Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 38
Invisible : 0
Total : 39
Équipe de gestion
· In Poésie
13205 membres inscrits

Montréal: 19 sept 05:23:16
Paris: 19 sept 11:23:16
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Nouvelles littéraires :: sans titre immédiat Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Lilu

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
93 poèmes Liste
624 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2009
Dernière connexion
9 mars
  Publié: 4 août 2010 à 11:42
Modifié:  4 août 2010 à 13:05 par Mencita Monoï Angel
Citer     Aller en bas de page

Il avait pris pour habitude de dévisager les gens dans le métro, soutenir un regard pour enfin croiser un humain. Ligne douze, toujours la même jusqu'à finir dans ce royaume où l'homme s'habille d'argent. L'odeur nauséabonde de celui qui se nourrit d'apparence et affiche son sourire carnassier en toutes circonstances. Ce n'est pas tant le mépris qui défile dans ces rues qui puent mais l'hypocrisie pulvérisée comme une bombe à chiotte pour masquer la supposée supériorité.

C'est ici qu'il croisa pour la première fois Lian. Elle n'était pas différente au premier coup d'oeil et pourtant il allait comprendre, sans doute trop tard, à quel point il se trompait.




1er décembre 2005
Station Sèvre-Babylone.




Aujourd'hui j'en ai croisé deux, deux humains sur cent dans ce métro qui me ressemble, tant il transporte d'inconnus dans son corps mort. Une carcasse vide remplie d'histoires qui ne sont pas les siennes, les miennes, ou si peu. De nouveau je me fais happer par cette masse informe du matin parisien. Faire courir ses pieds plus vite que ses pensées pour ne pas risquer la chute ou un coup. La bouffée d'oxygène grise qu'offre la sortie n'est qu'une bien pâle compensation. La fac n'est pas loin, dommage, c'est le seul trajet qui m'illumine.

Je pense à appeler Jeanne avant d'aller en cours. Deux jours enterrés par le temps depuis son message : "François, il faut que je te vois, c'est urgent, c'est à propos de Nico". Nico, qu'est ce que j'en ai à foutre. Trop vite le bâtiment prend forme sous mes yeux. Des étudiants qui se ressemblent tous sont amassés devant ces portes fermées. Jeanne, bon dieu, Jeanne est là mais qu'est ce qu'il se passe.

Elle court vers moi comme une poupée désarticulée. Essoufflée elle balbutie, des mots, des phrases peut-être, je ne sais pas, je ne comprends pas, je ne comprends rien. Nico, parents, trois jours, police, disparu. Voilà ce que Jeanne m'offre, une phrase à trous.




***




2 décembre 2005
Chez moi
.



J'ai froid, mes os claquent les uns après les autres. J'ai mal dormi. Jeanne erre déjà dans l'appartement. Je n'ai pas eu le courage de la renvoyer chez elle hier soir. Il m'a fallu presque la journée pour lui réapprendre à faire des phrases et la nuit en plus pour qu'elle s'arrête de chialer. Nico s'est tiré, Nico s'est tiré, on va pas non plus faire un drame pour un chieur pété de tunes qu'en a eu marre de sa condition sociale. Merde et le clodo d'hier qu'est mort ! Y a une nana belle comme le jour qui chiale pour lui aujourd'hui ? Je ne crois pas.

C'est vrai qu'elle est belle Jeanne, c'est con qu'elle soit aussi chiante quand même. Si je compte bien j'ai tenu deux semaines avec elle, avant que sa connerie ne me fasse rebrousser chemin. C'est terrible la vie, si elle était née moche, elle ne se serait jamais donné le droit d'être aussi chiante.

- Jeanne, je suis désolé mais là il faut que j'aille en cours là, tu fais quoi toi, va bien falloir que tu rentres non ?

- Je sais pas, tout ça je sais pas, j'ai beau essayer de retourner les choses, de trouver une explication logique , je ne comprends pas. On était heureux. Il était heureux, on peut pas se planter là dessus, hein François mais regarde-moi ! Dis-moi, je ne peux pas m'être trompée à ce point ?

- C'est peut-être pas toi qui t'es trompée Jeanne.




