Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 26
Invisible : 0
Total : 28
· Romuald Augustin
Équipe de gestion
· Allantvers
13174 membres inscrits

Montréal: 4 juin 03:01:40
Paris: 4 juin 09:01:40
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes par thèmes : Les Éphémères (mai 2016) : "Te revoir" :: Te revoir Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] 2 :: Répondre
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
782 poèmes Liste
22546 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
3 juin
  Publié: 9 mai 2016 à 14:22 Citer     Aller en bas de page




Pendant tout un long jour, en démêlant mes peines,
Obsédée de revoir tes pupilles obsidiennes,
Patiente comme Elsa, assise à son miroir,
Je me repeigne aussi et mes cheveux sont noirs.

Les jours me semblent longs, je joue la comédie
J’évite les palabres, j’en ai déjà trop dit.
En lissant mes cheveux, me revient la mémoire
De nos moments heureux, musée de mon boudoir.

Je pense à Aragon, peignant à l’encre noire,
Les cheveux blonds d’Elsa qui reflétaient l’histoire
Tragiquement obscène et ses moments maudits.
Ils nous tourmentent encore, comme il l’avait prédit.

Balancée entre joie, amour, tristesse et haine,
Mes cheveux, lentement, de mes doigts je les peigne.
La boucle se referme et je renoue l’espoir,
J’attends un mot de toi pour enfin te revoir.


D'après "Elsa Au Miroir" - Louis Aragon - 1942


  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Pichardin


Rien n’est impossible à l’homme surtout s’il a décidé de ne rien faire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
379 poèmes Liste
4080 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2013
Dernière connexion
4 juin
  Publié: 9 mai 2016 à 15:04 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Aude,
Très beau !
L'attente est parfois une souffrance que l'on refuse d'admettre alors il reste l'espoir.
Amicalement
Pichardin

  Pichardin
so sweet

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
17 poèmes Liste
627 commentaires
Membre depuis
26 mars 2013
Dernière connexion
7 décembre 2019
  Publié: 9 mai 2016 à 15:50 Citer     Aller en bas de page

Comme une belle toile dont la mélancolie embrasse celui ou celle qui l'admire. Sobre, intense. Superbe poème.

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
782 poèmes Liste
22546 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
3 juin
  Publié: 9 mai 2016 à 17:25 Citer     Aller en bas de page

Citation de Pichardin
Bonsoir Aude,
Très beau !
L'attente est parfois une souffrance que l'on refuse d'admettre alors il reste l'espoir.
Amicalement
Pichardin



L'attente est ma spécialité : j'y excelle.
Merci Pichardin

Citation de So Sweet
Comme une belle toile dont la mélancolie embrasse celui ou celle qui l'admire. Sobre, intense. Superbe poème.



Merci beaucoup pour ton commentaire, So Sweet. Une toile, oui : comme celle de l'araignée.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Ashimati

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
329 poèmes Liste
7273 commentaires
Membre depuis
3 août 2008
Dernière connexion
2 juin
  Publié: 9 mai 2016 à 19:37 Citer     Aller en bas de page

Sublime attente
J'ai adoré

 
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Ceci est mon histoire vraie, avec des mensonges à l'endroit, à l'envers, parce que la vie c'est souvent comme ça
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
442 poèmes Liste
14077 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
4 juin
  Publié: 9 mai 2016 à 23:08 Citer     Aller en bas de page

C'est beau. Wait and see.

