Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 126
Invisible : 0
Total : 128
· Orélia · Jean-Claude Glissant
13275 membres inscrits

Montréal: 22 oct 04:54:56
Paris: 22 oct 10:54:56
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Nouvelles littéraires :: Alizé *mon Amour de corbeau* Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] 2 :: Répondre
Alponse BLAISE.

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
300 poèmes Liste
15489 commentaires
Membre depuis
18 juin 2006
Dernière connexion
21 octobre
  Publié: 28 jan 2012 à 11:11
Modifié:  24 déc 2015 à 11:23 par Alponse BLAISE.
Citer     Aller en bas de page

Texte et photo protégés par Copyright

n° 00042597


Alizé *mon Amour de Corbeau*...



-1ère Partie-



Magnétiseur de mon état, comme de nombreux guérisseurs, je suis en relation spirituelle avec un « guide », afin de pouvoir recevoir conseils et moyens pour les personnes arrivant jusqu’à moi. Le guide qui est le mien est Saint Benoît, moine bénédictin, proclamé en 1964, « Patron de toute l’Europe. »
Saint Benoît au cours de sa vie monastique en Italie a entretenu des liens privilégiés avec les oiseaux qui vivent en bandes dans ce pays : les corbeaux.
Il est d’ailleurs très souvent représenté un corbeau à ses pieds.
La lecture autobiographique de celui-ci nous apprend que durant sa retraite en solitaire dans une grotte, un corbeau lui a sauvé la vie en jetant dans le vide un pain empoisonné qu’on venait de lui offrir.

En toute logique, je lui avais donc promis de venir en aide à tout corbeau blessé ou en difficulté qui pourrait se trouver dans mon environnement.

Bien des années après, l’occasion m’a été donnée de remplir cette promesse.



Nous sommes un 24 août, date marquante de mon existence.
Ce jour-là, André mon premier époux, me quittait pour s’envoler vers l’Amour et la Lumière de Dieu.
Chaque année à cette époque dans mon âme s’entremêlent joie et tristesse : la souffrance de son départ et le bonheur que je ressens quand mon âme rejoint la sienne dans un élan d’amour.
Je ne peux donc recevoir plus beau cadeau que ce corbeau blessé atterrissant bruyamment dans l’allée de mon jardin et venant de nulle part, comme s’il avait déchiré l’espace de ce ciel si bleu.
Il fait un temps magnifique, nous déjeunons dans le jardin, à l’ombre de la maison. Je sors de table et m’approche de lui avec mille précautions. Il me regarde et ne bouge pas. Il ne semble pas effrayé, mais pousse des croassements déchirants. Ses pattes sont ensanglantées et des lambeaux de chair pendent laissant voir les os. Je demande alors à Jean mon second mari, de venir m’aider afin d’essayer de le soigner.

C’est un bel animal aux plumes noires et brillantes avec un bec puissant.

Nous le prenons avec délicatesse et le déposons sur la table de la buanderie. Il ne manifeste ni frayeur, ni agressivité. Tandis que Jean le tient, je vais chercher la trousse de soins pharmaceutiques.
Je badigeonne ses pattes de mercure au chrome. Jean maintient fermement son bec afin d’éviter tout danger d’agressions, car je risque de lui faire mal en le soignant. Soigneusement, j’emballe les pattes dans des bandes de crêpe. Nous le caressons et le félicitons pour sa docilité. Il semble satisfait et nous suit jusqu’à la table du jardin. Il reste auprès de nous et partage quelques miettes de nourriture. Il n’a peur, ni des chiens, ni des chats et me suit lorsque je débarrasse la table.

Je lui dis : ¨je vais t’appeler Alizé, tu reviendras demain pour que je change tes pansements.¨
Sur ce, il va s’installer sur une branche du grand peuplier d’Italie qui longe l’allée du jardin.

