Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 281
Invisible : 0
Total : 282
· ori
13202 membres inscrits

Montréal: 15 sept 18:45:30
Paris: 16 sept 00:45:30
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Nouvelles littéraires :: La Légende du Royaume de Papier (2) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
659 poèmes Liste
18589 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
12 septembre
  Publié: 22 févr 2011 à 18:18
Modifié:  11 juin 2011 à 04:21 par Tilou8897
Citer     Aller en bas de page


[...]

Cette nuit-là, même emmitouflée sous mes couvertures, je ne pus m’endormir comme je l'aurais fait ordinairement. J’avais le regard de cet homme qui me revenait sans cesse et il m’était impossible de m’en défaire. Je ne savais pas pourquoi mais, bien qu’il m’inspirait une certaine frayeur, j’avais l’irrésistible envie de savoir pourquoi il était là et quelles pouvaient être les épreuves qu’il avait pu traverser avant d’arriver là, dans notre auberge.

Je ne réussis pas à dormir pour tout dire, même après que Maman soit passée me raconter une histoire avant de me souhaiter la bonne nuit. Je m’abstins aussi de lui poser des questions sur l’inconnu pour ne pas l’inquiéter. Maman n’aurait sûrement pas compris ces interrogations mais se serait obligatoirement fait du mauvais sang, juste rapport à ce simple fait. Lorsqu’elle sortit de ma chambre en éteignant la lumière, je ne savais pas si l’homme était encore là ou pas, s’il passerait la nuit à l’auberge ou s’il s’en était allé comme il était venu.



***


Le lendemain matin, je n’étais pas très en forme. La nuit blanche me pesait sur les paupières et mon cerveau était un gouffre sans fin rempli de questions. Comme d’habitude, je passai à la salle de bain pour me débarbouiller avant de descendre dans la pièce de notre auberge où l’on prenait le petit déjeuner. La maison et l’auberge ne faisaient qu’une et si mes parents avaient aménagé une partie privative pour nos chambres et le sanitaire, les autres pièces étaient communes. Cette configuration n’était pas des plus confortables mais lorsqu’on y est habitué depuis son plus jeune âge, on ne le remarque même plus.Nous avions quelques résidents quasi permanents et même s’il pouvait arriver qu’ils s’absentent quelques jours ou quelques mois ou bien encore suivant la saison, on finissait par les considérer presque comme des personnes d’une lointaine parenté.La première d’entre elles était Madame Oliveira, Ernestina de son prénom. Pour moi, elle avait toujours été là. Elle avait toujours été vieille aussi. Soixante-dix, quatre-vingts ans, peut-être. En tout cas, c’était un âge qu’il m’était à l’époque difficile à concevoir. De plus quand elle racontait quelques anecdotes sur sa vie, j’avais toujours l’impression qu’elle me parlait de ces temps où la photographie n’existait pratiquement pas et où les gens, a priori, ne voyaient pas encore la couleur.

Elle était toujours la première debout. J’ignore comment elle faisait. Peut-être ne se couchait-elle pas ? C’est vrai qu’elle avait sa table réservée, juste dessous l’escalier, et elle ne semblait jamais en bouger.

“Tu n’as pas l’air en forme, Louise, tu as mal dormi ?” me demanda-t-elle, lorsqu’elle me vit pointer mon nez dans le coin de l’escalier.

J’allais pour lui répondre par une grimace digne de ce nom, représentative de mon état de grâce matinale mais je me m’arrêtai brusquement dans mon élan. L’inconnu de la veille était assis sur une table d’angle, le bras dans une écharpe et il me regardait. Il ne portait plus l’espèce de béret qui lui couvrait le chef hier au soir et ce qui me marqua le plus, c’était que son visage bien rasé cette fois-ci, était jeune. Trente ans, tout au plus. Sans vraiment de raison, je sentis mes joues s’empourprer et je filai me réfugier dans la cuisine avant que qui que ce soit ne le remarque.