 
Maschoune

Modératrice


Un petit baiser, comme une folle araignée, te courra par le cou... A. RIMBAUD
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
216 poèmes Liste
12255 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
3 juin
  Publié: 10 mai 2016 à 02:55 Citer     Aller en bas de page

L'attente ... qui peut être à la fois douce et douloureuse ... Merci à toi, très beau poème

  "Me reviennent les instants partagés. D'autres ont disparu. Et s'inventent ceux que j'ai manqués."D. de Vigan
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
782 poèmes Liste
22546 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
3 juin
  Publié: 10 mai 2016 à 05:40 Citer     Aller en bas de page

Citation de Octobre
La poésie souvent ressemble à sa façon d’avoir notre âge
clamer longtemps qu’on y prend garde
jusqu’au silence d’y prendre goût

Tu évoques le poème d’Aragon en source du tien , mais c’est un homme qui peignit une femme
Il aurait été intéressant de lire Elsa lui démêler la rime, nous n’en saurons jamais rien
De guerre lasse, tu as pris le parti d’être l’œil et son reflet , ça n’est pas sans audace
En somme , un texte qui te ressemble ?



J'espère que les textes que j'écris me ressemblent au moins un peu ?

Merci de ton commentaire (que je n'ai pas tout à fait compris, du moins la première partie).

Citation de Ashimati
Sublime attente
J'ai adoré



Tu m'en vois ravie !
Amitiés

Citation de Adamantine
C'est beau. Wait and see.



Merci

Citation de Maschoune
L'attente ... qui peut être à la fois douce et douloureuse ... Merci à toi, très beau poème



Je n'aime pas attendre, mais je suis obligée. Alors je compose avec, en attendant.
Merci Maschoune

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
marchepascal Cet utilisateur est un membre privilège


Le monde est en nous sommes le monde
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
315 poèmes Liste
2720 commentaires
Membre depuis
23 mars 2011
Dernière connexion
3 juin
  Publié: 10 mai 2016 à 14:56 Citer     Aller en bas de page

Les mots jongles sous ta plume qui caresse notre sensibilité

Merci, un plaisir de lire toutes tes jongleries


Marchepascal

    Le temps comme le vent passe et ne s’arrête jamais!!!
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
782 poèmes Liste
22546 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
3 juin
  Publié: 10 mai 2016 à 18:10 Citer     Aller en bas de page

Citation de Marchepascal
Les mots jonglent sous ta plume qui caresse notre sensibilité

Merci, un plaisir de lire toutes tes jongleries


Marchepascal



Hé je suis pas une otarie !!!

Merci de ta lecture Marchepascal.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


Nouvelle: Ariane, consulter mon journal
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
300 poèmes Liste
5482 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
3 juin
  Publié: 11 mai 2016 à 06:51 Citer     Aller en bas de page

Un joli poème qui s'appuie sur Aragon,- je dis bravo - merci pour ce moment de lecture


Yvon

  YD
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
782 poèmes Liste
22546 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
3 juin
  Publié: 11 mai 2016 à 07:11 Citer     Aller en bas de page

Citation de Y.D
Un joli poème qui s'appuie sur Aragon,- je dis bravo - merci pour ce moment de lecture


Yvon



Merci Y.D, Aragon et Elsa sont venus tout naturellement me hanter.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Dominique Bouy Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
80 poèmes Liste
363 commentaires
Membre depuis
19 novembre 2013
Dernière connexion
2 juin
  Publié: 11 mai 2016 à 17:45 Citer     Aller en bas de page

Même le souffle est une attente et son mouvement rayonne dans la beauté du style, merci.

 
coldasice

Correcteur


Because we are already the past
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
42 poèmes Liste
1048 commentaires
Membre depuis
16 juin 2012
Dernière connexion
1er avril
  Publié: 12 mai 2016 à 04:37 Citer     Aller en bas de page

Très bon
J'aime quand tu écris ainsi
La respiration, les mots choisis, la déclinaison du thème
Vraiment bien

  -
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
782 poèmes Liste
22546 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
3 juin
  Publié: 12 mai 2016 à 05:46 Citer     Aller en bas de page

Citation de Dominique Bouy
Même le souffle est une attente et son mouvement rayonne dans la beauté du style, merci.



Merci à toi, Dominique.

Citation de Coldasice
Très bon
J'aime quand tu écris ainsi
La respiration, les mots choisis, la déclinaison du thème
Vraiment bien



Merci, tu me rassures, je craignais que ce soit un peu tiré par les cheveux !

