Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 59
Invisible : 0
Total : 63
· Elisa · aigredoux · Ashimati
Équipe de gestion
· In Poésie
13121 membres inscrits

Montréal: 23 avr 12:25:09
Paris: 23 avr 18:25:09
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Drôles de Morts Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
RiagalenArtem


Le meilleur est toujours dans une seule minute - Gorki -
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
138 poèmes Liste
3206 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
12 avril
  Publié: 24 oct 2012 à 14:18
Modifié:  24 oct 2012 à 14:46 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page


Minuit tapante, l’heure du crime. Minuit de novembre, nuit de trépas.

Le dîner fut frugal.

Mieux vaut avoir le ventre vide avant de vomir ses tripes.
Mieux vaut boire de l’eau fraîche pour avoir les idées claires.
Mieux vaut être propre et bien vêtu pour ce que l’on appelle communément « le dernier voyage. » 
Drôle de « trip » ! 



Comment leur faire comprendre une fois pour toutes que c’est fini.
Que rien de ces corps ne subsistera.
Qu’il n’y a rien à espérer.
Que rien ne pourra entamer le processus de décomposition.
Que Monsieur n’est pas parti. 

Que Madame n’est pas souffrante.

Que Mademoiselle n’est pas fatiguée.


Ils sont morts.
Tout simplement.



La mort vous effraie est-elle à ce point que vous ne puissiez prononcer son nom ? 


Eux la connaissent depuis leur naissance. Elle ne leur fait pas peur. Ils la côtoient depuis trop longtemps. Ils entretiennent avec elle des rapports de "bon voisinage".



Quand elle frappa le premier d’entre eux, une nuit de printemps, rien ne changea.
Apparemment.

Ils ne versèrent pas de larmes, ils restèrent de marbre.


Personne ne comprit et la cérémonie fut relatée avec force détails.


On ne put les accuser de se donner en spectacle.


Ils avaient suivi de près le…quel terme pourrait définir le véhicule dans lequel reposait la « défunte » ? 
Bref, cela n’a aucune importance. 
Ils saluèrent l’assemblée avec politesse, puis entrèrent dans la petite église orthodoxe d’une démarche lente. De circonstance.


Cependant, quelque chose clochait.
Leurs silhouettes élégantes allongées par les ombres des cierges n’étaient pas brisées.

Epaules droites, visages identiquement fiers et lisses.Yeux sans regard fixés sur les fresques murales.
Des amateurs d’art appréciant le décor ?



Quand les chants retentirent, un frémissement parcourut l’assemblée confinée dans l’espace clos et chatoyant. La beauté des voix mêlées ne semblait pas les toucher, eux.
Et pourtant…



Les bougies tenues du bout des doigts vacillèrent. Un souffle éteignit les flammes.
Les cierges furent déposés dans un panier, une dernière bouffée d’encens, l’ultime signe de croix, répété trois fois. 



Lorsque vint le moment de baiser la croix, une main posée sur le cercueil recouvert d’un drap mauve, ils se prêtèrent au rituel avec grâce. Mais ne s’attardèrent pas.


On les critiqua.


Certes, ils étaient dignes. Mais point trop n’en faut.
S’ils s’étaient effondrés, si leurs traits s’étaient décomposés, s’ils avaient versé les pleurs tant attendus, on les aurait consolés.On aurait tendu les bras pour les soutenir. 


Bref, tout ce beau monde se serait senti utile. 



Mais humains, l’étaient-ils ?
Leur attitude ne prouvait qu’une chose : une sécheresse de cœur impardonnable.



Lorsque tout fut terminé, on frôla à peine leurs joues froides. Et l’on se dispersa.


Eux restèrent quelques minutes sur le parvis, à contempler le ciel idéalement bleu, têtes levées vers la coupole constellée d’étoiles d’or sur fond d’azur.


Ils avaient cessé d’exister. Mais personne ne s’en était aperçu.



Quelques mois plus tard, on retrouva les trois corps dans le salon, assoupis sur le divan autour d’un samovar. 
Les verres à thé avaient roulé au-delà du lourd tapis persan. Quelques fragments de cristal brillaient dans la pénombre.

Un goûter qui aurait mal tourné ? 

A l’autopsie, on ne remarqua rien d’anormal.