En fin d’après -midi, je prépare les écuelles des animaux sur la table de jardin. À ma grande surprise, il se pose à côté de moi et tire avec son bec de la pâtée pour chat. Je lui prépare une assiette copieusement garnie.
Rassasié, il emmène un gros morceau de nourriture qu’il enterre soigneusement dans le jardin. Puis, il revient vers moi et me suit pas à pas.
Je n’arrive pas à réaliser une telle aventure. Curieuse de connaître la suite, je décide de m’allonger dans l’herbe.
Il s’allonge à son tour, tout contre moi. Je le caresse tendrement et lui parle comme je le fais avec mes autres animaux.
Il doit apprécier mes caresses, car à un moment donné, il se laisse tomber sur le côté, relève une aile vers l’arrière et fait tourner ses yeux comme s’il prenait une syncope. Je suis aux anges, cette histoire d’amour, me semble irréelle.
Oui, c’est une histoire d’amour extraordinaire, impensable, hors du commun, que je suis en train de vivre avec cet animal sauvage.


J’ai cette impression bizarre que nous nous connaissons depuis longtemps déjà et que nous nous retrouvons pour partager à nouveau des moments de bonheur, d’harmonie et de complicité.
Comment expliquer une telle attitude chez un animal surgi de nulle part, si ce n’est par le biais d’une vie antérieure, où nous aurions connu de semblables moments.


Tout comme dans la chanson magique de Barbara, « l’Aigle Noir » : ¨surgissant du passé, il m’était revenu¨.
Le soir tombe doucement, l’air est tiède et mon cœur encotonné bat à l’unisson de cette nature que j’aime tant.
Alizé s’envole vers le peuplier, son refuge pour la nuit.

Le lendemain matin, lorsque je m’éveille, ma pensée première s’envole vers Alizé.

Est – il encore là ou s’en est-il allé, insouciant, continuer sa route de migrateur ?
Je sors dans le jardin, je ne le vois pas.

À tout hasard, je m’écrie : ¨ Alizé, Alizé¨ …!
Au même instant, il se pose à mes pieds en croassant, probablement pour me dire bonjour.
Je change ses pansements, lui donne à manger et il retourne satisfait dans son arbre préféré.
Durant plusieurs jours, il va aller et venir de la terrasse au peuplier, guettant tous mes faits et gestes. Il ne s’éloigne pas, car je pense que ses plaies le font souffrir et le fatiguent.

Les après- midi, il apprécie de se coucher dans la haie qui borde l’allée du jardin profitant paresseusement de la chaleur et du soleil.
Je vais souvent lui rendre visite, le caresser, lui tenir un brin de conversation.
Son plus grand bonheur est de s’allonger dans l’herbe tout contre moi, détendu, confiant, écoutant ravi le son de ma voix. Nous savourons avec délice ces instants magiques.

Il participe à nos activités : jeux, jardinage, repas, promenades.

Les autres animaux de la maison sont ses amis et eux aussi, l’ont adopté sans restriction.
Il faut les voir, ¨Pussy Cat ¨ le petit chat rouquin et lui, installés sur le fauteuil de jardin, l’un sur le dossier, l’autre sur le coussin, copains et complices. Il est amusant de les voir manger ensemble, lui, effronté sous le nez du chat qui attend nonchalamment son tour.

Son attachement à moi ne fait aucun doute. Lorsque je vais en ville faire des courses, il vole au-dessus de ma voiture, m’accompagnant jusqu’à l’artère principale. Je le vois retourner à son peuplier dans l’attente de mon retour.

Dès qu’il aperçoit ma « Mini » verte, il plane au-dessus de mon véhicule et me raccompagne ainsi jusqu’à la maison. À peine suis-je sortie de la voiture qu’il se pose sur mon épaule, frottant sa tête sur ma joue et ce, pour mon plus grand bonheur.

S’il est très câlin, il est aussi très coquin ; il s’amuse à me jouer de petits tours, par exemple, quand j’étends mon linge.
Aussitôt qu’il repère la bassine rouge, il descend rapidement de son arbre et se pose sur les poteaux de fer. Il croasse en me regardant malicieusement, tire sur les épingles à linge qu’il s’empresse d’enterrer dans le sol.
Je lui cours après et le prends dans mes bras pour le sermonner, mais devant son regard si tendrement innocent, je me contente de lui caresser la tête.

