Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 212
Invisible : 0
Total : 213
Équipe de gestion
· Maschoune
13177 membres inscrits

Montréal: 26 août 01:10:59
Paris: 26 août 07:10:59
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Envol'apparition Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
142 poèmes Liste
3297 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
15 août
  Publié: 5 oct 2012 à 12:43
Modifié:  5 oct 2012 à 16:12 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Corps brisés
Je les ai vus :
De grands rapaces,
Derviches tourneurs,
Closes sont leurs paupières.

Ils étaient pâles, ils étaient gris, dans leurs coquillages d'argile ;
Lividité d'un coup de lune sur leur nuques fragiles.

Sans prévenir en rafales ils se sont déchaînés ;
Brisant leurs chaînes, libérés, ils ont dansé...

Corps élancés, flambeaux sauvages de tristesses en jeux de joie ;
Têtes ceintes d'anneaux lunaires, ils m'ont porté à bout de bras.

J'entends encore hurler le vent à leurs bouches démentes,
Tremblants de froid sous les soleils en mille flammes ardentes,
Ecraser les pétales roses, de leurs jambes légères ;
Ciseaux tranchant sur le papier des figures d'algèbre.

Je les ai croisés soulevant les portes de l'univers ;
Dans l'arc de leurs bras amoureux se nichaient des chimères.

Comme on ouvre une porte, ils sont partis soudain,
Dans un frileux froissement d'ailes...les baladins.


  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Alponse BLAISE. Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
300 poèmes Liste
15480 commentaires
Membre depuis
18 juin 2006
Dernière connexion
24 août
  Publié: 6 oct 2012 à 06:49
Modifié:  6 oct 2012 à 06:50 par Alponse BLAISE.
Citer     Aller en bas de page

"Comme on ouvre une porte, ils sont partis soudain,
Dans un frileux froissement d'ailes...les baladins.".. ..........

Léger comme le vent doux comme la soie

Alex

 
pyc


la nature est peinture, la vie est poésie...maison de Monet à Giverny.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
1015 poèmes Liste
16386 commentaires
Membre depuis
29 novembre 2004
Dernière connexion
1er août
  Publié: 6 oct 2012 à 11:19 Citer     Aller en bas de page

l'impression que chaque mot est finement choisi, pour donner au final la sensation d'une plume qui maîtrise totalement son sujet, qui se donne sous un jour des plus beaux, qui est réfléchie...ça m'impressionne, et je me dis que pour faire poème semblable, il me faudrait des heures.
je ne sais pas en combien de temps tu l'as écrit, mais ce que je sais, c'est que je suis transporté !
amitiés très sincères à toi.
pyc.

 
Catwoman

Administratrice
Impossible d'afficher l'image
« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
441 poèmes Liste
8584 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
25 août
  Publié: 6 oct 2012 à 14:16 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Riagal,

J'adore les derviches tourneurs. Ca me rappelle Istambul, Saint Sophie, le poétique Bosphore...

J'apprécie particulièrement cette strophe :
Je les ai croisés soulevant les portes de l'univers ;
Dans l'arc de leurs bras amoureux se nichaient des chimères
.


Cujemo se,
Cath

 
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
142 poèmes Liste
3297 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
15 août
  Publié: 7 oct 2012 à 06:48
Modifié:  7 oct 2012 à 07:26 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Merci collectif pour ces derviches tourneurs dont les danses évoquent les rapaces...ne me demandez pas pourquoi ^^.

Pyc : C'est beaucoup trop d'honneur que tu me fais mais ce "texte" a été rapidement écrit en fin de semaine d'un jet...C'est parti d'une folle envie de m'apaiser dans une hyperactivité trop dévorante...alors j'ai moi aussi dansé, en fermant les yeux. C'est tout...(heu enfin, j'ai failli tomber aussi...^^).

Pétalederose : ;-)...tu me redonnes toujours le sourire...hé oui, mais malgré tout, c'était pas si fatal que tu te poses ici. J'apprécie :-)

Cat : comme dit à Pyc, je les ai un peu "revus"...oui ils existent depuis des siècles. Etrange confrérie qui a ses rites et toute une histoire. Et je te rejoins pour la beauté du Bosphore, surtout quand tombe le soir...

