Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 24
Invisible : 0
Total : 28
· Lucie Granville · silence. · Tychilios · samamuse
13154 membres inscrits

Montréal: 9 déc 03:45:18
Paris: 9 déc 09:45:18
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Potence à nos lèvres, au pont suspendues Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Rouge


Ex-Érosion
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
68 poèmes Liste
4048 commentaires
Membre depuis
4 novembre 2006
Dernière connexion
8 décembre 2012
  Publié: 2 nov 2007 à 14:33
Modifié:  5 jan 2008 à 19:16 par Bestiole
Citer     Aller en bas de page

Il est de ces sourires
Qu’un jour la pluie nous rend,
Au détour des navires,
Au détour des arpents.
Il est de ces sourires
Suspendus à tes lèvres
Quand je les baise au jour
Ou un soir à la lune.
Il est de ces sourires,
Les tiens sont ceux qui crèvent
Qui saignent au cœur,
Qui laissent
Des traces au creux des ronces,
Les tiens sont ceux des eaux
Des froids et des automnes
Quand l’air est frais, quand tôt
Les marins abandonnent
Le navire à sa proue
Nos mains à leurs bracelets,
Tes yeux à tes j’avoue
Et ton baume à mes plaies,
Il est de ces sourires
- les tiens sont encore pire
Qui trempent la plume dans l’encre,
Qui nous forcent à non-dire
J’ai pris la route des pins,
Tes sourires à la main
Ont glissé sous mes doigts
La neige a tes paupières,
Enveloppe en papier-soie
qu’on garde pure je sais,
Mais il est de ces yeux
Qu’on n’oublie au grenier
Parce qu’ils sont les plus beaux
Que tous les mots-papier
Ne pourraient jamais dire,
Ne pourraient Il existe,
existe des sourires
Et d’entre tous le tien,
Il est de ses sourires
À lui seul ton sourire
Ne se compare à rien

Car pendue à tes lèvres,
Tu fais renaître mon nom
Et d’un seul coup tes yeux
Fleurissent tout le décor
Quand au détour d’un mot
Ils se posent sur les miens…

Et pendus à tes lèvres
Mes mots que tu répètes
Deviennent plus grands et fiers
Parce qu’ils viennent de ta bouche
Et parce qu’ils se décousent
En longs fils de dentelle,
Que j’aime tes mots tes yeux
Ton sourire et ton toi
Au pont percé, aux joies,
Ton sourire ne sera,
Il est de ces sourires,
Qui ne se comparent pas.

29 octobre 2007

 
Drakkar
Impossible d'afficher l'image
Rêver est le seul pont vers un seul paradi se trouvant sur terre.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
72 poèmes Liste
691 commentaires
Membre depuis
13 mai 2007
Dernière connexion
6 avril 2017
  Publié: 2 nov 2007 à 15:06 Citer     Aller en bas de page

Hé bien ! c'est un manque flagrant de raison qu'on ne peu que remercier.

J'ai bien aimé ma lecture...
au plaisir de te relire.


Amicalement.

Martin

  Avec l'ombre d'une épée tous les coups sont permis
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
660 poèmes Liste
18597 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
6 décembre
  Publié: 3 nov 2007 à 13:38 Citer     Aller en bas de page


Euh... heureusement que j'ai lu le commentaire de Sanguine... Sinon l'aurait répété la même chose le Tilou^^..

En complément, euh... mettre un peu plus de strophes... ça serait possible ?^^... J'ai toujours un peu de mal à lire quand c'est compact....


Sinon... pour revenir au poème, il y a un souffle... prenant. Vraiment... L'a un truc là...

Merci

Myriam

Tilou

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Mademoiselle Phébus


Just let me fall out the window with confetti in my hair. (Tom Waits)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
115 poèmes Liste
1548 commentaires
Membre depuis
9 mars 2005
Dernière connexion
30 novembre 2014
  Publié: 4 nov 2007 à 12:33 Citer     Aller en bas de page

Oh! Clara, ma princesse

Myriam, bordel!

