Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 13
Invisible : 0
Total : 13
12889 membres inscrits

Montréal: 24 juin 23:40:14
Paris: 25 juin 05:40:14
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: 29 avril 2012( ou Passe l'anti-émeute en autobus.) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Mademoiselle Phébus


Just let me fall out the window with confetti in my hair. (Tom Waits)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
115 poèmes Liste
1548 commentaires
Membre depuis
9 mars 2005
Dernière connexion
30 novembre 2014
  Publié: 11 mai 2012 à 15:43
Modifié:  12 mai 2012 à 14:37 par Tilou8897
Citer     Aller en bas de page

Déjà si loin de ton sourire
Non
Manques de cigarettes
Et puis ma lâcheté
La lutte est toujours dans la rue
Il se peut que tu y sois aussi.

Méandres de blés.

Je ne parle pas je t'attends
Je ne te regarde pas j'avance en ta chaleur
Simplement, laissons donc, non pas nos cils, mais le tendre des poils de nos bras se retrouver
Juste une petite tendresse comme celle-là.


Les manifestants, les forts, semblent arrivés
J'espère que les autres iront
Bien
Je viens de voir passer l'anti-émeute, en autobus.
(J'espère qu'ils avaient tous leurs titres de transport et renouvelé leurs cartes opus.)

Entier meuh tant haut obu sssssssssssssss.

Il n'y a aucune émeute
Monsieur l'Argent
Pardon
L'Agent Monsieur l'Agent Conservateur de Paix
Il n'y a aucune émeute,
Nous sommes amis et nous fêtons notre indépendance, Monsieur l'Agent
C'est beau cela cela et la liberté et l'amour aussi oui
L'amour beaucoup
Vous nous avez vu s'entre-sourire?
Oui parce que nous sourions à pleine morsure de cause à effets nous nous aimons tant Monsieur l'Agent que nous voudrions que tout le monde le sache par toits et pavés, vous aimez Les Misérables, Monsieur l' Agent?
Pourquoi un peuple devrait-il passer par l'injustice pour se faire reconnaître, Monsieur Conservation de Paix?
Vous le trouvez drôle Sa Sainteté Moutonne, moi y'a pas longtemps j'trouvais qu'il faisait pitié qu'il était simplement un innocent trou du cul politicien. C'était il y a pas si longtemps et le pire dans tout ça, Monsieur l'Agent en Conserve de Paix, c'est qu'il est là depuis longtemps justement, plus de temps qu'un pédophile en prison, Monsieur.

Tiens donc, tu m'as inspiré la révolution plus active,
Même si je suis qu'un ébauche de révolte que la peur des matraques est plus forte que la défaite et que ce n'est pas digne de ma volonté
La liberté n'est pas une clope
C'est la rue criante d'espoir avec des milliers de choeurs qui sont près à être entendu
Ce que vous appelez des enfants gâtés ce n'est que l'explosion des moyens que vous avez créés pour nous embêler, qui servent au ralliement à s'insurger.
C'est la jeunesse de coeur qui refuse vos enseignements béats et vos dilutions de valeurs.
Vous voyez une jeunesse forte, Monsieur Conserve.
Voyez vous voyez vouvoyer
Non! louvoyer entre les ruelles et votre aveuglement de puissance.


En hauteur, les filles dansent joliment, on danse la vie aussi parce qu'elle est toujours au rendez-vous jusqu'à la mort. en fait, absolument.

  (Là-haut l'absence entière et le bleu charbonnant.) Par le jour se levaient des géants tristes, un violon en carton-pâte sous le rêve. (Fernand O. -Le Soleil sous la mort)
Marcel42


Le poète est un collectionneur de mots. Dans son album, chacun devient une fleur imaginaire.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
280 poèmes Liste
6292 commentaires
Membre depuis
18 mars 2011
Dernière connexion
9 décembre 2014
  Publié: 13 mai 2012 à 03:18 Citer     Aller en bas de page


Cordialement,
Marcel.

  Marcel
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 740
Réponses: 1
Réponses uniques: 1
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0190] secondes.
 © 2000 - 2017 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.