     Aller en bas de page


"le chic de toujours
pousser l'amour vers le choc."

Sympa cette formule!

Beaucoup apprécié ces mots sous mes yeux.

Bises

  N'attends pas que je sois tombé pour la France...
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1259
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0334] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.