Juste un détail : ils n’avaient plus de cœur depuis un certain mois de mai...






  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
686 poèmes Liste
14803 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
22 avril
  Publié: 24 oct 2012 à 14:36 Citer     Aller en bas de page



Raga... c'est une peinture que je vois devant mes yeux en lisant tes mots.

Je vois comme des cordes à la fome presque humaine...des fils de vie qui suivent de rituels mais qui vivent qui sait quelle dimension...
Et pourtant ils ne vivent pas isolés, ils ont un monde fait d'ombres et de glace intérieure que je ne sais pas lire...

bravo pour ce poème qui a fait partir ma fantaisie et frissonner mon coeur...


  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Marcel42


Le poète est un collectionneur de mots. Dans son album, chacun devient une fleur imaginaire.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
280 poèmes Liste
6292 commentaires
Membre depuis
18 mars 2011
Dernière connexion
27 octobre 2017
  Publié: 25 oct 2012 à 02:02 Citer     Aller en bas de page

Un peu long mais
Cordialement,
Marcel.

  Marcel
Maman Luciole


Tout but est un leurre, seul le voyage est véritable
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
69 poèmes Liste
1602 commentaires
Membre depuis
17 septembre 2012
Dernière connexion
20 février 2018
  Publié: 25 oct 2012 à 07:06 Citer     Aller en bas de page

Tout comme Galatea j'ai vu une peinture devant mes yeux mais animée par des personnages qui glissaient, sans bruit, tout était sombre (avec quand même une touche de couleur par ce ciel idéalement bleu).
Une sorte de monde à part... des fantômes...
Étrange lecture mais qui m'a beaucoup plu.

La Marmotte

 
Alponse BLAISE. Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
299 poèmes Liste
15442 commentaires
Membre depuis
18 juin 2006
Dernière connexion
22 avril
  Publié: 25 oct 2012 à 09:56 Citer     Aller en bas de page

Des fantômes...voilà ce qu'ils étaient devenus et je pense dans l'indifférence générale...

Un récit qui m' a tenu en haleine jusqu'au bout bien que dès le début ta conclusion s'imposait...

Alex

 
Catwoman

Administratrice
Impossible d'afficher l'image
« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
433 poèmes Liste
8435 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
18 avril
  Publié: 25 oct 2012 à 13:42 Citer     Aller en bas de page

Raga,
La mort vous va si bien !
J'aime le déroulement du récit, comme un long travelling du salon l'église ortho, de l'église au salon avec le samovar et le tapis persan pour ces âmes restant coincés dans ce monde.
Il faut dire : j'ai un penchant pour ce genre d'histoire. Un côté morbide, non point du tout !
Joli Monsieur !
Catherine

 
Forgotten Angel Cet utilisateur est un membre privilège


Memento Mori
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
10 poèmes Liste
409 commentaires
Membre depuis
16 octobre 2012
Dernière connexion
23 mars
  Publié: 25 oct 2012 à 14:48 Citer     Aller en bas de page

Au risque de ne pas être original, je rejoins Lilia et La Marmotte. J'ai l'impression d'avoir eu une fresque devant mes yeux, que des ombres mouvantes animaient ça et là, corps éthérés, évanescents...
Un des premiers textes que je lis de vous et ma foi, j'en sors ...songeur, mais le plaisir au ventre.
Alors au plaisir impatient, sous d'autres maux... Bravo

FA

  A tous ceux qui ont tendu la main à mon âme égarée sur les chemins du doute, je transmets l'amitié et le profond respect de l'ange aux poings serrés qui veille sur ma route.
RiagalenArtem


Le meilleur est toujours dans une seule minute - Gorki -
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
138 poèmes Liste
3206 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
12 avril
  Publié: 27 oct 2012 à 05:27 Citer     Aller en bas de page

Citation de Galatea belga


Raga... c'est une peinture que je vois devant mes yeux en lisant tes mots.

Je vois comme des cordes à la fome presque humaine...des fils de vie qui suivent de rituels mais qui vivent qui sait quelle dimension...
Et pourtant ils ne vivent pas isolés, ils ont un monde fait d'ombres et de glace intérieure que je ne sais pas lire...

bravo pour ce poème qui a fait partir ma fantaisie et frissonner mon coeur...