(à suivre)



Tilou


  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
659 poèmes Liste
18589 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
12 septembre
  Publié: 23 févr 2011 à 14:23 Citer     Aller en bas de page

Moi non plus... J'ai les mêmes critiques...

Les phrases sont trop alambiquées et au final, j'ai raté la progression dans l'histoire...

Juste une petite explication aussi sur cet "aléas"... Je veux garder le "format court" pour chaque "épisode"... Ca se veut un conte pour enfants à la base et une histoire qui puisse se découper en plusieurs lectures assez "tassées"... Mais faut que ça coule... et pas qu'on ait la sensation d'une "vraie" coupure...

Mais je vais revoir tout ça... c'est un premier jet sans vraiment de relecture... donc ça vaut ce que ça vaut...

Suite à la prochaine retouche.

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
305 poèmes Liste
17731 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
12 septembre
  Publié: 27 févr 2011 à 06:18 Citer     Aller en bas de page

Je souligne les même accrocs (je vois que toi aussi t'as des répétitites aigues parfois lol) mais j'aime la progression du suspense quand même

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
659 poèmes Liste
18589 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
12 septembre
  Publié: 28 févr 2011 à 16:24 Citer     Aller en bas de page

C'est clair... les répétitions... erf...

Je ne sais pas trop à quoi, c'est dû....

Je suppose que c'est la manière d'écrire... et le temps "trop exigu"... que j'ai pour le faire... j'veux à la fois un texte qui ait son unité, qui soit souple et en même temps, à peu près vingt minutes par jour à y consacrer quand c'est pas moins... Autant dire que ça rend l'écriture très hachée... malgré le fait que tu as l'histoire dans la tête... et un truc assez vague qui représente le fil narratif que tu veux emprunter....

Du coup... j'suis tenté d'écrire chaque bout en refaisant à chaque fois la phase d'exposition... (ce qui est une aberration mais... pour moi... ça me sert aussi pour me recaler dans mon histoire.... )

* pour faire bref... c'est un vrai "box" en ce moment pour écrire -malgré le fait que ça me chatouille dur dur en ce moment... *

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Elodie Daraut

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
118 poèmes Liste
619 commentaires
Membre depuis
20 août 2011
Dernière connexion
9 septembre
  Publié: 10 mars 2013 à 06:38 Citer     Aller en bas de page

Cette nuit là […] il était là […] avant d’arriver là -> lalala ?
(Là) dans notre auberge
Ordinairement -> je n’aime pas trop
pour tout dire -> boaf ?
me souhaiter (la) ? bonne nuit
se serait (obligatoirement) ? fait du mauvais sang,
juste rapport à ce simple fait-> boaf ?
« Lorsqu’elle sortit de ma chambre en éteignant la lumière, je ne savais pas si l’homme était encore là ou pas, - s’il passerait la nuit à l’auberge ou s’il s’en était allé comme il était venu » -> redite de deux fois la même chose nope ?
La nuit blanche -> ah bon ? Pas juste eu du mal à s’endormir
la pièce de notre auberge où l’on prenait le petit déjeuner. -> laquelle ?

Je n’ai pas trop eu envie de lire la suite et c’est dommage de mon point de vue vu le travail et le temps passé qu’il y a derrière. Pour mon esprit pas mal fainéant il manque une étincelle plus attirante que ce seul inconnu qui ne m’a pas paru si extraordinaire. Peut-être plus de densité dans les personnages (truc que je ne sais pas faire mais qui permet de capter le lecteur et de le garder)

C’est mon avis. Si un jour tu le remanies préviens moi si tu veux une critique de marde. Dans les textes de supers auteurs du commerce j'ai du mal à dépasser le level 1 de la page 1/300. Alors prend cet avis pour ce qu'il vaut.

  ⠨⠺⠓⠕ ⠙⠑⠑⠍
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1470
Réponses: 4
Réponses uniques: 3
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,3081] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.