C'est cruel de creuser l'coeur d'ta rouquine comme ça
Parce que celui-là
ces maux-là


...

  (Là-haut l'absence entière et le bleu charbonnant.) Par le jour se levaient des géants tristes, un violon en carton-pâte sous le rêve. (Fernand O. -Le Soleil sous la mort)
Rouge


Ex-Érosion
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
68 poèmes Liste
4048 commentaires
Membre depuis
4 novembre 2006
Dernière connexion
8 décembre 2012
  Publié: 4 nov 2007 à 16:05 Citer     Aller en bas de page

Citron, drakkar, thib:
Merci...


Sanguine:
Il a bel et bien été écrit sur deux périodes différentes.

La partie qui commence par "Car pendue à tes lèvres" (jusqu'à la fin) a été écrite au moins une semaine après le début.

Une maturité, je ne sais pas.
Merci d'être passée sous mes mots.


Tilou:
Nan, pas pour celui-là. J'aime mieux collé. Séparé ce serait différent. Je suis consciente que ça rend la lecture plus difficile (moi-même je préfère quand c'est plus aéré) mais... je ne sais pas. Celui-là je le préfère comme ça.
Merci à toi, Éric


Jade:
Merci... Je ne sais pas quoi dire d'autre... Je suis touchée... Merci.

 
Feu-follet


Je suis le funambule de mon désir...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
89 poèmes Liste
491 commentaires
Membre depuis
24 septembre 2006
Dernière connexion
2 mars 2015
  Publié: 20 nov 2007 à 21:29 Citer     Aller en bas de page

Il est de ces sourires qui nous embrouillent comme des fous... Il est de ces sourires qu'on reprend dans nos souvenirs... Des yeux, des noms, des je t'aime sans façon...

Amour amer... amer d'amour... une mer d'amour... amour de mer... amour éphémère...

Que d'amour et pourtant si peu...

Merveilleux délice des yeux!

Amitié, le myocarde éperdu

  À jamais, le feu-follet
aristide

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
104 poèmes Liste
856 commentaires
Membre depuis
17 janvier 2007
Dernière connexion
3 janvier 2018
  Publié: 1er déc 2007 à 03:51 Citer     Aller en bas de page

Wouah, quelle souffle!
Ce que j'ai aimé c'est ce qu'on te reproche, ça coule et par moment ça saute, ça résiste !
J'avais l'impression de les voir ces sourires, juste des sourires et rien autour comme celui du chat du Cheshire d'Alice aux Pays des Merveilles.
Bises

 
Rouge


Ex-Érosion
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
68 poèmes Liste
4048 commentaires
Membre depuis
4 novembre 2006
Dernière connexion
8 décembre 2012
  Publié: 9 déc 2007 à 16:34 Citer     Aller en bas de page

myocarde,
touché coulé, ce commentaire
merci

aristide,
C'est magnifique tout ce que de simples mots peuvent créer comme images
Le chat de Cheshire ? C'était pas de Chester ?
J'sais plus.
mais merci. (beaucoup)

 
Rouge


Ex-Érosion
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
68 poèmes Liste
4048 commentaires
Membre depuis
4 novembre 2006
Dernière connexion
8 décembre 2012
  Publié: 5 jan 2008 à 17:11 Citer     Aller en bas de page

Merci à toi, Maureen.

 
Marie-Michelle


Je t'aime.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
84 poèmes Liste
780 commentaires
Membre depuis
21 avril 2006
Dernière connexion
15 novembre 2011
  Publié: 19 jan 2008 à 18:44 Citer     Aller en bas de page



(Toute renversée.)
(Y'a son sourire.)
(Lui, lui, lui ...)


Merci.
J'aime. Plus que ça.