***




7 décembre 2005
Chez moi




Un dimanche drapé de pluie vient me sortir du lit. Une représentation de danse se tape mon velux. Un rapide coup d'œil à l'appartement me suffit pour déduire que je n'ai pas fini la soirée seul. En effet quelques secondes s'écoulent et le jet de la douche se mêle à la pluie. J'ai trop bu et je ne sais même pas qui est cette fille qui squatte ma salle de bain. Reste à définir si c'est une fille d'ailleurs. Aucune certitude puisqu'aucun souvenir d'hier soir. Le poids de ma tête écrase les résidus d'images qui semblent vouloir se présenter. La porte s'ouvre et tout me revient.


- Enfin la marmotte se réveille. Je vais m'habiller et je cours à la boulangerie, tu veux quoi ?

- Rien, mets tes fringues et tire-toi d'ici !

- Non mais ça va pas, qu'est ce qui t'arrive ?

- Putain, vous êtes vraiment toutes les mêmes et toi en plus tu m'as l'air un peu sourde. Écoute moi bien, j'ai le crâne assez explosé pour te dire que je vais pas le dire deux fois. On a baisé comme des bêtes, t'as pris ton pied, tu vas pas en plus demander tes restes. Ouvre les yeux, c'est vide, je suis vide. Y a rien ici, rien pour toi, rien pour personne, t'as compris ? Mets tes fringues, tire-toi de là et oublie-moi.


J'aurais certainement dû être plus délicat mais la délicatesse et moi on n'est pas potes et depuis longtemps déjà. Elle a juste pris le temps de remettre son jean et son petit haut avant de se tirer avec ses chaussures à la main. J'ai envie de sourire, de pleurer, de cogner, de lui courir après et de m'excuser, je ne le ferai pas, je ne le fais jamais.


Quatorze heures, ma journée est fichue, j'ai rendez-vous à seize heures à St-Michel avec Jeanne. Pas envie de voir du monde, pas envie de faire semblant d'être heureux et pourtant je fonce à la douche me remettre les idées en place, je sais que je dois y aller.


Jeanne est déjà là, installée fièrement en terrasse, sortie tout droit de la page 24 de Biba, tendance été 2010. C'est suicidaire en décembre mais c'est exactement Jeanne, la contradiction dans toute sa splendeur. Née riche elle rêvait déjà d'être pauvre.


- T'es en retard ! Je t'attends depuis vingt minutes et dans le froid en plus!

- T'avais qu'à te mettre à l'intérieur ma petite chieuse. Je sais pas, enfin je dis ça en l'air, le prends pas mal surtout mais le monsieur de l'école il t'a pas appris les saisons quand t'étais petite ?

- T'es vraiment incorrigible, toujours à la bourre et tu trouves encore le moyen de te foutre de la personne qui t'attend pour pas avoir à t'excuser.

- C'est bon Jeanne on arrête, égalité, balle au centre ?

- Ouais si tu veux.

- D'accord, alors bonjour pour commencer et est-ce que tu vas mieux, pour ne pas en finir ?

- Et ça recommence, bonjour en premier lieu et non, non je ne vais pas bien mais ne t'inquiète pas je vais en finir plus vite que tu ne le penses ! T'es qu'un connard !


Elle s'est levée si vite qu'elle a fait tomber la chaise vide d'à côté. Je ne l'avais jamais vue comme ça, jamais. Me planter là, me laisser seul sans que je l'aie décidé, c'était bien la première fois. Venu de nulle part, un besoin vital de lui courir après, je n'ai pas su le combattre


- Attends, Jeanne, attends-moi, prends pitié d'un fumeur, merde ! Je suis désolé, désolé d'être arrivé en retard, désolé de me foutre ouvertement de toi mais tu me connais je sais pas faire autrement. Je suis désolé Jeanne.

 
Mademoiselle Phébus


Just let me fall out the window with confetti in my hair. (Tom Waits)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
115 poèmes Liste
1548 commentaires
Membre depuis
9 mars 2005
Dernière connexion
30 novembre 2014
  Publié: 5 août 2010 à 01:54 Citer     Aller en bas de page

Pour te reprendre : il suffit de peu.

  (Là-haut l'absence entière et le bleu charbonnant.) Par le jour se levaient des géants tristes, un violon en carton-pâte sous le rêve. (Fernand O. -Le Soleil sous la mort)
Lilu

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
93 poèmes Liste
624 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2009
Dernière connexion
9 mars
  Publié: 15 avr 2011 à 08:13 Citer     Aller en bas de page

Merci brin de folie, petite jade devient grande, pas trop hein ?

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 875
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0317] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.