Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 22
Invisible : 0
Total : 25
· actuaire · Xenia · alban1974
13135 membres inscrits

Montréal: 22 févr 03:41:59
Paris: 22 févr 09:41:59
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Autopsie de mes natures mortes. Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
12 février
  Publié: 27 sept 2011 à 11:02
Modifié:  27 sept 2011 à 13:35 par FeudB
Citer     Aller en bas de page

j'ai une collection
de 374 nœuds papillon
dont certains pourraient vraiment voler,
au moins
dans la clairière d'un œil...

j'ai un tiroir
sous la table de mes nuits blanches
qui se ferme
et s'ouvre
et se referme
et perd a chaque fois
l'occasion de se taire...

j'ai une larme sur mon épaule
mais le chagrin qui l'accompagnait
s'est enfui
comme un oiseau fébrile
qui aurait trempé ses pattes
dans l'eau d'une tragédie...

j'ai un chapeau de magicien
je l'ai volé
sur la tête endormie
d'un escroc
qui chatouillait ton cœur
sans le prendre au sérieux...

j'ai un ruisseau
dans le ventre
il me dévore
et m'entraîne sous le pont
me frotte aux berges
c'est un ruisseau électrique
la queue d'un orage
frôlant les ombres...

j'ai besoin de toi
j'ai 374 nœuds papillon,
des cicatrices
qui se sont refermées sur des secrets
comme des cercueils pleins de couteaux...

j'ai une boussole
et tes points cardinaux
et mes mains en ont vu d'autres
des cailloux comme toi
dérivant dans le lit de la rivière
indifférente et possédée
fantôme d'un galet
que je tenais dans la paume de ma main
juste avant notre dernier baiser...

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
722 poèmes Liste
21464 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
21 février
  Publié: 27 sept 2011 à 11:28 Citer     Aller en bas de page

Étrange inventaire à la Prévert.
J'aime les images que ce poème suscite, même si je ne les comprends pas toute. Mais comprend-on les rêves ?

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
12 février
  Publié: 27 sept 2011 à 12:53 Citer     Aller en bas de page

très juste.
très difficile de comprendre les rêves.
mais au moins peut on essayer de raisonner la nuit.

bonsoir,aude.
mandrinmodern

 
Narcissange


emia t ej tnat seniev sem snad sap semusnoc et en ut ùo ruoj nu sap tse n lI
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
153 poèmes Liste
2182 commentaires
Membre depuis
23 novembre 2008
Dernière connexion
18 septembre 2016
  Publié: 27 sept 2011 à 14:52 Citer     Aller en bas de page

il y a comme des tons de surréalisme dans ces images mais c'est léger et ce texte est unique en son genre... et moi je les trouve bien vivantes ces natures mortes... merci pour cette lecture qui en vaut vraiment la peine c'est unique

amicalement

Ma

  ma971
Marcel42


Le poète est un collectionneur de mots. Dans son album, chacun devient une fleur imaginaire.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
280 poèmes Liste
6292 commentaires
Membre depuis
18 mars 2011
Dernière connexion
27 octobre 2017
  Publié: 28 sept 2011 à 03:14 Citer     Aller en bas de page

j'ai une pensée dans la tête
aussi légère qu'un papillon
qui s'envole sans me laisser d'adresse
et maintenant un drôle de noeud dans l'estomac
comme un poème de Mandrin ...
qui se lit avec délice
et se digère comme un coup de poing.

Cordialement,
Marcel.

PS : avec mes excuses, ami poète, mes excuses pour être parti aux quatre coins cardinaux. l'effet papillon sans doute.

  Marcel
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
12 février
  Publié: 28 sept 2011 à 13:12 Citer     Aller en bas de page

halentien,il y a une main posée sur votre épaule.
salut a toi et au propriétaire de cette main.

narcissange,je m'incline devant votre inclinaison.

K.O.:...votre pouce est loquace.

marcel:..."se digère comme un coup de poing"...
c'est donc vous marcel serre dents ?


a tous,cordial bonsoir.
mandrinmodern.

 
pluriels


À ma femme et, puisqu'elle est toutes les femmes, à toutes les femmes pour elle encore
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
703 poèmes Liste
2968 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2006
Dernière connexion
23 avril 2018
  Publié: 9 août 2014 à 02:09 Citer     Aller en bas de page

...un pour ton tiroir : attention les doigts !

T'es un rêve-à-poème sous ton crâne-chapeau

Mes Pluriels de mon œil (l'autre lit tes mots) quand d'un doigt je béquille du tap-au-tap...

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 519
Réponses: 6
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0555] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.