Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 221
Invisible : 0
Total : 222
· Kali_
13253 membres inscrits

Montréal: 6 juin 07:44:13
Paris: 6 juin 13:44:13
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes par thèmes : Les Ephémères (novembre 2016) : Il fut un temps :: Il y a 12000 ans Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


Nouvelle: Ariane, consulter mon journal
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
300 poèmes Liste
5485 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
5 juin
  Publié: 8 nov 2016 à 05:37
Modifié:  10 nov 2016 à 01:46 par Tilou8897
Citer     Aller en bas de page

Il y a 12000 ans

Du profond labour ; sillon aux jaunes épis
Jour après jour en mariages de couleurs
Sous le ciel bleu il forgeait la vie
Sa force était : La raison et le cœur.

Avec le soleil qui marquait le temps
La beauté vint ; et une longue paix régna.
Trilogie ; forêts, pâturages, champs
Par ses dons Tua le sauvage et l'aima.
Mais la lune laiteuse cacha le soleil.
Le crépuscule des rois se voulut Dieu
Et la lyre enchantée d'un coup se brisa.
La nuit sombre, noire, obscure devint veille.
De l'horizon bleu percé par l'épée
Coula le rouge barbare, il est le sang
Abreuvant les sillons, fauchant les blés
Barrant l'infini de son glaive tranchant.

Et depuis ?

Le glaive est obus !

  YD
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


Nouvelle: Ariane, consulter mon journal
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
300 poèmes Liste
5485 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
5 juin
  Publié: 9 nov 2016 à 09:48 Citer     Aller en bas de page

Lilania


Merci

Amitiés

Yvon

  YD
coldasice

Correcteur


Because we are already the past
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
42 poèmes Liste
1048 commentaires
Membre depuis
16 juin 2012
Dernière connexion
1er avril
  Publié: 9 nov 2016 à 11:59 Citer     Aller en bas de page

Et depuis, l'homme est venu, balayant de ses certitudes les mariages heureux, saupoudrant de son gris, les teintes de la vie

Bien vu Yvon

  -
Pichardin


Rien n’est impossible à l’homme surtout s’il a décidé de ne rien faire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
379 poèmes Liste
4083 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2013
Dernière connexion
6 juin
  Publié: 10 nov 2016 à 05:32 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Yvon,
Et depuis ? ... Les choses ne se sont pas arrangées.
J'ai beaucoup apprécié ma lecture.
Amicalement
Pichardin

  Pichardin
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


Nouvelle: Ariane, consulter mon journal
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
300 poèmes Liste
5485 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
5 juin
  Publié: 10 nov 2016 à 09:27 Citer     Aller en bas de page

Coldasice, Pichardin


Merci pour votre passage sur mes lignes

Amitiés

Yvon

  YD
Lacase Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Si Eve n'avait pas pensé qu'à sa pomme...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
112 poèmes Liste
5410 commentaires
Membre depuis
25 juillet 2008
Dernière connexion
6 juin
  Publié: 10 nov 2016 à 18:09 Citer     Aller en bas de page

Bigre un pessimisme ou n'est ce que de la lucidité ?
Comme une blessure en rouge sang.
Terrible partition sur le thème

  Si le berger a le Mans qui a les rillettes?
Pieds-enVERS


Qu'importe si l'alexandrin est mal chaussé à partir du moment où il a une semelle musicale
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
49 poèmes Liste
1710 commentaires
Membre depuis
31 janvier 2015
Dernière connexion
27 mai
  Publié: 10 nov 2016 à 18:30 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Yvon

Fichtre ça me vaut rien de lire tardivement ....j'avais pris l'obus pour obtus !
Le chemin parcouru en 12000ans c'est que le sang est toujours rouge, qu'il coule toujours....et que l'on trouve des innocents dans les sillons ! Bien triste ce temps d'aujourd'hui ...
amicalement

 
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
485 poèmes Liste
22893 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
5 juin
  Publié: 11 nov 2016 à 10:00 Citer     Aller en bas de page

Un touchant écrit qui ne peut nous laisser insensible
Tu termine en disant " Le glaive est obus " On pourrait penser au but...Étant donné les circonstances, je le vois à ma façon de m'exprimer.
Bises amicales ODE 31 - 17
Les premiers vers sont sublimes

  OM
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


Nouvelle: Ariane, consulter mon journal
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
300 poèmes Liste
5485 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
5 juin
  Publié: 11 nov 2016 à 10:27 Citer     Aller en bas de page

Lacase, Pieds envers, Ode

l'homme a toujours aimé la bagarre, et malgré toute notre science, nous sommes toujours au même point, il nous faut des boucs- émissaire, l'autre est toujours un ennemi. Merci pour vos mots que j'apprécie beaucoup.

Amitiés

Yvon

  YD
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1133
Réponses: 8
Réponses uniques: 6
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0305] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.