Il m’arrive de rester au premier étage de la maison pour vaquer à mes occupations de femme d’intérieur. S’il trouve le temps trop long et s’ennuie de moi, il vole jusqu’à la fenêtre du salon et fait un tel raffut que je me vois dans l’obligation de m’occuper de lui.

Il s’est pris d’affection pour Jean aussi et il nous arrive de nous allonger tous les trois dans l’herbe pour savourer quelques moments de détente.
Notre petite fille a réussi à l’apprivoiser à son tour et le grand bonheur d’Alizé est de tirer sur ses longs cheveux châtains lorsqu’elle joue avec lui dans le jardin.

Curieusement, aucune autre personne ne peut s’approcher de lui, car il s’enfuit à la moindre tentative de contact, comme le ferait d’ailleurs tout corbeau sauvage.

Il est donc bien venu pour nous et pour nous seulement.

Cela va faire un mois qu’Alizé est en notre compagnie.

Il a repris des forces et une certaine rondeur aussi.
Sa guérison est évidente, mais une de ses pattes a perdu sa flexion articulaire et ne peut plus se plier. Toutefois, ce handicap lui occasionnant un léger boitement ne semble pas l’affecter outre mesure.

Désormais, il s’éloigne un peu plus de la propriété, mais n’est jamais très loin.

Je pense avec angoisse que c’est un oiseau migrateur et que dans les jours à venir, avant l’arrivée de la mauvaise saison, il me quittera pour s’en aller vers son destin.
Depuis son arrivée, je le sais, c’est une évidence, mais je refuse cette réalité, car j’imagine à quel point son départ va me faire souffrir.



Nous sommes le dernier samedi de septembre, il pleut des cordes.

Alizé me regarde, perché sur la pompe du puits. Je sors de la véranda et me dirige vers lui, bien à l’abri sous mon parapluie.
À mon approche, il bat des ailes et croasse de joie. Je le caresse, lui parle comme à l’ordinaire, mais il s’agite fébrilement, des sons étranges sortent de son bec, des sons qui ressemblent au langage du mainate. Aucun doute, il essaie de me parler et son comportement me laisse à penser que son message a grande importance.

Ma fille n’en croit pas ses yeux. Je lui demande de me laisser seule avec lui, car j’ai compris la détresse de mon petit compagnon.

L’heure est venue pour lui de nous quitter, il sait ce que cela représente pour moi. Je le rassure en lui caressant la tête, tout en lui accordant la permission de continuer sa vie de corbeau. Je lui dis que je l’aime de toute mon âme, que le souvenir de notre rencontre restera gravé au plus profond de moi et que chaque fois que passera un vol de corbeaux dans le ciel , un pincement au cœur me rappellera notre aventure.
Alizé se calme, heureux et soulagé, il me fait des câlins. Je rentre un peu triste… lui repart dans son peuplier.

Le reverrai-je encore demain pour un dernier adieu ?...


************************************


-2ème Partie-



Le lendemain dimanche, nous devons nous rendre à l’Abbaye bénédictine de la Pierre qui Vire, balade prévue de longue date où je dois m’entretenir de choses spirituelles avec un moine spécialisé en théologie.

Étrange coïncidence, vu les circonstances, que cette visite dans un lieu sacré où plane l’ombre de mon bien-aimé guide Saint Benoît, ami des corvidés.

Le matin de ce jour, le temps si maussade de la veille a laissé la place à un ciel radieux et ensoleillé.

Avant de partir, nous descendons dans le jardin où nous trouvons Alizé qui nous attend sur le bord de la fontaine. Je lui donne à manger comme d’habitude. Son repas terminé, il se pose sur mon épaule en me donnant des coups de bec affectueux sur le visage et dans la chevelure. Il se pose tour à tour sur l’épaule de Jean, sur celle de notre fille, tirant de bon cœur sur ses longs cheveux.
L’air s’égaie de rires, de cris, de croassements. De purs moments de jeux et de bonheur.