Alex : "léger comme le vent, doux comme la soie"...Un subtil commentaire qui me touche, comme une envolée...
et amitiés à vous tous.




  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
692 poèmes Liste
14864 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
25 août
  Publié: 7 oct 2012 à 07:46 Citer     Aller en bas de page



Raga...j'avoue que dans ce tourbillon d'images je ne fige pas les derviches qui paisiblement dansent jusqu'à s'étourdir...

Je trouve plutôt la vie avec ses pièges, les rapaces , les folies qui nous font danser sur le bord de l'abysse ...souvent

Merci pour cette proposition apocalyptique...

gala

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
142 poèmes Liste
3297 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
15 août
  Publié: 8 oct 2012 à 08:22
Modifié:  8 oct 2012 à 08:23 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Citation de Galatea belga


Raga...j'avoue que dans ce tourbillon d'images je ne fige pas les derviches qui paisiblement dansent jusqu'à s'étourdir...

Je trouve plutôt la vie avec ses pièges, les rapaces , les folies qui nous font danser sur le bord de l'abysse ...souvent

Merci pour cette proposition apocalyptique...

gala



De nada, Gala. Tu as raison pour le côté quelque peu "barré" ^^ et ton ressenti colle à ce que j'avais voulu exprimer en tourbillon...les derviches tourneurs ne sont pas la base du texte, mais purement métaphoriques...pas besoin de plus décortiquer.
Merci pour ton comment'.
Baci...

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Chris-Charmeur


Don't wake me up !...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
14 poèmes Liste
7521 commentaires
Membre depuis
24 juillet 2012
Dernière connexion
10 novembre 2018
  Publié: 9 oct 2012 à 06:45
Modifié:  9 oct 2012 à 06:45 par Chris-Charmeur
Citer     Aller en bas de page

...°\=/°.Riagal

Le ressenti est varié...
L'écriture est bien ciselée, comme pour faire un bon travail...
Et il va encore me dire qu'il a écrit cela en coup de vent...
J'adore tes mots empilés les uns sur les autres... Mots au milieu de décombres... Une plume écrite d'une main, d'un bras... Un bras comme une cage armé de bras... Bah... J'y vais aussi de mon p'tit truc machin littéraire... Des fois quand je lis je me laisse emporter... Je désapprouve les résistances pour empêcher que ne s’écrivent nos idées du moment...

*..'•'....*˛... ViTΛLiC[/right]

  Tous les textes sont déposés à la SGDL...
God bless you !...
ballandine


Moi, quand je rêve de liberté....
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
49 poèmes Liste
3939 commentaires
Membre depuis
17 décembre 2010
Dernière connexion
7 août
  Publié: 12 oct 2012 à 08:53
Modifié:  12 oct 2012 à 08:58 par ballandine
Citer     Aller en bas de page

Etourdissant..cet élan !

Il nous enrobe en vertige....vers des lunes et des flammes....au mysticisme...hypnotisant..

En ce qui me concerne, pas mécontente qu'une chute les éloigne soudainement....:

Un écrit qui transporte, qui guérit ou qui ravage...l'âme sensible






Bon , je dois avouer que les derviches "tourneurs" m'ont toujours inquiétée...Leurs tournis immobile et glacial....me fait toujours frisonner....de peur...bien que vraiment facscinant...et comme dit ViTaLic "le ressenti est varié"

  Ecrire est un acte d'amour, S'il ne l'est pas il n'est qu'écriture (Cocteau)
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
142 poèmes Liste
3297 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
15 août
  Publié: 13 oct 2012 à 08:54 Citer     Aller en bas de page

- Vita : oui, sorti d'un souffle...c'est comme ça. Juste pour se "recentrer".

- Ballandine : guérit ou ravage...si ça ravage, âmes sensible s'abstenir ;-)...mais il n'y a pas de quoi trembler.

Bises à vous deux.

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 989
Réponses: 9
Réponses uniques: 7
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0354] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.