Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 8
Invités : 9189
Invisible : 0
Total : 9197
· ChrisTale · Y.D · Wilhelm · Dimitryet · Ashimati · Avraham · Tychilios
Équipe de gestion
· In Poésie
13277 membres inscrits

Montréal: 2 juil 11:11:58
Paris: 2 juil 17:11:58
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Le ciel ne regardait que nous Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Rémanence


Il me faudra toujours cette feuille blanche maudite, pour rendre leur justice à toutes ces choses no
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
7 poèmes Liste
11 commentaires
Membre depuis
25 septembre 2006
Dernière connexion
28 mars 2011
  Publié: 7 avr 2007 à 17:05
Modifié:  7 avr 2007 à 17:22 par Bestiole
Citer     Aller en bas de page

Le ciel ne regardait que nous,


Le ciel ne regardait que nous, ce soir d’été, tu te souviens ?
Les contours deviennent plus flous, mais je me rappelle, on était bien
Le ciel ne regardait que nous, ça fait longtemps maintenant
Et même mes rêves les plus fous, se sont perdus avec le vent
Ce soir d’été, y’avait du monde, mais je ne voyais rien que toi
Chaque regard, ou chaque seconde, chaque soupir dans ta voix
Tout est resté dans ma mémoire, dois-je sourire ou bien m’en plaindre ?
C’était vraiment une belle histoire, et puis je n’avais rien à craindre
« Puisque l’on s’aime, et puis c’est tout, puisque vivement qu’on se revoit »
Et je t’aimais, sans stratagème, sans comment ou sans pourquoi
Je t’aimais...


Le ciel ne nous regarde plus, plus comme avant, il s’en balance
Ca fait longtemps que je ne t’ai pas vu, de toute façon quelle importance ?
Le soir d’été, dans tous tes songes, moi j’espère que tu l’oublies
Je l’espère, moi il me ronge, et il se permet d’hanter mes nuits
Parce que le temps a beau couler, insidieusement sur nos visages
Moi je ne n’arrive pas à oublier, ce soir d’été sous les nuages
La brise embrassait tes cheveux, doucement, en danse étrange
Et puis nos cœurs amoureux, auraient promis que rien ne change
Mais comme un rêve interrompu, les yeux bouffis par le réveil
Le ciel ne nous regarde plus, plus comme avant, ce n’est plus pareil
Le ciel…


Depuis la vie a continué, elle trace la route en ton absence
Moi je suis resté dans le bas côté, toi dans ma tête en rémanence
Je ne me rattrape qu’aux souvenirs, à toute allure à contre sens
J’avais pourtant cru qu’à partir, j’aurais gagner au moins une chance
Je pensais pouvoir t’oublier, mais rien n’empêche et rien n’y fait
Les autres regards ne font qu’évoquer, ce soir d’été et ton reflet
Alors je reste là, sans me morfondre, à oublier que le temps passe
Avec ces voix, avec ces ombres, et puis mes poèmes, ces paperasses
Le ciel me regardera à nouveau, puis je vivrai, puis j’aimerai
Il y aura des larmes dans mon stylo, quand le soir d’été sera tombé…
Mes larmes…

  Rémanence
Tulipe

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
30 poèmes Liste
230 commentaires
Membre depuis
11 février 2007
Dernière connexion
4 octobre 2019
  Publié: 7 avr 2007 à 17:18
Modifié:  8 avr 2007 à 02:20 par Tulipe
Citer     Aller en bas de page

C'est fou comme une nuit d'été rappelle des souvenirs à tant de monde! Et à moi aussi....Et tu le décris si bien, ce ciel qui ne regardait que vous!
Lecture appréciée

Amicalement

  Tulipe
Jo


«Le baiser est le petit point rose que nous mettons sur le «i» du verbe aimer...» Cyrano
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
71 poèmes Liste
2966 commentaires
Membre depuis
14 novembre 2003
Dernière connexion
1er octobre 2014
  Publié: 7 avr 2007 à 17:19 Citer     Aller en bas de page

C'est un superbe texte, vraiment très beau...

On ne se lasse pas de le lire et de le relire...