Il repart sur la fontaine et dans un dernier regard s’élance vers le ciel, gracieux et irréel, pour n’être plus qu’un point dans l’horizon.
Il disparaît complètement, seul son cri parvient jusqu’à nous, durant quelques secondes encore.

¨Au revoir mon Alizé, fait attention à toi, je t’aime.¨….

Ma gorge se serre un peu, mais mon cœur est en paix, mon guide m’attend là-bas, dans ce merveilleux paysage du Morvan.


Cela fait plus d’une heure que nous roulons.


Le Morvan nous ouvre les portes de son superbe décor fait de prairies et de sapins qui s’entrelacent harmonieusement. Les bas-côtés des petites routes sillonnant les forêts sont le refuge de quantités de corbeaux, volants, marchants, libres, sauvages dans ce paysage de carte postale.


Quelques kilomètres avant d’arriver à la Pierre qui Vire, nous traversons une forêt de sapins, dense et fraîche où nous faisons une halte pour admirer ce lieu de paix, d’harmonie, de beauté. Un silence grandiose nous entoure donnant cette impression étrange d’être rentrés dans un autre monde.

C’est magique…

Nous repartons quelques minutes plus tard pour arriver enfin dans la clairière qui abrite le monastère et ses dépendances.
Je me dirige vers l’imposante abbaye, chef-d'œuvre d’architecture, témoin séculaire de l’ingéniosité humaine. Un bijou dans un lieu tellurique, écrin sacré aux vibrations puissantes, choisi sciemment par des intelligences initiées.

- Un égrégore de silence, de bien-être, de plénitude.-

Mon état médiumnique me fait ressentir ces vibrations avec une telle force que j’ai la sensation de ne plus toucher le sol. Mon âme plane légère et libérée de son emprise terrestre.
Pourtant, je suis consciente, car je réalise l’ampleur de ces émotions spirituelles.
Mes pas m’ont conduite jusqu’au parvis de l’abbaye.

Un porche fermé par une immense porte sculptée en bois massif se dresse devant moi. Sur les montants de cette porte, une statue gigantesque, travaillée dans la masse, représente Saint Benoît debout, un corbeau à ses pieds.

À cet instant, mon cœur bat très fort, je crois que je vais m’évanouir.


Là, devant moi, Alizé, cristallisé, s’est figé pour l’éternité…


Je comprends, maintenant, la raison de sa blessure. Il a crevé le mur de l’espace- temps, pour me retrouver dans cette incarnation.

Libéré de sa prison de bois, il est venu jusqu’à moi, reprenant vie le temps d’une romance, au nom d’un amour qui a traversé les siècles. Puis, il m’a ramenée en ce lieu retournant à son état premier, dans l’implacable logique des choses établies.

Je sais maintenant que je ne reverrai plus jamais Alizé.


Chaque fois que le cri d’un corbeau parvient jusqu’à moi en déchirant le silence d’un ciel un peu trop vide, mon cœur bat un peu plus fort dans ma poitrine et je ne peux m’empêcher de murmurer ¨Alizé ¨.



Alphonse BLAISE.



*Cette histoire est une histoire vraie vécue par moi, il y a plus de 22 ans de cela...J'ai l'impression que c'était hier...Je n'oublierai jamais...
- Photo d'Alizé-

 
Elodie Daraut

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
119 poèmes Liste
620 commentaires
Membre depuis
20 août 2011
Dernière connexion
11 octobre
  Publié: 28 jan 2012 à 11:36
Modifié:  28 jan 2012 à 11:37 par Elodie Daraut
Citer     Aller en bas de page

touchant

nous sommes tous des corbeaux ou des corneilles bien trop souvent blessés, méprisés ou haïs, il est heureux de croire en quelque chose

et de donner des prénoms à autre chose qu'à des Pandas (quoi que)

pour ce texte et certains de tes poèmes que j'ai aimé lire

  ⠨⠺⠓⠕ ⠙⠑⠑⠍
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
692 poèmes Liste
14864 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
20 octobre
  Publié: 28 jan 2012 à 11:41
Modifié:  28 jan 2012 à 13:41 par Galatea belga
Citer     Aller en bas de page

