Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 22
Invisible : 0
Total : 22
13134 membres inscrits

Montréal: 22 févr 03:36:22
Paris: 22 févr 09:36:22
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: L'invitation Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
RiagalenArtem


"Vivre éternellement serait aussi difficile-me semble-t-il-que dormir toute la vie" эт&#
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
137 poèmes Liste
3181 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
28 janvier
  Publié: 11 sept 2012 à 19:11
Modifié:  12 sept 2012 à 03:09 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Un homme frappe à la porte. Sans un mot, il me tend une enveloppe scellée aux armes du Néant.
Sur le carton d'invitation, rendez-vous est donné : "L'habit de votre enfance sera exigé."
Une pâleur subite. Rappel cruel.

Il suffit d'un instant. L'attention se relâche. L'éclat de rire résonne comme un coup de cravache. On se retourne enfin mais on ne voit plus rien. On essaie de courir, on n'y arrive pas. Cloué au pilori du passé qui se venge.

Le temps s'est déchaîné, il a truqué les montres, les horloges sont folles, les sabliers sont vides. Entre les doigts glacés, le sable coule en rivière, on étouffe et l'on crie mais personne ne vient.

On coule dans les eaux sombres, on suffoque, on se noie, pour la première fois, on a peur de souffrir, le Léthé nous rejette pantelant sur la rive.
Un rêve affreux ?

La trêve entre hier et demain, fait la grève ou bien la sieste, une fête m'appelle, je suis un revenant qui n'en croit pas ses yeux : les feux sont allumés, les trois coups de Big Ben résonnent dans un parc, très loin de l'Angleterre.

Aux abords d'un lac, grand comme le Wintermere, une foule disparate joue une mise en pièces.
Ophélie fait la planche, les enfants de la Tour jouent avec Richard III, les filles du Roi Lear l'enlacent tendrement, la Duchesse d'Amalfi arbore une minerve, Julien Sorel est président, Valmont prêche l'abstinence, Dorian vieillit tranquillement, Dracula édenté grignote des gousses d'ail en écoutant Dupin raconter ses mémoires à Watson et Jekyll, Sherlock Holmes assassine, Mandrin est paladin, Oblomov au régime a vendu son divan.

Les morts ressuscitent et les Dieux agonisent, lançant quelques éclairs dans un ciel impavide. Il n'y a plus de matins.

La lune se lève à l'Est, les étoiles une à une tombent sous les tirs des anges au service du Diable qui tendrement referme ses griffes sur un monde de haine et de folie.

Et toi, tu ne fermeras plus jamais les yeux. Condamné à veiller pour toute éternité.

N'as-tu pas tué le soleil ?

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Cedoit être un four invisible." Gustave Flaubert
Sidonie Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
3744 commentaires
Membre depuis
10 avril 2011
Dernière connexion
10 mars 2018
  Publié: 12 sept 2012 à 03:49 Citer     Aller en bas de page

Pas facile à commenter...On cherche..
Qu'as-tu voulu nous faire savoir ?
Un cauchemar ?
Un monde et un au-delà ... à l'envers ?
Une invitation à revenir sur une enfance dilapidée, et un passé pas toujours simple..
Invitation à refuser.. quand on a tué le soleil ...(les hommes)..

  On voudrait que tout reparte d'où, un jour, tout s'est arrêté.
RiagalenArtem


"Vivre éternellement serait aussi difficile-me semble-t-il-que dormir toute la vie" эт&#
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
137 poèmes Liste
3181 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
28 janvier
  Publié: 12 sept 2012 à 05:48 Citer     Aller en bas de page

Pas facile à décoder ? Je le sais bien et c'est pour cette raison que j'ai posté ce texte. Prise de risque encore.

Mais comme tu m'as lu et répondu, tu mérites un éclaircissement...il sera ce qu'il sera ;-).

Les univers oniriques, baroques, aux franges d'un rêve qui n'en ai pas un. Une invitation au chaos. Pour avoir oui, tué le soleil, vengeance macabre. Celui qui parle a mérité son sort (ou pas ^^).

NB : les personnages évoqués sont mis sans dessus-dessous à l'inverse de ce qu'ils sont (The Duchess of Malfi de Webster qui se fait étrangler par son frère, Oblomov d'van Gontcharov, et les autres références aux pièces de Shakespeare où les "characters" sortent de leur histoire pour des rencontres "insensées")...tout cela est désarçonnant...mais j'aime bien me plonger dans cet envers-enfer...un soleil noir en somme.