Tu as bien vu^^...merci pour ton commentaire :-)

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
RiagalenArtem


Le meilleur est toujours dans une seule minute - Gorki -
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
138 poèmes Liste
3206 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
12 avril
  Publié: 27 oct 2012 à 05:41
Modifié:  27 oct 2012 à 05:49 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Marcel : "un peu long" je sais...mais comment et où placer ce "texte". Pas dans les nouvelles (trop court)...merci pour ton empreinte.
Amitiés :-)

La Marmotte : Idem que pour Gala et ton oeil aiguisé pour la "couleur" ;-)...même "claire-voyance" dans ces "Autres" qui sont en marge du monde...Thks et bises.


Alex : Merci de t'être posée sur cet écrit...tu as aussi tout bon dans ta lecture mais c'est normal (on se comprend ;-))...tu as du "nez" et la boule de cristal qui va avec ^^.
(pour le début oui, c'était délivrer la fin mais je n'ai pas voulu jouer du suspense comme dans mes romans à clé)...ce n'était qu'une fresque un peu étrange sur un "instant"). Bisouxxx


Cath : Etrange univers, oui. La mort me va bien ? Je lui dirai^^.
Merci et bises, Sist'.

FA : Inutile de vouloir faire "original". C'est ton ressenti qui compte. Merci de t'être arrêté sur mes lignes...A bientôt de mots en mots...
Amitiés :-)

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Ava55


Il y a des étoiles mortes qui brillent encore parce que leur éclat est pris au piège du temps...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
222 poèmes Liste
1516 commentaires
Membre depuis
20 août 2011
Dernière connexion
1er août 2018
  Publié: 30 oct 2012 à 07:02 Citer     Aller en bas de page

La Faucheuse est de la partie, elle est le lot de tous les humains...
Un poème étrange mais j'aime cette étrangeté !
Bonne journée^^

  La plus grande vérité que l'on puisse découvrir un jour est qu'il suffit d'aimer et de l'être en retour... Visez toujours la lune. Même si vous la manquez, vous atterrirez parmi les étoiles...
Chris-Charmeur


Don't wake me up !...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
14 poèmes Liste
7521 commentaires
Membre depuis
24 juillet 2012
Dernière connexion
10 novembre 2018
  Publié: 4 nov 2012 à 19:13
Modifié:  4 nov 2012 à 19:13 par Chris-Charmeur
Citer     Aller en bas de page



...............ılılı.. Riagal

Cet écrit est tout simplement superbe et même si cela ne se dit pas, je pense qu'il est le meilleur de ce que j'ai lu de toi, et celui-ci je le mets en favori (je me demande d'ailleurs si je n'en ai pas un autre de toi...)....
Et ne vient pas me dire que tu l'as écrit comme cela...

Cet écrit je ne l'ai pas trouvé long et arrivé à la fin, je ne me suis même pas aperçu de la longueur...

Bref, tu sais que je pourrai citer tous les passages qui m'ont fait un gros "Tilt" dans la tête, mais je pense que tu connais déjà mes pensées...

Je ferai juste remarque de ce superbe final.... Je pense que la chose est intentionnelle... Cette avec ces trois personnes le rendu est saisissante... S'il n'y avait eu qu'une seule personne, tout l'écrit en aurait été autre...

Là, je te décerne le spectre d'or... Ah!... C'est vrai que tu en as déjà un... Bah, maintenant tu en auras deux...... Bon je sais, un spectre se porte à la main et non secoué tête en l'air, mais il n'y avait pas d'écomotion...

Un commentaire aussi au ton léger et souriant... C'est intentionnel...




..............ılılı.. ViTΛLiC

  Tous les textes sont déposés à la SGDL...
God bless you !...
RiagalenArtem


Le meilleur est toujours dans une seule minute - Gorki -
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
138 poèmes Liste
3206 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
12 avril
  Publié: 9 déc 2012 à 19:57 Citer     Aller en bas de page

Merci Ava.
Spasibo, Vita...oulà, comme tu y vas ;-).

C'est assez "drôle" pour des "Drôles de morts" de susciter un tel enthousiasme, borther ;-).

Amitiés, l'ami.

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 734
Réponses: 11
Réponses uniques: 9
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0406] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.