Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 607
Invisible : 0
Total : 608
· Tychilios
13162 membres inscrits

Montréal: 29 févr 08:10:34
Paris: 29 févr 14:10:34
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes d'amour :: naissance d'un amour Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Grga Pitic


"favoriser l'erreur et l'illusion, pour l'amour de la vie" Nietzsche
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
26 poèmes Liste
82 commentaires
Membre depuis
17 janvier 2007
Dernière connexion
20 mai 2011
  Publié: 6 mai 2007 à 06:18
Modifié:  20 août 2007 à 14:17 par Grga Pitic
Citer     Aller en bas de page

La nuit diffuse enfin, effaçant nos regards.
Entre ses lèvres noires, un silence sans fin,
Défiant l’apesanteur, sans souffle ni parfum,
Ni apaisant ni lourd, flotte comme un cigare

Je t’aperçois d’en haut, ta trouble nudité
Étreinte par mes bras qui ne ressentent rien.
Le lit où tu t’allonges n’a rien de terrien.
Mes sens, quand je te longe, ont cette opacité.

Mais un cœur enfoui dans ce corps morphiné
Hélas, est aux aguets ; et ce qui le fait vivre
Éclot tout doucement ; doucement il s’enivre…

Liqueur éternelle ou vapeur raffinée
Dégustée dans un rêve et pourtant destinée,
Même après mon réveil, à répandre son givre.


********

Tu n’étais qu’une forme, jolie silhouette
Bruissant parmi la norme au gré de mon mépris,
Feuille parmi les feuilles au dessus d’où je prie
Aujourd’hui que te détache cette alouette.

Tu tomberais alors, plus douce qu’une plume,
Juste là, sur mon corps étendu sous cet arbre
Où seul un point rayonne et le reste est de marbre,
Où seul un point résonne et transperce la brume

Je ne peux détacher de ce point le regard
Depuis que feuille morte est devenue brillante,
Feuille d’or où se meurent mes deux yeux hagards.

Alouette revient, alouette repart
En cycle nauséeux, méprisant mon attente.
J’espère que la chute sera pour plus tard...

Mais peut être jamais. Tout revient même l’art
D’oublier cet écart qui n’est pas une fente…
Un gouffre nous sépare. L’art de garder espoir.

Pandore, tu aurais pu souffler dans cette jarre,
-car me voilà en chaîne, faible d’illusion lente-
Abandonner au vide la dernière tare…

La feuille est toujours là. S’en irait l’amertume
Quand je nous vois encore enroulés tels des sabres…
J’aurais la puissance d’un cheval qui se cabre…
Mais on voit dans mon cœur que rien ne s’allume.

Tu étais éolienne, égarée sous ma couette.
Mais entend on un son dans ce concert épris ?
Pas un souffle de vie. Alors, on a compris :
Feuille est devenue or après un rêve abject




  "tout ce qui est utile est laid" T.Gautier
Grga Pitic


"favoriser l'erreur et l'illusion, pour l'amour de la vie" Nietzsche
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
26 poèmes Liste
82 commentaires
Membre depuis
17 janvier 2007
Dernière connexion
20 mai 2011
  Publié: 28 mai 2007 à 04:44 Citer     Aller en bas de page

merci pour ton soutien headache,

grga

  "tout ce qui est utile est laid" T.Gautier
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 2513
Réponses: 1
Réponses uniques: 1
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0271] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.