 
Rouge


Ex-Érosion
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
68 poèmes Liste
4048 commentaires
Membre depuis
4 novembre 2006
Dernière connexion
8 décembre 2012
  Publié: 20 jan 2008 à 14:54 Citer     Aller en bas de page

Oui, ya son sourire qui flotte un peu partout
au goût d'olive
de lilas

D'Olivier quoi...


Merci.

 
Rouge


Ex-Érosion
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
68 poèmes Liste
4048 commentaires
Membre depuis
4 novembre 2006
Dernière connexion
8 décembre 2012
  Publié: 26 août 2008 à 13:28 Citer     Aller en bas de page

C'est pas faux. C'est comme une parenthèse ou l'on reprend son souffle, pour le reperdre un peu plus tard. Dans ce sens, c'est la coupure du rythme qui le rend justement différent.

Pour l'intensité, je suis d'accord avec toi. Merci.

 
Rouge


Ex-Érosion
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
68 poèmes Liste
4048 commentaires
Membre depuis
4 novembre 2006
Dernière connexion
8 décembre 2012
  Publié: 26 août 2008 à 14:29 Citer     Aller en bas de page

I will, I will. Révision...




Il est de ces sourires
Qu’un jour la pluie nous rend,
Au détour des navires,
Au détour des arpents.
Il est de ces sourires
Suspendus à tes lèvres
Quand je les baise au jour
Ou un soir à la lune.
Il est de ces sourires,
Les tiens sont ceux qui crèvent
Qui saignent au cœur,
Qui laissent
Des traces au creux des ronces,
Les tiens sont ceux des eaux
Des froids et des automnes
Quand l’air est frais, quand tôt
Les marins abandonnent
Le navire à sa proue
Nos mains à leurs bracelets,
Tes yeux à tes j’avoue
Et ton baume à mes plaies,
Il est de ces sourires
- les tiens sont encore pire
Qui trempent la plume dans l’encre,
Qui nous forcent à non-dire
J’ai pris la route des pins,
Tes sourires à la main
Ont glissé sous mes doigts
La neige a tes paupières,
Enveloppe en papier-soie
qu’on garde pure je sais,
Mais il est de ces yeux
Qu’on n’oublie au grenier
Parce qu’ils sont les plus beaux
Que tous les mots-papier
Ne pourraient jamais dire,
Ne pourraient Il existe,
existe des sourires
Et d’entre tous le tien,
Il est de ses sourires
À lui seul ton sourire
Ne se compare à rien
Quand au détour d’un mot
Tes yeux se greffent aux miens
Mes mots que tu répètes
Deviennent plus grands et fiers
Parce qu’ils viennent de ta bouche
Et parce qu’ils se décousent
En longs fils de dentelle,
Que j’aime tes mots tes yeux
Ton sourire et ton toi
Au pont percé, aux joies,
Ton sourire ne sera,
Il est de ces sourires,
Qui ne se comparent pas.

 
Rouge


Ex-Érosion
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
68 poèmes Liste
4048 commentaires
Membre depuis
4 novembre 2006
Dernière connexion
8 décembre 2012
  Publié: 5 avr 2009 à 18:46 Citer     Aller en bas de page

Euh, j'avais pas répondu.

Voilà, je réponds.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 2495
Réponses: 13
Réponses uniques: 7
Listes: 3 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :

La nuit, faut pas avoir peur des bateaux. (Autres)
Auteur : Desincarnage
La mort du livre et de son auteur (Autres)
Auteur : Rouge
Et Pénélope tisse le temps (Tristes)
Auteur : erualena
Je t'attendrai toujours (Amour)
Auteur : Lauriane
Les Marionnettes (Autres)
Auteur : Gally
après toi où les choses restent des choses sans âmes (Lettres ouvertes)
Auteur : Gouache
Gouache (Amour)
Auteur : Gouache

 

 
Cette page a été générée en [0,0545] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.