Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 501
Invisible : 0
Total : 502
· ori
13142 membres inscrits

Montréal: 29 mars 16:29:55
Paris: 29 mars 22:29:55
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Suicide utile Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Marcel42


Le poète est un collectionneur de mots. Dans son album, chacun devient une fleur imaginaire.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
280 poèmes Liste
6292 commentaires
Membre depuis
18 mars 2011
Dernière connexion
27 octobre 2017
  Publié: 4 juil 2011 à 02:06 Citer     Aller en bas de page


J'vais m'tirer
Une bastos
Dans l'ciboulot;
Dans le bureau
De mon dirlot.
Çà l'fera chier
Pour sa moquette.

Et puis et puis
Sait-on jamais
Si j'me ratais
J'dirai qu'c'est lui
Qui m'a flingué
Çà l'emmerd'rait
Et çà s'rait chouette

D'accord, d'accord,
On m'croirait pas.
Y a une justice
À ce qu'on dit.
Si t'es pas né
D'une cuisse dorée,
Tu peux t'les mett'e

En attendant
Qu'le président
Ce soye moi,
J'vai m'faire péter
Avec un feu,
Pour que se ferment
Mes mirettes

Car j'en ai marre,
J'suis pas loubard,
Ni Raymond Barre,
Faut que j'trépasse,
Comme on efface
Un graffiti,
Après la fête.

De fêt' chez moi,
Y en avait pas,
Que des fins d'mois,
Qu'étaient pas gras.
T'avais la ligne
Pour pas un rond,
Comme une minette.

Voilà pourquoi
Je vais clamser
D'une bastos,
Dans le bureau
De mon dirlot
Çà l'fera chier
Pour sa moquette.


Années 1970

  Marcel
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
704 poèmes Liste
15010 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
28 mars
  Publié: 4 juil 2011 à 11:04 Citer     Aller en bas de page

On se demande : mais c'est quoi vivre pour tant de nous et pourquoi on doit être sans humanité ?
Dur ouvrir les yeux sur certains aspects terribles de nos sociétés...

Merci Marcel pour ce moment de réflection.
Amicalement
galatea

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
songe d'un jour

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
19 poèmes Liste
196 commentaires
Membre depuis
11 février 2011
Dernière connexion
16 janvier
  Publié: 5 juil 2011 à 08:36 Citer     Aller en bas de page

Très belle dénonciation de la main mise de certains et de ses terribles conséquences.
Résultat d'un capitalisme acharné et de la course au rendement.
Oubli qu'un "petit", un "sans diplôme" a aussi une âme.
La vie vaut beaucoup plus que cela.

Amicalement

 
Marcel42


Le poète est un collectionneur de mots. Dans son album, chacun devient une fleur imaginaire.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
280 poèmes Liste
6292 commentaires
Membre depuis
18 mars 2011
Dernière connexion
27 octobre 2017
  Publié: 7 juil 2011 à 10:57 Citer     Aller en bas de page

Merci à tous de votre passage et de vos réactions.
Non rien n'a vraiment changé depuis ces années 70. Si la charge physique a vu sa pression diminuée, elle a largement été supplantée par l'augmentation des rendements et surtout par la pression psychologique qui s'exerce à tous les niveaux hiérarchiques, y compris dans les sphères directoriales. Le capital n'a pas d'amis, ni de scrupules.
Cordialement,
Marcel.

  Marcel
lastexit Cet utilisateur est un membre privilège


A chaque Page Blanche sa Dame Noire
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
88 poèmes Liste
541 commentaires
Membre depuis
11 juillet 2010
Dernière connexion
20 juillet 2019
  Publié: 27 août 2011 à 16:53 Citer     Aller en bas de page


Marcel !



Jolie chanson !
J'adhère à sang pour sang !



Ah ! ça ira, ça ira, ça ira,
et à la Bastille on les pendra !

  

Amitiés, éric


  ~ S'aimer ! C'est s'appartenir sans jamais se posséder. ~ Tous textes déposés par Huissier de Justice en Tribunal de Grande Instance ~ Demande de N° ISBN & Dépôt légal à la BNF : dans un avenir proche ~
Marcel42


Le poète est un collectionneur de mots. Dans son album, chacun devient une fleur imaginaire.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
280 poèmes Liste
6292 commentaires
Membre depuis
18 mars 2011
Dernière connexion
27 octobre 2017
  Publié: 28 août 2011 à 05:21 Citer     Aller en bas de page

Merci d'avoir aimé ce poème, au point de l'avoir mis dan vos favoris. À l'époque de son écriture, nous étions en guerre contre notre direction qui ordonnait des changement de moquette fréquents alors qu'elle méprisait nos revendications. L'actualité des grandes entreprises à malheureusement rejoint cette fiction. Et le mépris comme l'indifférence envers les salariés semble avoir monté en puissance
Cordialement,
Marcel.

  Marcel
Balzak
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
24 poèmes Liste
1219 commentaires
Membre depuis
7 mars 2011
Dernière connexion
22 janvier
  Publié: 22 mars 2012 à 10:09 Citer     Aller en bas de page

Quarante ans et rien n'a changé ... Poème très intéressant, merci à toi.

 
Marcel42


Le poète est un collectionneur de mots. Dans son album, chacun devient une fleur imaginaire.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
280 poèmes Liste
6292 commentaires
Membre depuis
18 mars 2011
Dernière connexion
27 octobre 2017
  Publié: 22 mars 2012 à 10:50 Citer     Aller en bas de page

Merci Balzac,
ce poème à pris pour moi une autre importance lorsque les infos, il y a plusieurs jours, ont annoncé le suicide d'un de mes collègues dans le sud de la France.
Cordialement,
Marcel.

  Marcel
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1399
Réponses: 7
Réponses uniques: 5
Listes: 2 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0311] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.