Alex , chère Alex...

heureusement tu n'es pas au delà de l'écran car sinon j'aurais honte de mes larmes.
Alizé est pour moi le symbole merveilleux de tout ce que nous n'arrivons pas à comprendre de cette création ,de ses êtres vivants ou pas et de oh, combien fabuleuse, peut être notre existence quand nous avons le plaisir et l'humilité de la découvrir.
Un immense merci.
ta petite lilia


  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Alponse BLAISE.

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
300 poèmes Liste
15489 commentaires
Membre depuis
18 juin 2006
Dernière connexion
21 octobre
  Publié: 28 jan 2012 à 12:34 Citer     Aller en bas de page

Auteur : Datura :: Posté : 2012-01-28 11:36:29
touchant
nous sommes tous des corbeaux ou des corneilles bien trop souvent blessés, méprisés ou haïs, il est heureux de croire en quelque chose
et de donner des prénoms à autre chose qu'à des Pandas (quoi que)
pour ce texte et certains de tes poèmes que j'ai aimé lire ..
Merci Datura ...ton passage et tes mots me touchent....


Auteur : Galatea belga :: Posté : 2012-01-28 11:41:33
Alex , chère Alex...
heureusement tu n'es pas au delà de l'écran car sinon j'aurai honte de mes larmes.
Alizé est pour moi le symbole merveilleux de tout ce que cous n'arrivons pas à comprendre de cette création ,des ses être vivants ou pas et de oh combien fabuleuse peu être notre existence quand nous avons le plaisir et l'humilité de la découvrir.
Un immense merci.
ta petite lilia...

Ma petite lilia, tu sais quand je l'ai écrit ce texte, je pleurais aussi, tant cette histoire a marqué ma vie...et souvent j'ai vécu des aventures extraordinaires avec la nature mon amie et les animaux...

Je suis touchée par tes larmes et je t'embrasse tout fort...



Auteur : heak1925 :: Posté : 2012-01-28 12:16:52
Chère Alex, il y a bien longtemps que je n'avais lu histoire si poignante et franchement qui osera dire que les hommes n'ont pas de larmes...
J'ai eu cette impression de te suivre à travers ta narration, fluide, précise et pleine d'une émotion intense...
Moi qui suis intéressé quelque peu par le surnaturel, cette "réincarnation" d' Alizé était sans aucun doute un signe...
Je sais que le mot surnaturel n'est peut-être pas approprié à ta nouvelle, mais on peut le penser...
Merci pour ce magnifique texte...Amitiés...
Hubix...
Cher hubix, je suis ravie d'avoir ce commentaire de partage d'idées...si, c'est une aventure que l'on peut qualifier de surnaturelle... j'ai mis tout mon coeur et mon amourr pour Alizé et mes croyances dans mes mots...

Alex






 
Ashimati

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
327 poèmes Liste
7263 commentaires
Membre depuis
3 août 2008
Dernière connexion
20 octobre
  Publié: 28 jan 2012 à 13:14 Citer     Aller en bas de page

Une très belle histoire, parfaitement contée, qui a su m'émouvoir
Un peu de tendresse et d'humanité font du bien
Bises
Thierry

 
Alponse BLAISE.

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
300 poèmes Liste
15489 commentaires
Membre depuis
18 juin 2006
Dernière connexion
21 octobre
  Publié: 28 jan 2012 à 13:43 Citer     Aller en bas de page

Citation de Papillonmystere
Ma chére Alex
Émotion intense tout au long de ton récit une histoire comme cela ne peut être que magique et Dieu sait si je l'aime la magie autant que tous ces mystères qui nous entourent .Certains évènement que des personnes connaissent et qui les interprètent avec leur propre émotionnel peuvent nous apporter tellement et nous faire appréhender l'humanité autrement
Un grand
et de gros pour le partage
Domy



Chère petit papillon, oui, comme tu le dis si bien ce fut une rencontre ou plutôt des retrouvailles et c'est magique....