Amitiés
Riagal

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Cedoit être un four invisible." Gustave Flaubert
Chris-Charmeur


Don't wake me up !...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
14 poèmes Liste
7521 commentaires
Membre depuis
24 juillet 2012
Dernière connexion
10 novembre 2018
  Publié: 12 sept 2012 à 06:09 Citer     Aller en bas de page



*..'•'....*˛... Raga

J’adore ce principe d’écriture… Faire interagir le lecteur avec sa propre pensée face à cette incompréhension…Un thème en cours d’écriture, nous en reparlerons prochainement...



*..'•'....*˛... ViTΛLiC

  Tous les textes sont déposés à la SGDL...
God bless you !...
RiagalenArtem


"Vivre éternellement serait aussi difficile-me semble-t-il-que dormir toute la vie" эт&#
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
137 poèmes Liste
3181 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
28 janvier
  Publié: 12 sept 2012 à 06:19 Citer     Aller en bas de page

;-)...spasibo Vita...c'est que j'ai tenté de faire. Un peu "diabolo", joulik dans l'âme, tu me connais^^.
(oui, on en reparlera :-)...)



  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Cedoit être un four invisible." Gustave Flaubert
Magnolia Forever Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
298 poèmes Liste
15415 commentaires
Membre depuis
18 juin 2006
Dernière connexion
20 février
  Publié: 12 sept 2012 à 09:30 Citer     Aller en bas de page

"La lune se lève à l'Est, les étoiles une à une tombent sous les tirs des anges au service du Diable qui tendrement referme ses griffes sur un monde de haine et de folie.

Et toi, tu ne fermeras plus jamais les yeux. Condamné à veiller pour toute éternité.

N'as-tu pas tué le soleil ?"...

Je me suis cru dans un film fantastique...frisson garanti...

Alex

 
Catwoman

Administratrice


« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
432 poèmes Liste
8406 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
21 février
  Publié: 13 sept 2012 à 15:26 Citer     Aller en bas de page

Je vis parfois de ses nuits : onirisme, cauchemars, tout se mêle. On se réveille la tête pleine, en ayant l'impression d'avoir (sur)vécu un sacré bord...
Perso, ce texte me parle bien.
Le style est original, la prose captivante.
Catherine

 
RiagalenArtem


"Vivre éternellement serait aussi difficile-me semble-t-il-que dormir toute la vie" эт&#
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
137 poèmes Liste
3181 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
28 janvier
  Publié: 14 sept 2012 à 03:23
Modifié:  14 sept 2012 à 03:26 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Alex, Domy (Papillonmystère), Catherine : un grand merci pour vos commentaires. Je ne m'y attendais pas sur ce texte...un peu déroutant ;-).

Et non, il ne faut pas avoir peur (pour toi Alex^^)...ce n'est qu'un "jeu", une fiction.
Si cela fait sortir certaines interrogations, des ressentis, un embarquement (par pour Cythère^^) aux marges du réel...tant mieux.

Amitiés
Riagal


  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Cedoit être un four invisible." Gustave Flaubert
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Je suis une partie de nous unique et multiple à la fois (chimay)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
300 poèmes Liste
17435 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
17 février
  Publié: 14 sept 2012 à 13:35 Citer     Aller en bas de page

Marrant (enfin j'me comprends) mais j'ai l'impression en lisant les commentaires être complètement partie sur autre chose de mon coté
Moi je lis quelqu'un qui apprend le décès d'un proche et se rappelle de son enfance, de ses rêves et lectures et pan la réalité dans la tête à la fin.
Je dois être un peu à coté de la plaque ?

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
RiagalenArtem


"Vivre éternellement serait aussi difficile-me semble-t-il-que dormir toute la vie" эт&#
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
137 poèmes Liste
3181 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
28 janvier
  Publié: 15 sept 2012 à 18:01 Citer     Aller en bas de page

Citation de Bestiole

Moi je lis quelqu'un qui apprend le décès d'un proche et se rappelle de son enfance, de ses rêves et lectures et pan la réalité dans la tête à la fin.
Je dois être un peu à coté de la plaque ?



Pas forcément, pas tout à fait...mais chut ! ;-) La fiction se dilue dans notre sang.
Je prends toutes les interprétations.
Merci d'avoir apporté la tienne.

Amitiés
Riagal

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Cedoit être un four invisible." Gustave Flaubert
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 716
Réponses: 9
Réponses uniques: 6
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0374] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.