Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 24
Invisible : 1
Total : 26
Équipe de gestion
· Maschoune
13206 membres inscrits

Montréal: 20 sept 02:05:41
Paris: 20 sept 08:05:41
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: je remonte cette rue où la nuit te retient. Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
3 septembre
  Publié: 25 mai 2011 à 15:21
Modifié:  25 mai 2011 à 15:26 par FeudB
Citer     Aller en bas de page

elle regarde les plaies
que chaque néon viole
sur la gueule des badauds
les yeux pleins de mercurochrome
comme les genoux d'une petite fille
tremblante
au milieu du visage d'une poupée noyée.

dans la rigole,
la pluie chante lentement
comme le vent mort
dans le chapeau du mendiant

ses coudes sont habités
d'aiguilles fines
la loterie chimique
libérant des sourires gradués
sans numéro gagnant

et sa robe vaniteuse
se défroisse et salit l'orgueil
de ces hommes brisés
tombant de leurs ombres
à chaque pas.

un pigeon dans le décor
creuse avec son bec
un morceau de pain
qui roule sur lui-même


une belle cartouche en aluminium
de trente trois centilitres
craque sous le pied d'un fêtard à la traîne.

voilà la caravane des suppliques
cocher, les hommes se sont relevés
pour mieux tomber
écoute leurs silhouettes cracher sur leur peau

elle est perdue
son cri juste devant elle
est une parodie du silence

dans le moulin fantôme
où la lune défigurée
tourne de l’œil
dans l'aube brumeuse...

tout les plumards sont tristes
comme un os sans chien
et je vais lentement,
pensant à tout cela
et en cherchant la cause,
vers le mien...

 
patoune.mounemoune


J'ai quelques heures et j'ai déja faim de vivre...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
14 poèmes Liste
458 commentaires
Membre depuis
6 mai 2011
Dernière connexion
14 octobre 2017
  Publié: 25 mai 2011 à 15:36 Citer     Aller en bas de page

Citation de Absurdophile
J'aime bien me promener dans les ruelles de ta ville, elles sont glauques mais on s'y oublie.
Me ramène Les dingues et les paumés de Thiéfaine. Si tu connais, tu me comprends.




et même la fille du coupeur de joint..

 
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
3 septembre
  Publié: 25 mai 2011 à 15:57 Citer     Aller en bas de page

bonsoir messieurs et mesdames.
j'ai dejà été assimilé a cet artiste,dont les faceties lyriques et son goût pour les produits de la ferme(ardechoise)
ne sont plus a demontrer.
je prefère de loin les produits de la vigne mais j'apprecie la comparaison a sa juste valeur;

mandrinmodern vous adresse son immense gratitude.

 
pluriels


À ma femme et, puisqu'elle est toutes les femmes, à toutes les femmes pour elle encore
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
703 poèmes Liste
2968 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2006
Dernière connexion
23 avril 2018
  Publié: 25 mai 2011 à 17:42 Citer     Aller en bas de page

Toujours le même plaisir, ô Jongleur !, ...à mourir sur tes mots .

...et Bonne Nuit au vide de ton plumard.

Mes Pluriels d'un soir de lune sur un soleil en cri de sang.

 
ΠΩX

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
35 poèmes Liste
145 commentaires
Membre depuis
1er novembre 2008
Dernière connexion
20 février 2013
  Publié: 26 mai 2011 à 05:03 Citer     Aller en bas de page

Toujours chouette. Je trouve que tu as vraiment ajouté de la profondeur à tes dernières productions... (reste plus qu'à élaguer ces vilaines fautes d'orthographe...).

 
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
3 septembre
  Publié: 26 mai 2011 à 13:42 Citer     Aller en bas de page

PLURIEL:s'il vous plait, restez en vie, même sur mes mots.
NOX:j'apprecie le sermon.l'orthographe est un point delicat que je soumets systématiquement a la "machine".
j'espère que cela ne vous empêchera pas de revenir humer mes cendres vivantes.

mandrinmodern.

 
Marcel42


Le poète est un collectionneur de mots. Dans son album, chacun devient une fleur imaginaire.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
280 poèmes Liste
6292 commentaires
Membre depuis
18 mars 2011
Dernière connexion
27 octobre 2017
  Publié: 27 mai 2011 à 04:39 Citer     Aller en bas de page

Il y a des poèmes que l'on aimerait avoir écrit soi même, trop tard, vous nous avez précédé.
Cordialement,
Marcel.

  Marcel
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1017
Réponses: 6
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0304] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.