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
❀ninette1952


L'enfant qui ne joue pas n'est pas un enfant, mais l'homme qui ne joue pas a perdu à jamais l'enfant
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
106 poèmes Liste
462 commentaires
Membre depuis
9 février 2016
Dernière connexion
2 juin
  Publié: 12 mai 2016 à 11:15 Citer     Aller en bas de page

Très joli texte
Moi c'est ma fille que je voudrais revoir
elle me manque tellement..
Je ne crois pas au paradis
alors j'en crève de savoir que je ne pourrais plus jamais entendre son rire..
Je ne réussirais jamais à écrire d'aussi joli chose que vous

  Il faudrait vivre ses rêves avant d'avoir trop de regrets
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
782 poèmes Liste
22546 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
3 juin
  Publié: 12 mai 2016 à 12:52 Citer     Aller en bas de page

Citation de ninette1952
Très joli texte
Moi c'est ma fille que je voudrais revoir
elle me manque tellement..
Je ne crois pas au paradis
alors j'en crève de savoir que je ne pourrais plus jamais entendre son rire..
Je ne réussirais jamais à écrire d'aussi joli chose que vous



Je pense qu'en écrivant avec sincérité on écrit toujours de belles choses.
Je comprends votre affliction et ce terrible manque. On ne peut remplacer un enfant, mais paradis ou pas, elle vit à travers vous, soyez-en sûre. Parfois on rêve des disparus et l'on se réveille avec cette conviction rassérénante.

Amitiés Ninette

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
❀ninette1952


L'enfant qui ne joue pas n'est pas un enfant, mais l'homme qui ne joue pas a perdu à jamais l'enfant
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
106 poèmes Liste
462 commentaires
Membre depuis
9 février 2016
Dernière connexion
2 juin
  Publié: 13 mai 2016 à 12:15 Citer     Aller en bas de page

Merci Aude c'est vrai un jour j'ai rêvé de ma fille..elle était belle souriante et me faisait coucou...ses cheveux blonds coulant sur ses épaules avec coiffé en arrière avec un serre-tète en zigzag..elle me faisait coucou de ses deux mains...quel beau rêve..elle rayonnait ...je garde en mémoire une phot ou elle est à une fête..un peu maquillée et souriante ..Merci

  Il faudrait vivre ses rêves avant d'avoir trop de regrets
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
782 poèmes Liste
22546 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
3 juin
  Publié: 13 mai 2016 à 13:53 Citer     Aller en bas de page

Citation de ninette1952
Merci Aude c'est vrai un jour j'ai rêvé de ma fille..elle était belle souriante et me faisait coucou...ses cheveux blonds coulant sur ses épaules avec coiffé en arrière avec un serre-tète en zigzag..elle me faisait coucou de ses deux mains...quel beau rêve..elle rayonnait ...je garde en mémoire une phot ou elle est à une fête..un peu maquillée et souriante ..Merci



Elle reviendra te faire coucou dans tes rêves.
Tu lui manques aussi.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Emme

Modératrice

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
148 poèmes Liste
3660 commentaires
Membre depuis
22 août 2011
Dernière connexion
20 mai
  Publié: 24 mai 2016 à 07:37 Citer     Aller en bas de page

J'applaudis, c'est brillant
Merci pour cette belle lecture Aude
Amitiés.
Emme

  la vida son dos dias...vivelos !
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
782 poèmes Liste
22546 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
3 juin
  Publié: 24 mai 2016 à 10:07 Citer     Aller en bas de page

Citation de Emme
J'applaudis, c'est brillant
Merci pour cette belle lecture Aude
Amitiés.
Emme



Merci à toi pour ce gentil commentaire, bisous

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Page : [1] 2 :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1455
Réponses: 23
Réponses uniques: 13
Listes: 0 - Voir

Page : [1] 2

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,2571] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.