Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 25
Invisible : 0
Total : 28
· EmikoLian · manusaran · valise
13256 membres inscrits

Montréal: 15 oct 17:41:07
Paris: 15 oct 23:41:07
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Evasion médiévale Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
144 poèmes Liste
3329 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
31 août
  Publié: 19 oct 2012 à 14:48
Modifié:  21 oct 2012 à 13:18 par Bestiole
Citer     Aller en bas de page

Quand la pierre aux entrailles pèse plus lourd que le corps
Quand la gorge se serre et qu'on veut vivre encore
Quand la marée en baisse laisse une plage à vif
Quand des os à la peau glisse la lame du canif

Les idées fusent au loin, jusqu'aux toits qui se penchent
Les fenêtres en ogive s'ouvrent sur une avalanche
De béances opaques à la craie des absences
Implosion d'une bulle sur les murs du silence

Claquement de la porte, non, je ne suis plus là
Tu peux toujours courir, je ne laisserai pas
Tes griffes me saisir, de toi être la proie
Je file vers mes remparts où reposent mes joies

Par la rue anonyme je faufile mes pas
Jusque dans cette allée où nul ne me suivra
Plus rapide que la valse des ombres dans les flaques
Je m'efface dans les brumes aux vêtures d'entrelacs

Silhouette engloutie par les arceaux des arbres
Aux cimes de paprika que saupoudrent sans fards
Les filets des canaux tissés par la Voulzie
Qu'enjambent de petits ponts aux rampes vernies de pluie

Les lavoirs se souviennent des laines aux bleus transis
L'emblème et la richesse de la ville qui jadis
Narguait les rois de France et dressait ses tourelles
Sur les champs et les plaines, insolente et rebelle

Aux croisées des sentiers, j'imagine la foule
Marchands et baladins portés par une houle
De parfums et d'épices, la route de la soie
A laissé ses empreintes sur les roses du beffroi

Doucement je reviens des siècles parcourus
Ivre des vins de cannelle, des coupes de verjus
Bues au coin des prunelles, lueurs du crépuscule
A la terre crépitante qu'un rayon vert allume...

Sauvé de la noyade, gagnant d'une bataille
L'âme et l'esprit lavés, j'ai séché mes entailles
Sur un bonheur du jour égrené de victoires
Triomphe sur l'ennemie décapitée ce soir...



  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
692 poèmes Liste
14864 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
14 octobre
  Publié: 19 oct 2012 à 18:04 Citer     Aller en bas de page

Sauvé de la noyade, gagnant d'une bataille
L'âme et l'esprit lavés, j'ai séché mes entailles
Sur un bonheur du jour égrené de victoires
Triomphe sur l'ennemie décapitée ce soir...

Je ne sais pas combien de fois tu devras te battre en bataille , mais j'espère que ta volonté et te forces t'assistent...

Beau poème au goût d'autrefois et magnifique cavalier qui parcourt des étranges , dangereuses contrées...



lilia

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Maman Luciole


Tout but est un leurre, seul le voyage est véritable
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
69 poèmes Liste
1602 commentaires
Membre depuis
17 septembre 2012
Dernière connexion
20 février 2018
  Publié: 20 oct 2012 à 03:16
Modifié:  20 oct 2012 à 03:17 par Maman Luciole
Citer     Aller en bas de page

La Voulzie : cours d'eau près de Provins ? Belle ville médiévale qui prête effectivement à un retour dans le moyen-âge...
un très beau poème que j'ai vraiment aimé.
A force de gagner des batailles on finit par gagner la guerre !
Amitiés.
La Marmotte

 
Catwoman

Administratrice
Impossible d'afficher l'image
« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
444 poèmes Liste
8631 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
15 octobre
  Publié: 20 oct 2012 à 04:24 Citer     Aller en bas de page

Très beau texte Riagal. J'apprécie,
Cath

 
ladysatin


Ma plume est une brodeuse de mots .
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
211 poèmes Liste
4082 commentaires
Membre depuis
6 avril 2009
Dernière connexion
25 septembre
  Publié: 20 oct 2012 à 07:52 Citer     Aller en bas de page

Vive le Moyen âge!!! et ton joli poème que j'ai adoré lire

Merci Riaga

  Septembre ronronne aux couleurs de Charlie
Alponse BLAISE.

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
300 poèmes Liste
15488 commentaires
Membre depuis
18 juin 2006
Dernière connexion
15 octobre
  Publié: 20 oct 2012 à 11:22 Citer     Aller en bas de page

"Aux croisées des sentiers, j'imagine la foule
Marchands et baladins portés par une houle
De parfums et d'épices, la route de la soie
A laissé ses empreintes sur les roses du beffroi

Doucement je reviens des siècles parcourus
Ivre des vins de cannelle, des coupes de verjus
Bues au coin des prunelles, lueurs du crépuscule
A la terre crépitante qu'un rayon vert allume..."...

De très belles descriptions qui nous plongent dans un autre monde...j'ai beaucoup aimé te suivre dans ses sentiers médiévaux....

Alex

 
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
144 poèmes Liste
3329 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
31 août
  Publié: 20 oct 2012 à 18:50 Citer     Aller en bas de page

Thanks Gala, La Marmotte, Cath, Ladysatin, et toi Alex...
Une envie de tromper le temps en traversant les siècles...Nan, en fait, c'était une balade salutaire. Anton Tchékov disait qu'il trouvait dans la nature tous les apaisements.
En compatriote, je suis d'accord. Le mal s'en va à son contact et dans la ville médiévale, ce n'est pas vraiment la ville...très vite on rejoint les parcs et les bois qui m'ensoleillent.

Amitiés à toutes.

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
305 poèmes Liste
17760 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
12 octobre
  Publié: 21 oct 2012 à 13:19 Citer     Aller en bas de page

On s y croirait

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
144 poèmes Liste
3329 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
31 août
  Publié: 21 oct 2012 à 14:46
Modifié:  21 oct 2012 à 14:47 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Spasibo Bestiole....:-)
J'ai pas vraiment prémédité...et c'est un peu de Volga que j'ai fait couler au coeur de la Voulzie aux temps anciens de Vladimir, le Soleil Rouge, comme quoi...on met des racines où l'on veut pour retrouver un peu de sa "maison". Ca fait un bien fou...(sourires).
Amitiés.

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Chris-Charmeur


Don't wake me up !...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
14 poèmes Liste
7521 commentaires
Membre depuis
24 juillet 2012
Dernière connexion
10 novembre 2018
  Publié: 24 oct 2012 à 18:24 Citer     Aller en bas de page



...............ılılı.. Riagal


Spasibo Riagal

Et moi, je retourne à la maison, me ressourcer... A Karlovac, ville construite en étoile, ville aux quatre rivières et surtout au mois d'aoît pour la dina piva, fête des bières...
Hummmmm!......... Un texte qui me donne nostalgie...

Go on Riagal...

Priviet


...............ılılı.. ViTΛLiC

  Tous les textes sont déposés à la SGDL...
God bless you !...
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
144 poèmes Liste
3329 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
31 août
  Publié: 27 oct 2012 à 13:50 Citer     Aller en bas de page

Spasibo en "boomerang" l'ami mais je suis un peu largué...tu es déjà parti ? Si oui, que ton séjour et ce retour aux sources te soit profitable.
Удачи  тебе
:-)

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1150
Réponses: 10
Réponses uniques: 8
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0374] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.