Merci tout plein...

Alex

 
Bernylys

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
46 poèmes Liste
4156 commentaires
Membre depuis
24 septembre 2010
Dernière connexion
22 janvier
  Publié: 28 jan 2012 à 15:52 Citer     Aller en bas de page

Chère Alex,

Il ne m'arrive pour ainsi dire que très rarement de lire des nouvelles littéraires sur ce site, étant davantage attirée par les poèmes, et je crois d'ailleurs que c'est la première que je lis... Mais j'ai suivi ton histoire avec passion et suspense, et je la trouve extraordinairement bien écrite. Ce genre de récit me fascine, moi aussi, je ne regrette donc aucunement d'être passée. Félicitations à toi pour nous l'avoir si bien relatée.

Amitiés.

  Tous mes textes sont protégés par copyright n° 00050359-1 * Enfant, je rêvais d'un lendemain meilleur; adulte, je rêve d'un monde meilleur. * Bernylys ~ Edelweiss
Alponse BLAISE.

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
300 poèmes Liste
15489 commentaires
Membre depuis
18 juin 2006
Dernière connexion
21 octobre
  Publié: 28 jan 2012 à 16:07 Citer     Aller en bas de page

Citation de Ashimati
Une très belle histoire, parfaitement contée, qui a su m'émouvoir
Un peu de tendresse et d'humanité font du bien
Bises
Thierry



Merci cher Thierry, je suis si heureuse car souvent j'ai eu l'occasion d'entendre que les hommes détestaient les corbeaux et pourtant si ils savaient....j'ai hésité d'ailleurs avant de poster...

Alex

 
pyc


la nature est peinture, la vie est poésie...maison de Monet à Giverny.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
1016 poèmes Liste
16392 commentaires
Membre depuis
29 novembre 2004
Dernière connexion
26 septembre
  Publié: 29 jan 2012 à 02:01 Citer     Aller en bas de page

La peur de la longueur du texte s'est vite effacé, tant j'ai été pris par cette histoire, cette relation bien particulière qui s'est nouée avec ce corbeau...je crois qu'avec n'importe quel animal, tu as cette attention qui est toute à ton honneur et leur fait du bien !
parler d'une histoire vraie avec cette finesse, ça le rend presque irréelle...et vraiment touchante !
j'ai fait la une lecture que je n'oublierais pas de sitôt !
amitiés très sincères à toi.
pyc.

 
Alponse BLAISE.

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
300 poèmes Liste
15489 commentaires
Membre depuis
18 juin 2006
Dernière connexion
21 octobre
  Publié: 29 jan 2012 à 09:21
Modifié:  29 jan 2012 à 09:29 par Alponse BLAISE.
Citer     Aller en bas de page

Citation de Bernylys
Chère Alex,

Il ne m'arrive pour ainsi dire que très rarement de lire des nouvelles littéraires sur ce site, étant davantage attirée par les poèmes, et je crois d'ailleurs que c'est la première que je lis... Mais j'ai suivi ton histoire avec passion et suspense, et je la trouve extraordinairement bien écrite. Ce genre de récit me fascine, moi aussi, je ne regrette donc aucunement d'être passée. Félicitations à toi pour nous l'avoir si bien relatée.

Amitiés.



Je suis très contente chère Berny de savoir que ma nouvelle a accroché ton coeur et ton esprit...

Alex

 
Alponse BLAISE.

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
300 poèmes Liste
15489 commentaires
Membre depuis
18 juin 2006
Dernière connexion
21 octobre
  Publié: 29 jan 2012 à 09:28
Modifié:  29 jan 2012 à 09:31 par Alponse BLAISE.
Citer     Aller en bas de page

Citation de pyc
La peur de la longueur du texte s'est vite effacé, tant j'ai été pris par cette histoire, cette relation bien particulière qui s'est nouée avec ce corbeau...je crois qu'avec n'importe quel animal, tu as cette attention qui est toute à ton honneur et leur fait du bien !
parler d'une histoire vraie avec cette finesse, ça le rend presque irréelle...et vraiment touchante !
j'ai fait la une lecture que je n'oublierais pas de sitôt !
amitiés très sincères à toi.
pyc.



