Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 37
Invisible : 1
Total : 38
13086 membres inscrits

Montréal: 21 mars 10:29:52
Paris: 21 mars 15:29:52
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Fatale fêlure (reprise) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
651 poèmes Liste
18562 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
3 février
  Publié: 13 déc 2007 à 14:03
Modifié:  14 déc 2007 à 02:24 par Bestiole
Citer     Aller en bas de page



Fatale fêlure

Le brouillard stagne sur la ville ;
Elle sent le rance futile ;
C’est comme ça depuis des jours,
Le temps s’affiche sans détour ;

Drôle de jour où j’ai compris ;
Elle fut triste cette nuit,
Com’ cet ange de pacotille,
Pour la saison qui se maquille ;

Dix ans déjà ces Coups de vent,
Ces Aléas qu’on ne comprend ;
Et me voilà, je réécris
Les mêmes douleurs et leurs cris ;

Tu ne connais pas ma fêlure
Tu ne connais le goût du sang,
Tu ne connais ma vie d’avant,
Tu n’as rien su de ces brûlures ;

Y en a qui disent : c’est joli,
Ce qu’il y a dans mes écrits ;
Pauvres cœurs à peine meurtris
Dans leur petit monde inscrits ;

C’est la vie et c’est comme ça,
Il fallait pas, quelle ironie…
Pour cette plaie jamais guérie,
Mais c’est la vie, c’est comme ça ;

Alors tu vois, je vais te dire
Là où il ne faut pas aller ;
T’auras le choix de t’en aller
Ou persister dans ton délire ;

Tu connais très bien ta fêlure,
Tu sais un peu le goût du sang,
Tu connais ta vie à l’instant,
Tu sais que trop bien tes brûlures ;

Tu attends de l’amour du vent,
Là où tu voudrais tant un père,
Tu ne récupères qu’un amant
Flanqué d’un amour suicidaire ;

Alors comment faire ta vie,
Inventer un futur de guerre ?
L’amour est loin de ta misère,
De tes tourments, ton ironie ;

Alors continue de payer
Ce qui ne t’appartient ou pas ;
Alors continue d’enterrer
Ton cœur dans cette alcôve ou pas ;

Continue de te faire croire
Que l’amour est une dette ou pas ;
Continue de te faire croire
A ton chemin de croix ou pas ;

Laisse ton amour tout chagrin,
Fais sauter tes chaînes mentales,
Pars vers cet ailleurs idéal,
Pars vers ton amour, ton dessein ;

Tu le veux lui, pour lui, pour toi,
Porté toutes voiles dehors ;
Tu voudrais et tu ne veux pas
Que ton navire ne soit d’or ;

Tu voudrais une mer houleuse
Qui vous emporterait très loin
Des habitudes ennuyeuses
De cet habituel train-train ;

Il t’offrira de belles fleurs
Qui fleuriront ton ventre rond,
Il t’offrira de longues heures
Ornées d’amour et de passion ;

Vous aurez quatre grands murs blancs
Que vous décorerez de roses
Sentant des parfums enivrants
Qui vous sortiront du morose ;

Il t’emmènera, tout là-haut,
Jusqu’à l’étoile où il est né,
Sous les cieux les plus beaux
Tu seras heureuse, juré !

Alors vous resterez là-bas,
Tous les deux, pour toujours, enfin !
Et vous regarderez en bas
Se fatiguer tous ces crétins

Et devant leurs visages blêmes
Ils verront ces cons que tu aimes !
Alors tu vois, c’était mon rêve…
Ferme les yeux, l’aube se lève ;

Alors prends-le comme le tien,
Moi je n’ai su que te l’écrire ;
Drôle de jour que ce matin
Où Aléas devra mourir.

Alors prends-le comme le tien,
Même que je le voudrais nôtre ;
Drôle de jour que ce matin
Où j’garde le regret d’un autre ;

Alors prends-le comme le tien,
Y a pas de fumée sans feu,
Y a pas de fatal destin,
On s’aimera dans d’autres lieux ;

Alors prends-le comme le tien,
C’est le plus beau cadeau que j’ai,
Ce ne sont que des mots, enfin,
C’est plus que ça, je le promets ;

Alors prends-le comme le tien,
Et ce n’est pas qu’une caresse,
Ce n’est pas qu’un billet de rien,
C’est de mon cœur une promesse

Je t’aime, tu sais, tu me manques,
Je n’entends pas bien ton silence,
T’es à mon cœur sa calanque,
Tu gardes cette place immense ;

Je voudrais être ta peluche
Mais maudite cette distance ;
Tu m’as recueilli en ta ruche
Tu m’as redonné la confiance ;

Alors qu’importe où cette vie
M’emmènera, ailleurs, à toi ;
Tu restes à jamais, ma mie,
Mon petit paradis à moi.



Tilou

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
651 poèmes Liste
18562 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
3 février
  Publié: 16 déc 2007 à 13:38 Citer     Aller en bas de page


Merci de ton passage et de ton ressenti...

Je ne peux te dire que oui... c'était tout ça..

Amicalement,

Tilou

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
PetitPrince


C’est le temps que tu perds pour ta rose qui la rend si importante à tes yeux (St Exupéry)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
26 poèmes Liste
303 commentaires
Membre depuis
27 mai 2003
Dernière connexion
16 janvier 2009
  Publié: 9 févr 2008 à 03:14 Citer     Aller en bas de page

J'aime beaucoup ton poème...Les mots qu'il mets sur quelque chose que je n'ai jamais su formuler. A la fois la syntaxe brisée comme les pensée en désordre d'un matin tourmenté, et les mots très évocateurs qui peigne des images claires.
Un passé qui ne passe pas, une amie qui te réapprends le bonheur (en tout cas c'est ainsi que je le ressens) et qui pourtant te fait souffrir et te semble étrangère par certain coté, et surtout distante!


  Petit Prince
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
651 poèmes Liste
18562 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
3 février
  Publié: 12 févr 2008 à 00:29 Citer     Aller en bas de page


Tu as saisi le fond... J'ai toujours du mal avec ce poème car il est très à ma mémoire et s'appuie sur des blessures dont je n'ai pas encore tout fait cicatriser.

Mais merci, d'avoir posé ces mots. Il traduise un peu (beaucoup ?) le fond du poème...

Merci

Tilou

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
saldday


Lorsque souvent au fond de mon coeur penetre comme un trait le souvenir de tes mots....
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
93 poèmes Liste
2326 commentaires
Membre depuis
28 août 2007
Dernière connexion
15 mars
  Publié: 5 avr 2008 à 13:39 Citer     Aller en bas de page



Bonjour... j'ai pas encore
tout lu de toi...mais je m 'y emploi...
car celui-ci est ...SUBLIME !!!

chapeau!!! bas! poète!!

et je continue...

Saldday.

  Nous sommes le temps qui nous reste.
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
651 poèmes Liste
18562 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
3 février
  Publié: 7 avr 2008 à 06:19 Citer     Aller en bas de page

Je préférais la première version. Celle-ci est un peu trop contrariée quoiqu'elle me résonne encore au fond..

Merci

Amitiés

Tilou

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1843
Réponses: 5
Réponses uniques: 3
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :

On s'oubliera comme on s'est aimés. (Tristes)
Auteur : Julie
Les couleurs du silence (Tristes)
Auteur : Loup8084
Ne viens pas ... (Tristes)
Auteur : Bestiole

 

 
Cette page a été générée en [0,0308] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.