"Le ciel ne regardait que nous, ça fait longtemps maintenant
Et même mes rêves les plus fous, se sont perdus avec le vent"

"Le ciel me regardera à nouveau, puis je vivrai, puis j’aimerai
Il y aura des larmes dans mon stylo, quand le soir d’été sera tombé…
Mes larmes…"

J'ai adoré, au plaisir de te relire dans un prochain texte.

Amitiés.

Jo

Au fait, bienvenu parmi nous.

  ~ Je L'aImE à MoUrIr ~
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Que vous aviez raison, le poète sublime La douleur et le froid, il veut en faire des rimes
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
313 poèmes Liste
18273 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
2 juillet
  Publié: 7 avr 2007 à 17:24 Citer     Aller en bas de page

"Et je t’aimais, sans stratagème, sans comment ou sans pourquoi"

"Moi je ne n’arrive pas à oublier, ce soir d’été sous les nuages
La brise embrassait tes cheveux, doucement, en danse étrange
Et puis nos cœurs amoureux, auraient promis que rien ne change"

"Les autres regards ne font qu’évoquer, ce soir d’été et ton reflet"

Pfiou si tu savais ce que ton souvenir trouve des échos aux miens et même si son coeur ne m'a jamais promis ni aimé, moi non plus je n'arrive pas à l'oublier. Celui pour qui j'ai tout plaqué. Quand on aime ainsi, même le temps n'y peut rien je crois ...

Je place dans ma boite à bijoux.

Amicalement
Vinie

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
R.


*Yeux gris*
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
49 poèmes Liste
993 commentaires
Membre depuis
5 octobre 2005
Dernière connexion
19 septembre 2017
  Publié: 13 avr 2007 à 20:58 Citer     Aller en bas de page

Vraiment superbe.

 
R.


*Yeux gris*
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
49 poèmes Liste
993 commentaires
Membre depuis
5 octobre 2005
Dernière connexion
19 septembre 2017
  Publié: 12 sept 2007 à 23:03 Citer     Aller en bas de page

J'ai relu, et plus encore aujourd'hui, tes mots résonnent en moi...

Il y a seulement un vers qui me gêne, au niveau du rythme: "Avec ces voix, avec ces ombres, et puis mes poèmes, ces paperasses", le "et puis" me semble mal placé, il faudrait peut-être "et mes poèmes, ces paperasses" tout court...

M'enfin...

 
circumterrestre@live
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
15 poèmes Liste
93 commentaires
Membre depuis
17 juillet 2009
Dernière connexion
20 février 2012
  Publié: 8 oct 2010 à 20:59 Citer     Aller en bas de page

J'avoue que le titre m'intriguait vraiment mais tes mots, comment tu les as( encré ) sur la page, alors, oui, tu méritais bien de t'approprier le ciel !

 
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
359 poèmes Liste
20743 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
14 mai
  Publié: 21 juin 2011 à 14:53 Citer     Aller en bas de page

Intriguée, au premier abord. Mais finalement, ça coule tout seul, et puis... j'ai aimé, c'est le principal .

  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 3812
Réponses: 7
Réponses uniques: 6
Listes: 2 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :

Je suis ton ange (Amour)
Auteur : Annaelle
Pleure pas ma belle (à ces anges qui n’en peuvent plus…) (Amitié)
Auteur : Claire de lune
Baiser papillon (Acrostiches)
Auteur : erualena
Suicide sentimental (Tristes)
Auteur : Arynr'il Dae
Maman, c'est comment le paradis ? (Tristes)
Auteur : Claire de lune
Et si nous dansions? (Amour)
Auteur : R.
L'air de rien (ozner - amandarine) (Collectifs)
Auteur : Amandarine
Je laisse à la mer (Autres)
Auteur : PAPEMICH
La soirée des étoiles (Amour)
Auteur : CaRnAgE
Eukaristy (Autres)
Auteur : Malice
Juste que tu reviennes (Poèmes par thèmes)
Auteur : Arynr'il Dae
des illusions (Tristes)
Auteur : pyc
Méridienne (Textes érotiques)
Auteur : pitchi.ôl
Poème A Une Morte... (Tristes)
Auteur : Huslium
Aime-moi (Amour)
Auteur : Epsilon Cygni

 

 
Cette page a été générée en [0,0402] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.