Cher Pierre Yves...je suis vraiment ravie de te voir sous cette nouvelle...redonner aux êtres vivants une place où l'amour devient l'essence de vie est pour moi comme un devoir car après cette lecture, je sais que les corbeaux recevront un peu plus de considération car leur intelligence et leur attachement sont remarquables...

Alex

 
ladysatin


Ma plume est une brodeuse de mots .
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
211 poèmes Liste
4084 commentaires
Membre depuis
6 avril 2009
Dernière connexion
17 octobre
  Publié: 29 jan 2012 à 10:30 Citer     Aller en bas de page

Troublante nouvelle , et très impressionnante , en tant que douce Médium tu dois ressentir ,ce que pense et ressent ta tendre moitié , si dès fois il a était un peu colère de voir que tu étais très occupée ,par cet oiseau magnifique , enfin c'est juste pour dire que il ne peux rien te cacher ton Jean !

Ma chère Alex c'est gentil tout plein de nous faire partager ta vie exceptionnel , le don de médium est à chérir grandement , merci de nous offrir ce don qui , moi m'émerveille et me rend toute émue .


merci Douce Amie

  Septembre ronronne aux couleurs de Charlie
clovis67
Impossible d'afficher l'image
On transforme sa main en la mettant dans une autre. (P. Eluard)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
5170 commentaires
Membre depuis
5 août 2008
Dernière connexion
8 août 2013
  Publié: 29 jan 2012 à 11:06 Citer     Aller en bas de page

Bonjour ma chère Alex, je connais la grande affection que tu portes aux animaux, mais ce que je viens de lire à suscité en moi une très vive émotion et une délicieuse sensation de pureté et d’amour de toi pour Alizé et qui te l’a rendu avec son entier mystère.
Je suis émerveillé par cette leçon d’amour !

Bisous d’amitié

Pierre




  vivre sans espoir, c'est cesser de vivre (Dostoïevski)
Alponse BLAISE.

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
300 poèmes Liste
15489 commentaires
Membre depuis
18 juin 2006
Dernière connexion
21 octobre
  Publié: 29 jan 2012 à 11:18 Citer     Aller en bas de page

Citation de *Marianne*
Cette histoire est tellement merveilleuse et si bien écrite qu'on en oublie sa longueur tant on est subjugué par tes mots si touchants ma chère Alex !!
Des retrouvailles fabuleusement magiques oui. Tu m'en as donné la chair de poule !!
Je comprends que ta vision des corbeaux ne soit plus la même dorénavant
Un grand merci à toi Alex pour ce magnifique partage !

Marianne



Merci à toi chère Marianne...Une nouvelle est forcément plus dense qu'un poème, mais j'ai essayé d'aérer au maximum pour que ce soit moins pénible à lire...j'aurais pu couper en deux mais cela enlevait une partie de l'intérêt pour le texte. Je suis heureuse de voir que tu as été touchée , donc là c'est entièrement réussi....

Alex

 
Alponse BLAISE.

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
300 poèmes Liste
15489 commentaires
Membre depuis
18 juin 2006
Dernière connexion
21 octobre
  Publié: 29 jan 2012 à 11:21 Citer     Aller en bas de page

Citation de ladysatin
Troublante nouvelle , et très impressionnante , en tant que douce Médium tu dois ressentir ,ce que pense et ressent ta tendre moitié , si dès fois il a était un peu colère de voir que tu étais très occupée ,par cet oiseau magnifique , enfin c'est juste pour dire que il ne peux rien te cacher ton Jean !

Ma chère Alex c'est gentil tout plein de nous faire partager ta vie exceptionnel , le don de médium est à chérir grandement , merci de nous offrir ce don qui , moi m'émerveille et me rend toute émue .


merci Douce Amie



Ma petite Lady, petit coeur sensible...merci d'être passée ici...Tu sais mon Jean est médium et magnétiseur aussi , alors on ne peut rien se cacher mais on est très complices

Alex

 
Alponse BLAISE.

