Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 40
Invisible : 0
Total : 43
· Flora Lynn · La Brune Colombe · William Valant
13084 membres inscrits

Montréal: 19 juin 13:26:31
Paris: 19 juin 19:26:31
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Nouvelles littéraires :: Charlotte - Prise 2 [brouillon] Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
652 poèmes Liste
18574 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
10 juin
  Publié: 16 jan 2011 à 15:08
Modifié:  17 jan 2011 à 01:03 par Tilou8897
Citer     Aller en bas de page

[brouillon] (une scène... avec un soupçon d'idée d'histoire à préciser)

“Tu ne dis plus rien.” me dit Claire en s’asseyant à côté de moi.

“Tu n’as pas l’air bien. Ca ne va pas ?”

Je secouai la tête.

“Non, ça va. C’est juste... que...”

“Tu devrais être heureux, tu sais. Ce n’est pas donné à tout le monde de voir ce qu’il écrit mis en mouvement, mis en images comme ça. Y a plein de gens qui en crèvent d’envie, qui se saigneraient aux quatre veines pour avoir ça.”

Claire avait toujours cette voix rauque et ce ton enjôleur. Il me faisait frissonner à chaque fois. Elle avait raison. Mille fois raison. J’aurais dû être enjoué, j’aurais dû avoir les larmes aux yeux, noyé par l’émotion. J’aurais dû mais je ne l’étais pas. Je n’étais pas triste. Mais je me sentais vide. Ce que je voyais, me dépossédait de moi-même. Mes émotions, mes tourments, même mes mots et mes paroles ne m’appartenaient plus. Et je venais de le réaliser.

Claire passa sa main dans mes cheveux. J’esquissai un geste pour la stopper et la garder ainsi, mais je ratai mon coup.

J’attrapai une cigarette et l’allumai nerveusement.

“Tu te rends compte quand même... Que c’est ma vie, mon intimité qui se donne en spectacle là ?” lui fis-je.

“Ce n’est pas un texte, ce n’est pas une peinture... Là... C’est l’image et le son... On sent même la chair... Regarde-la...”

“Qui ? Charlotte ?”

“Oui.”

“Bah quoi ? Charlotte ? Elle a quoi ? Charlotte...”

Mes yeux se firent fuyants. Je ne voulais pas croiser le regard de Claire.

“Elle est presque comme elle. Elle est, Elle... Et je ne comprends pas.”

“J’ai du mal à te suivre, tu sais ?”

“Je veux dire... Comment c’est possible ? Comment c’est possible que ça ressemble tant à ce que... à... la réalité...”

Je soupirai.

“Elle fait tout presque comme elle. Dans ses moindres mimiques.”

Claire haussa les épaules.

“Je te rappelle que c’est toi qui l’as choisie et justement pour ces raisons... Tu ne vas pas t’en plaindre maintenant.”

Charlotte était en train de remettre un pull parce qu'il faisait un peu froid. Dans les bruits de conversations et ceux que faisaient les techniciens, elle ne pouvait entendre notre échange. Mais peut-être sentit-elle que l’on parlait d’elle car elle lança un regard dans notre direction avec cette moue indicible, inexpressive et fragile à la fois, indifférente au monde et aux aguets. Ce regard qui me faisait à chaque fois, froid dans le dos, tellement il me rappelait des souvenirs encore chauds.

“Tu devrais aller prendre l’air et laisser la photo à quelqu’un, le temps que ça passe.” me fit Claire.

“Le temps qu’il se passe quoi ?” lui demandai-je.

“Tu crois que c’est un truc de passage... Un coup de mou... ou un truc dans le genre, peut-être... Mais ça n’a rien à voir. Le truc... C’est que c’est déjà dans la boite maintenant... Et qu’à moins d’avoir un monteur avec deux mains gauches... Tout ça... Ca y sera...”

“Et ce n’est pas ce que tu voulais ?” fit Claire en levant les yeux au ciel.

Je secouai la tête. La conversation ne menait à rien. Je me levai en faisant le geste de la main à l’intention de Claire, d’arrêter, et je sortis de la pièce.




Tilou

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
652 poèmes Liste
18574 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
10 juin
  Publié: 17 jan 2011 à 15:02
Modifié:  17 jan 2011 à 15:03 par Tilou8897
Citer     Aller en bas de page

Merci des remarques... Vu que c'est un brouillon et pour le coup aussi, un "vrai" premier jet en terme de "nouvelles", je ne saurais trop dire de choses sur la suite...

Tout ce que je sais, c'est que ce que tu soulignes comme les "bases" de quelque chose... C'est justement ce qui m'a motivé à "saisir" la scène telle qu'elle m'est apparue dans la tête... Je vais pas dévoiler le "comment", je compte développer le sujet : d'une part pour éviter de dévoiler l'intrigue et d'autre part parce qu'il faut encore que je me précise (pour moi) jusqu'où je veux pousser la situation (auteur/interprète pour simplifier)... Y a d'autres éléments de récit qui viennent en contrainte (sans forcément être visibles) mais là, ça serait bien complexe à exposer^^...

Pour le "ceux", étant donné que c'est les "bruits", me semble que le pronom est correct.
Pour la disposition des guillemets... Je suis (presque) d'accord.. Mais à vrai dire, cette disposition est "standard" chez moi...

Merci en tout cas de ton commentaire assez riche

(et la suite... va dépendre du temps et de l'écriture des autres "suites" qui commencent un peu à s'empiler sur mon petit bureau^^)

Amicalement

Tilou

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1198
Réponses: 1
Réponses uniques: 1
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0271] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.