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
300 poèmes Liste
15489 commentaires
Membre depuis
18 juin 2006
Dernière connexion
21 octobre
  Publié: 30 jan 2012 à 04:52 Citer     Aller en bas de page

Citation de clovis67
Bonjour ma chère Alex, je connais la grande affection que tu portes aux animaux, mais ce que je viens de lire à suscité en moi une très vive émotion et une délicieuse sensation de pureté et d’amour de toi pour Alizé et qui te l’a rendu avec son entier mystère.
Je suis émerveillé par cette leçon d’amour !

Bisous d’amitié

Pierre


Mon cher Pierre je te remercie tout plein de ta fidélité..et de tes mots si gentils....

Alex

 
SélénaéLaLouveFéline


"Vient qui veut, reste qui veut, part qui veut"
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
259 poèmes Liste
9803 commentaires
Membre depuis
29 février 2008
Dernière connexion
14 octobre
  Publié: 30 jan 2012 à 19:59
Modifié:  30 jan 2012 à 20:00 par SélénaéLaLouveFéline
Citer     Aller en bas de page

Alex

Je suis très touchée par ce texte, plus que je ne l'aurais cru ...Tu sais pourquoi !!!

Et admirative en même temps ...

Bravo chère Alex et un énorme merci

Sélénaé

 
Alponse BLAISE.

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
300 poèmes Liste
15489 commentaires
Membre depuis
18 juin 2006
Dernière connexion
21 octobre
  Publié: 31 jan 2012 à 10:44 Citer     Aller en bas de page

Citation de Isalo
Je suis profondément touchée et émue par cette histoire qui touche au fond du coeur.



Merci pour ton passage et tes mots...

Alex

 
Alponse BLAISE.

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
300 poèmes Liste
15489 commentaires
Membre depuis
18 juin 2006
Dernière connexion
21 octobre
  Publié: 2 févr 2012 à 09:35 Citer     Aller en bas de page

Citation de Hindira
Chère Alex, quel émouvant ressenti... merci avant tout pour ce partage
J'admire ta générosité dans ces écrits, tu as su me faire voir plus clairement ce qu'un jour j'ai pu lire sur le corbeau :
Or, au bout de quarante jours, Noé ouvrit la fenêtre de l'arche qu'il avait faite et lâcha le corbeau. Celui-ci sortit, allant et revenant, jusqu'à ce que les eaux eussent séché de dessus la terre

Que te dire, que j'ai encore beaucoup à apprendre des mystères de la Vie, et ton partage comme tu le dis dans ces beaux écrits :
C'est magique !!
Bonne continuation dans ta vie...
Mes amitiés
Mag



Merci gentille Mag, d'avoir pris le temps de lire et de m'exprimer tes ressentis...

Alex

 
*Anaïs*

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
9 poèmes Liste
179 commentaires
Membre depuis
1er février 2012
Dernière connexion
31 août 2014
  Publié: 3 févr 2012 à 03:25 Citer     Aller en bas de page

Quel merveilleux texte ! J'ai adoré le lire même s'il il était un peu long ! Bravo ! Bravo ! C'est super !!

Amitiés

Anaïs

  Anaïs
Alponse BLAISE.

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
300 poèmes Liste
15489 commentaires
Membre depuis
18 juin 2006
Dernière connexion
21 octobre
  Publié: 3 févr 2012 à 10:16 Citer     Aller en bas de page

Citation de SélénaéLaLouveFéline
Alex

Je suis très touchée par ce texte, plus que je ne l'aurais cru ...Tu sais pourquoi !!!

Et admirative en même temps ...

Bravo chère Alex et un énorme merci

Sélénaé



Merci pour toutes ces émotions ressenties....

Alex

 
Page : [1] 2 :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 2181
Réponses: 26
Réponses uniques: 12
Listes: 1 - Voir

Page : [1] 2

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0912] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.